Bilan des lectures de 2013 : de Janvier à Juin.

Bonjour à tous !

2013 est une année faste pour moi… Elle défile à une allure folle, et je réalise aujourd’hui que six mois se sont déjà écoulés. Une excellente raison pour prendre un peu de recul et revenir sur mes lectures favorites de ce premier semestre ainsi que mes déceptions mais aussi mes attentes futures.

Mes recommandations de cette première partie de l’année

L’Assassin royal de Robin Hobb

assassin royal tome 4 assassin royal tome 5 cover

Impossible pour moi de passer à côté de l’une de mes plus belles découvertes récentes. L’Assassin Royal est un concentré de poésie dans un monde cruel de fantasy. Robin Hobb a une plume superbe, et même lors des chapitres les plus ennuyeux, elle sait nous charmer et nous faire voyager loin dans son univers. Elle a su créer quelque chose d’assez unique, nous proposant à la fois un récit initiatique et une intrigue remplie de mystères, aux personnages marquants (je pense d’ailleurs à cette bonne vieille Caudron !). Quel bonheur de suivre le petit Fitz, que l’on a connu si jeune, dans ses aventures. Dépaysant, bourré de rebondissements inattendus, l‘Assassin Royal mérite une bonne place dans la librairie des amateurs de fantasy.
J’ai lu en 2013 les trois derniers tomes du premier cycle et ce fut un réel plaisir à chaque fois. Depuis, j’ai déjà commencé à acheter les tomes 7 et 8 du second cycle, ainsi que le premier tome des Aventuriers de la Mer, autre saga phare de l’auteur. Et comme cela ne me suffisait toujours pas, j’ai lu Retour au pays, une courte nouvelle très agréable se déroulant dans le Désert des pluies, et faisant office de prélude aux Aventuriers de la mer.

 

Le syndrome [E] et Fractures de Franck Thilliez

le syndrome efractures franck thilliez

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur fétiche de ce début 2013 et gros rattrapage de retard, Franck Thilliez m’a franchement bluffé. Alors que de vieux clichés me poussaient à lire davantage de thrillers d’auteurs américains, j’ai sauté le pas en 2012 en lisant des auteurs anglais, écossais et français. Depuis, ce cliché n’a vraiment plus lieu d’être tant Monsieur Thilliez m’a conquis. Qu’il s’agisse de Fractures ou du syndrome [E], ses livres m’ont scotché du début à la fin. Thriller sombre, suspense insoutenable, intrigue mêlant habilement fiction et faits réels, le tout saupoudré de rebondissements à foison me retournant le cerveau, voilà autant d’ingrédients qui forment une recette parfaite. Quand je pense qu’Atom[K]a attends toujours dans ma PAL…

 

Autre-monde, tome 2 : Malronce de Maxime Chattamn

malronce, autre monde tome 2

A mon sens, ce n’est jamais une tâche aisée de réussir une saga. Un premier tome peut être très bon et les suites inintéressantes, la faute à un univers finalement pas assez développé, des personnages peu intéressants ou tout simplement une intrigue moyenne, lente, sans réelle rebondissements. Avec ce second tome de Autre-monde, c’est tout le contraire. C’est la confirmation qu’il y a là un potentiel immense pour que le tout devienne une de mes sagas favorites. Extrêmement fluide, j’ai pris un plaisir fou à parcourir ce chemin vers le sud avec cette petite troupe de héros. J’ai adoré être sans cesse étonné par l’imagination de l’auteur pour son univers et je suis vraiment impatient d’avoir la suite. Moi qui avais commencé cette série en livre de poche, je crois que je vais finir par craquer pour les grands formats tôt ou tard…

 

La communauté du sud, tome 12 : mort sans retour de Charlaine Harris

la communauté du sud tome 12

Une grande histoire d’amour entre moi et cette saga, mon plaisir coupable favori. Ce douzième tome (déjà !) ne fait pas exception à la règle. Englouti en trois jours, j’ai retrouvé les sensations qui font de La communauté du sud une lecture à part mais si charmante. Intrigue décalée, personnages fous et attachants (avec en tête une Sookie qui ne cesse d’évoluer et de m’impressionner par sa « maturité » et sa nouvelle vision des choses), les éléments se mettent en place afin de proposer le final de la série, qui sera, je l’espère, génial.

