Bilan des lectures de 2013 : de Janvier à Juin.

Bonjour à tous !

2013 est une année faste pour moi… Elle défile à une allure folle, et je réalise aujourd’hui que six mois se sont déjà écoulés. Une excellente raison pour prendre un peu de recul et revenir sur mes lectures favorites de ce premier semestre ainsi que mes déceptions mais aussi mes attentes futures.

Mes recommandations de cette première partie de l’année

L’Assassin royal de Robin Hobb

assassin royal tome 4 assassin royal tome 5 cover

Impossible pour moi de passer à côté de l’une de mes plus belles découvertes récentes. L’Assassin Royal est un concentré de poésie dans un monde cruel de fantasy. Robin Hobb a une plume superbe, et même lors des chapitres les plus ennuyeux, elle sait nous charmer et nous faire voyager loin dans son univers. Elle a su créer quelque chose d’assez unique, nous proposant à la fois un récit initiatique et une intrigue remplie de mystères, aux personnages marquants (je pense d’ailleurs à cette bonne vieille Caudron !). Quel bonheur de suivre le petit Fitz, que l’on a connu si jeune, dans ses aventures. Dépaysant, bourré de rebondissements inattendus, l‘Assassin Royal mérite une bonne place dans la librairie des amateurs de fantasy.
J’ai lu en 2013 les trois derniers tomes du premier cycle et ce fut un réel plaisir à chaque fois. Depuis, j’ai déjà commencé à acheter les tomes 7 et 8 du second cycle, ainsi que le premier tome des Aventuriers de la Mer, autre saga phare de l’auteur. Et comme cela ne me suffisait toujours pas, j’ai lu Retour au pays, une courte nouvelle très agréable se déroulant dans le Désert des pluies, et faisant office de prélude aux Aventuriers de la mer.

 

Le syndrome [E] et Fractures de Franck Thilliez

le syndrome efractures franck thilliez

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur fétiche de ce début 2013 et gros rattrapage de retard, Franck Thilliez m’a franchement bluffé. Alors que de vieux clichés me poussaient à lire davantage de thrillers d’auteurs américains, j’ai sauté le pas en 2012 en lisant des auteurs anglais, écossais et français. Depuis, ce cliché n’a vraiment plus lieu d’être tant Monsieur Thilliez m’a conquis. Qu’il s’agisse de Fractures ou du syndrome [E], ses livres m’ont scotché du début à la fin. Thriller sombre, suspense insoutenable, intrigue mêlant habilement fiction et faits réels, le tout saupoudré de rebondissements à foison me retournant le cerveau, voilà autant d’ingrédients qui forment une recette parfaite. Quand je pense qu’Atom[K]a attends toujours dans ma PAL…

 

Autre-monde, tome 2 : Malronce de Maxime Chattamn

malronce, autre monde tome 2

A mon sens, ce n’est jamais une tâche aisée de réussir une saga. Un premier tome peut être très bon et les suites inintéressantes, la faute à un univers finalement pas assez développé, des personnages peu intéressants ou tout simplement une intrigue moyenne, lente, sans réelle rebondissements. Avec ce second tome de Autre-monde, c’est tout le contraire. C’est la confirmation qu’il y a là un potentiel immense pour que le tout devienne une de mes sagas favorites. Extrêmement fluide, j’ai pris un plaisir fou à parcourir ce chemin vers le sud avec cette petite troupe de héros. J’ai adoré être sans cesse étonné par l’imagination de l’auteur pour son univers et je suis vraiment impatient d’avoir la suite. Moi qui avais commencé cette série en livre de poche, je crois que je vais finir par craquer pour les grands formats tôt ou tard…

 

La communauté du sud, tome 12 : mort sans retour de Charlaine Harris

la communauté du sud tome 12

Une grande histoire d’amour entre moi et cette saga, mon plaisir coupable favori. Ce douzième tome (déjà !) ne fait pas exception à la règle. Englouti en trois jours, j’ai retrouvé les sensations qui font de La communauté du sud une lecture à part mais si charmante. Intrigue décalée, personnages fous et attachants (avec en tête une Sookie qui ne cesse d’évoluer et de m’impressionner par sa « maturité » et sa nouvelle vision des choses), les éléments se mettent en place afin de proposer le final de la série, qui sera, je l’espère, génial.

 

Autres petits coup de cœur

billy-bat-tome-6ONE PIECE T66 vers le soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

Les derniers tomes de One Piece et de Billy Bat se doivent d’être mentionnés dans ce bilan, tant j’ai adoré.
Pour One Piece c’est d’autant plus impressionnant que la série en est déjà à son soixante-sixième tome ! On ne change pas une formule qui marche et après tout ce temps, l’auteur continue de proposer les ingrédients qui font le succès de ce shonen et ce pourquoi j’apprécie.
Quant à Billy Bat, le sixième tome se rapproche davantage du polar que du fantastique ce qui n’est pas pour me déplaire. L’intrigue gagne en intensité et je retrouve vraiment le Naoki Urasawa qui a su me combler avec Monster ou 20th Century Boys. A suivre !