 

Autres petits coup de cœur

billy-bat-tome-6ONE PIECE T66 vers le soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

Les derniers tomes de One Piece et de Billy Bat se doivent d’être mentionnés dans ce bilan, tant j’ai adoré.
Pour One Piece c’est d’autant plus impressionnant que la série en est déjà à son soixante-sixième tome ! On ne change pas une formule qui marche et après tout ce temps, l’auteur continue de proposer les ingrédients qui font le succès de ce shonen et ce pourquoi j’apprécie.
Quant à Billy Bat, le sixième tome se rapproche davantage du polar que du fantastique ce qui n’est pas pour me déplaire. L’intrigue gagne en intensité et je retrouve vraiment le Naoki Urasawa qui a su me combler avec Monster ou 20th Century Boys. A suivre !

 

 

Les déceptions de 2013

Parce que tout n’est malheureusement pas beau et rose, je profite de ce bilan pour revenir sur deux déceptions littéraires de cette année, deux livres que j’ai abandonné et mis de côté et qui resteront sûrement sans chronique d’ailleurs.

Une place à prendre de J. K. Rowling

une place à prendre jk rowling

Énorme attente de l’année 2012 et pour cause : l’auteure d’un de mes livres favoris revient enfin avec du neuf. Seulement, je n’ai pas été convaincu du tout par ce nouvel ouvrage de JK Rowling, que je considère pourtant comme très talentueuse. Je me suis arrêté à la page 174 après avoir tenté vainement durant un mois d’avancer dans le livre. Malheureusement l’envie n’a jamais vraiment été présente et je n’ai pas apprécié cette satyre, trop crue et pessimiste à mon goût de la société anglaise actuelle. De par son thème, l’histoire ne me faisait absolument pas rêver, ne me faisait pas voyager comme le font d’autres ouvrages. De plus, l’absence de moments joyeux, d’espoir pour les personnages m’a profondément agacé et j’ai au final abandonné.

Les bannis et les proscrits, tome 3 : la guerre de la sor’cière de James Clemens

james clemens la guerre de la sorciere

Entre ce livre et moi c’est une histoire compliquée. Très compliquée. Tout d’abord car il s’agit du troisième tome d’une saga que j’ai pas mal apprécié jusque là. Parce que j’ai mis deux fois le livre de côté et que je dois en être à la page 500 sur 880. Et que certains aspects de la saga continue de bien me plaire. Et pourtant je n’arrive pas à continuer ce tome, l’envie n’est pas réellement présente. Je pense que c’est en partie du au fait que le rythme est lent, très lent, qu’il y a beaucoup de répétitions et surtout que l’auteur abuse d’une chose que je déteste : les facilités. Jusqu’ici, dès qu’un énorme problème surgit, une solution auquel personne n’avait pensé fait son apparition et sauve l’équipe d’une destruction fatale. Et cela a bien du arrivé presque dix fois dans ce tome. Bref, cela nuit à l’intrigue, puisque les rebondissements sont moins palpitants et qu’on ne prends plus peur pour l’héroïne : on sait d’avance que tout va réussir. A vrai dire, j’aimerais poursuivre ma lecture juste pour me prouver que j’ai tort !

 

Et le futur dans tout ça ?

stephen king dome t1

Je lis actuellement le premier tome de Dôme de Stephen King. J’ai passé le premier tiers du livre et pour le moment il me passionne beaucoup. Les descriptions de l’auteur sont vraiment tordantes et l’histoire m’intrigue au plus haut point. J’ai hâte de comprendre les origines de ce Dôme et de voir comment vont évoluer les choses. Car en tant que lecteur, je suis un peu au même point que les personnages du récit : impossible de prévoir quoi que ce soit tant à la base on ne sait rien sur cet étrange champ de force, si ce n’est qu’il existe et forme un huit clos autour de Chester’s Mill.

Pour la suite, j’espère sortir beaucoup de livres de ma PAL, qu’il s’agisse de fantaisie (Le Nom du vent, l’épée de vérité, Druides, etc.) ou de thrillers (Atom[k]a, un Noël à River Falls, Si tu reviens de Joy Fielding…) et surtout découvrir de nouveaux genres, de nouvelles lectures aux origines diverses. Évidemment, j’espère lire davantage qu’actuellement !

 

Et vous, chers lecteurs, quels sont vos livres coups de cœurs de ces six premiers mois, ceux que vous recommanderiez chaudement ?

Publicités

[Chronique] Billy Bat, tome 6 de Naoki Urasawa

billy-bat-tome-6

Fiche technique du livre
Auteur : Naoki Urasawa
Genre : Seinen, Thriller Fantastique
Année d’édition : 2013
Edition : Pika Editions
Prix : 8,05 euros
Langue : Française
Nombre de pages : 198 pages

Synopsis
Tiré de la quatrième de couverture. Tandis que Kevin se démène pour tenter de déjouer la tentative d’assassinat du président Kennedy, Oswald, de son côté, est chargé par la chauve-souris de protéger la vie, non pas de JFK, mais de Kevin. C’est ainsi que les destins des deux hommes vont se croiser…

Mon avis
Kevin Yamagata nous fait l’honneur d’apparaître sur la couverture de ce sixième tome, l’air plus déterminé que jamais… et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela est mérité ! Avec ce nouveau tome, il s’affirme enfin comme le véritable héros de la série, ce qui n’est pas pour me déplaire.

   Se déroulant toujours en 1963, le manga s’ouvre cette fois-ci sur un chapitre consacré à Chuck Culkin… ou plutôt la personne se faisant passer pour Chuck. Comment ce dernier vit-il ? Comment a-t-il fait pour prendre la place de l’assistant de Kevin Yamagata et devenir l’un des auteurs les plus adulés du monde entier ? Autant d’interrogations qui trouvent leurs réponses au cours du chapitre mais qui entraînent d’autres questions me laissant pantois. Qui est-il réellement ? Quel est son but ? Ce chapitre est à l’image du reste du tome : rempli de révélations mais renouvelant les mystères et les interrogations.

   Pour que vous gardiez la surprise au maximum, je dirai qu’en ce qui concerne l’intrigue, ce tome est très bon, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, c’est très rythmé, de nombreux éléments se mettent encore plus en place, et comme l’indique la quatrième de couverture, ce tome permet de vivre la rencontre tant attendue Kevin Yamagata / Oswald. Un moment lourd en émotion et en suspense que je qualifierai de point culminant de ce sixième tome. Merveilleusement dessiné et mis en scène, je redoutais ce passage car il pouvait signifier énormément de choses d’un point de vue scénaristique (attaque de Kennedy ?). J’ai été en fin de compte pris au dépourvu par la tournure des évènements car cela ne s’est pas déroulé du tout comme je l’imaginais ! Un point qui me satisfait entièrement, car même après avoir lu quasiment tous les titres de l’auteur, il arrive toujours à me surprendre.

   De plus, Urasawa nous indique enfin ce qui semble être le but de son histoire. Un changement de ton s’opère au fur et à mesure que l’on avance et un objectif très réel et flippant apparaît. Le côté fantastique se place en retrait face à l’aspect thriller / suspense plus dominant. Un fil conducteur se précise donc grandement. L’influence des différents personnages se fait davantage ressentir et les forces et les desseins de chacun se mettent en place. Ils gagnent en intensité et j’ai adoré observer les changements du comportement de Kevin Yamagata. Peut-être à cause de tout ce qu’il a vécu, il m’a paru parfois troublé, plus dur qu’auparavant, voir prêt à dépasser certaines limites. Psychologiquement, on le sent profondément bouleversé, sûrement suite aux multiples interventions surnaturelles de cette chauve souris.

   Ce n’est pas tout puisque l’auteur nous réserve une belle surprise en fin de tome. Non seulement c’est très intéressant car cela augure du très bon pour la suite (et me rappelle quelque part un des passages de Monster, que j’adore) mais ça m’a permis de me rendre compte qu’il maîtrise, comme d’habitude, son intrigue. On peut en effet remarquer que les éléments vus dans les précédents tomes et dont je pensais qu’ils n’avaient aucun intérêt sont en fait très importants et s’emboîtent avec le « présent ».
De même, là où certains des tomes précédents me perdaient parfois à travers leurs multiples flashbacks, changement de lieux et de personnages, je dois avouer que cette fois-ci je n’ai absolument pas eu ce problème. Certes, le tome se déroule uniquement en 1963, mais j’ai l’impression que l’auteur a trouvé son rythme de croisière et c’est du tout bon car la lecture fut incroyablement fluide. Inutile de vous préciser que j’ai été complètement captivé par ce tome, à un point que je l’ai dévoré en moins d’une heure !

   En conclusion, ce sixième tome de Billy Bat est très bon, et est un petit coup de cœur. Il s’agit probablement de mon préféré de la série jusque là. Avec ce tome, la qualité de la série monte d’un cran et j’ai eu le sentiment de retrouver du grand Urasawa. L’apparition d’une réelle trame principale gomme ce qui était pour moi un des défauts de la série et l’affirmation de Kevin Yamagata, personnage que j’apprécie beaucoup, en tant que héros, achève de me convaincre. J’espère que tout cela va se concrétiser et se poursuivre avec le septième tome, mais au vu de ce qui est mis en place tout au long du tome ainsi que par le cliffhanger final, je suis quasiment assuré d’avoir un tome de qualité à nouveau.

Ma note : 17/20

In my mailbox (9)

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Liliebook qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français.”

mailbox 14 04 2013

Bonjour à vous !

Quoi de mieux que quelques nouveautés livresques pour accompagner (enfin !) ce début de printemps ? Mes nouveaux achats cette semaine sont :

  • Billy Bat, tome 6 de Naoki Urasawa. Je continue assidument à suivre cette série, et au vu des éléments mis en place dans l’épisode précédent, je suis très impatient de voir le dénouement ici. Vous pouvez revoir ma chronique du tome 5 en cliquant ici.
  • One Piece, tome 66 : vers le soleil de Eiichiro Oda. Une grande histoire d’amour qui n’en finit pas entre ce manga et moi ! Comme pour Billy Bat, je devrais assister à la fin d’un cycle. J’avais tellement hâte de lire ce tome que je l’ai déjà commencé… alors que j’écris seulement ce IMM ! Idem, vous pouvez retrouver ma chronique du tome 65 en cliquant ici.
  • Autre-monde, tome 2 : Malronce de Maxime Chattam. Petit coup de cœur l’année précédente avec l’Alliance des trois, c’est avec beaucoup de curiosité et aussi d’impatience que j’attendais ce second tome au format poche. J’espère retrouver et parcourir davantage cet univers original et être surpris à nouveau. Là encore, vous pouvez lire, si vous le souhaitez, ma chronique du premier tome en cliquant ici.

Un In my mailbox composé que de suites de saga donc !

Et vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué récemment ?

[Chronique] L’Assassin Royal, tome 6 : la reine solitaire de Robin Hobb

l-assassin-royal tome-6--la-reine-solitaire cover

Fiche technique du livre
Auteur : Robin Hobb
Genre : Fantaisie
Année d’édition : 2001
Edition : J’ai lu
Langue : Française
Nombre de pages : 381 pages

Synopsis
A la tête d’une déroutante procession – la reine kettrichen, la mystérieuse Caudron, Astérie la ménestrelle et le fou -, Fitz poursuit son chemin sur la voie magique. Une quête toujours plus ardue car incessante est la traque menée par Royal, son ennemi juré, et ses meilleur artiseurs et soldats d’élite, pour les retrouver et les tuer. S’enfonçant avec difficulté dans une contrée peuplée d’étranges présences, leur chemin, jalonné de gigantesques statues, va les mener à une imposante carrière de pierre noire. Mais où se trouve Vérité ? Est-il seulement encore vivant ?

Mon avis
Souhaitant boucler le dernier tome de cette première « trilogie » et étant curieux de connaître le fin mot, je continuais sur ma lancée en démarrant immédiatement ce sixième tome après la fin du précédent.

   Comme indiqué lors la chronique du cinquième tome, ce sixième tome n’est autre que la troisième partie du dernier tome de la trilogie de l’Assassin Royal. Arrivé à l’une des fameuses extrêmités de la route d’Art, on est dès les premières pages plongé dans cette mystérieuse cité passée où les Anciens semblaient exister. Entre Art et réalité, Fitz est rarement lui-même et malgré l’avancée de la troupe vers l’endroit où est censé être Vérité, le moral diminue pour tout le monde, en particulier pour Kettrichen dont le poids du chagrin et de la culpabilité devient insoutenable. Dans un même temps, le Fou ne cesse d’étonner par son étrange comportement et ses prophéties souvent incomplètes mais oh combien troublantes. La vieille Caudron, « délicieux » personnage rencontré dans le quatrième tome prends de l’importance et le mystère l’entourant s’épaissit… Que cache-t-elle vraiment ?

   Que l’on se rassure, malgré un début de tome un peu poussif, l’histoire révèle ses secrets petit à petit… Mais pas tout de suite ! Déroutant, car je m’attendais à ce que tome enchaîne les révélations et ce très tôt. Or Robin Hobb continue d’entretenir le mystère autour des prophéties et personnages avant de nous lâcher tout pour le grand final. C’est un des points qui m’a d’ailleurs le plus gêné. Inconstant comme les précédents, on assiste à une première moitié de livre un peu longuette. J’étais parfois scotché par les révélations faites, notamment celle concernant Vérité et quelques pages plus tard j’avais juste l’impression que les évènements se répétaient à nouveau : la troupe s’installe pour la nuit, monte les tentes, Fitz part chasser, etc… Par conséquent lorsqu’on attaque la dernière ligne droite où les révélations foisonnent, j’ai eu le sentiment que tout allait trop vite, peut-être simplement parce que l’auteur m’a habitué à un rythme plus lent. Toutefois il n’est pas question de gâcher son plaisir. C’est assez rare pour être signalé mais Robin Hobb, en plus d’apporter des réponses à toutes nos questions, d’expliquer chaque mystère et d’offrir ce que j’appelle une fin digne à chaque personnage, nous gratifie d’un dernier chapitre du genre épilogue très réussi. Juste ce qu’il fallait pour vivre cette épopée à fond et suffisamment de rebondissements pour me faire ressentir une large palette d’émotions.

   Bien sûr, ce tome 6 ne serait pas un bon tome s’il ne s’attardait pas autant sur ses personnages. J’ai évidemment été servi puisque chacun a droit à son quart d’heure de gloire. Une fois de plus, je dois souligner le talent de l’auteur pour la psychologie et l’histoire qu’elle sait insuffler dans chaque personnage, celui ayant le plus retenu mon attention n’étant autre que Caudron. Cette bonne vieille femme continue d’étonner avec ses multiples connaissances sur l’Art, le monde et les légendes à un point où le mystère sur sa personne devient hypnotisant ! Seulement, elle est plus que ça ! J’ai adoré ses répliques pleines de mordant, son attitude revêche et « je révèle ce que j’ai envie de révéler » ainsi que ses multiples coups de canne à l’attention des imprudents. Enfin, les révélations sur son passé et ses origines ont achevé de me surprendre et de l’adorer ! Bref un vrai coup de cœur pour cette dame ! J’insiste beaucoup sur Caudron mais les autres personnages ont su eux aussi attirer mon attention, Kettrichen et Fitz en tête. On a beau suivre notre héros depuis six tomes et plus de 2000 pages, il arrive encore à surprendre totalement par ses actions et l’évolution de sa psychologie. Mention spéciale à l’épilogue totalement inattendu !

   En conclusion, ce sixième tome de l’Assassin Royal et dernier tome de la première trilogie est un vrai régal. De la grande aventure accompagné d’une histoire prenante et d’un dénouement saisissant et surprenant jusqu’au bout, la reine solitaire est un petit coup de cœur pour moi. L’auteur joue une fois de plus avec mes sentiments en faisant l’exact contraire de ce à quoi je m’attendais et en contant la peine des personnages comme personne. Alors oui, le tome est un peu inconstant avec une dernière partie rapide et un début parfois trop long et le tout aurait gagné à être mieux réparti. Pourtant je pardonne volontiers ces défauts si cela me permet de revivre une si belle épopée fantaisiste…

Ma note : 17/20