 

 

Les déceptions de 2013

Parce que tout n’est malheureusement pas beau et rose, je profite de ce bilan pour revenir sur deux déceptions littéraires de cette année, deux livres que j’ai abandonné et mis de côté et qui resteront sûrement sans chronique d’ailleurs.

Une place à prendre de J. K. Rowling

une place à prendre jk rowling

Énorme attente de l’année 2012 et pour cause : l’auteure d’un de mes livres favoris revient enfin avec du neuf. Seulement, je n’ai pas été convaincu du tout par ce nouvel ouvrage de JK Rowling, que je considère pourtant comme très talentueuse. Je me suis arrêté à la page 174 après avoir tenté vainement durant un mois d’avancer dans le livre. Malheureusement l’envie n’a jamais vraiment été présente et je n’ai pas apprécié cette satyre, trop crue et pessimiste à mon goût de la société anglaise actuelle. De par son thème, l’histoire ne me faisait absolument pas rêver, ne me faisait pas voyager comme le font d’autres ouvrages. De plus, l’absence de moments joyeux, d’espoir pour les personnages m’a profondément agacé et j’ai au final abandonné.

Les bannis et les proscrits, tome 3 : la guerre de la sor’cière de James Clemens

james clemens la guerre de la sorciere

Entre ce livre et moi c’est une histoire compliquée. Très compliquée. Tout d’abord car il s’agit du troisième tome d’une saga que j’ai pas mal apprécié jusque là. Parce que j’ai mis deux fois le livre de côté et que je dois en être à la page 500 sur 880. Et que certains aspects de la saga continue de bien me plaire. Et pourtant je n’arrive pas à continuer ce tome, l’envie n’est pas réellement présente. Je pense que c’est en partie du au fait que le rythme est lent, très lent, qu’il y a beaucoup de répétitions et surtout que l’auteur abuse d’une chose que je déteste : les facilités. Jusqu’ici, dès qu’un énorme problème surgit, une solution auquel personne n’avait pensé fait son apparition et sauve l’équipe d’une destruction fatale. Et cela a bien du arrivé presque dix fois dans ce tome. Bref, cela nuit à l’intrigue, puisque les rebondissements sont moins palpitants et qu’on ne prends plus peur pour l’héroïne : on sait d’avance que tout va réussir. A vrai dire, j’aimerais poursuivre ma lecture juste pour me prouver que j’ai tort !

 

Et le futur dans tout ça ?

stephen king dome t1

Je lis actuellement le premier tome de Dôme de Stephen King. J’ai passé le premier tiers du livre et pour le moment il me passionne beaucoup. Les descriptions de l’auteur sont vraiment tordantes et l’histoire m’intrigue au plus haut point. J’ai hâte de comprendre les origines de ce Dôme et de voir comment vont évoluer les choses. Car en tant que lecteur, je suis un peu au même point que les personnages du récit : impossible de prévoir quoi que ce soit tant à la base on ne sait rien sur cet étrange champ de force, si ce n’est qu’il existe et forme un huit clos autour de Chester’s Mill.

Pour la suite, j’espère sortir beaucoup de livres de ma PAL, qu’il s’agisse de fantaisie (Le Nom du vent, l’épée de vérité, Druides, etc.) ou de thrillers (Atom[k]a, un Noël à River Falls, Si tu reviens de Joy Fielding…) et surtout découvrir de nouveaux genres, de nouvelles lectures aux origines diverses. Évidemment, j’espère lire davantage qu’actuellement !

 

Et vous, chers lecteurs, quels sont vos livres coups de cœurs de ces six premiers mois, ceux que vous recommanderiez chaudement ?

Publicités

[Chronique] Pretty Little Liars / Les menteuses, tome 2 : Secrets

les menteuses tome 2

Fiche technique du livre
Auteur : Sara Shepard
Genre : Young Adult / Chick-lit
Année d’édition : 2008
Edition : Fleuves Noir / Territoires
Prix : 8,60 euros / 17,90 (Intégrale 1)
Langue : Française
Nombre de pages : 350 pages

Synopsis
Salut les filles… c’est encore moi !
Vous avez vraiment cru que vous seriez débarrassées de moi aussi facilement ?
Eh bien détrompez-vous, enterrement Ou pas, je n’en ai pas encore fini avec vous. Je commence même à prendre goût à ce petit jeu… Il faut dire que vous me facilitez la vie. Dis donc Spencer, c’est pas joli-joli de piquer le petit ami de ta soeur ! Pas plus que de sortir avec son prof d’anglais, hein Aria ? Remarque, y’a pire quand on est une fille de bonne famille comme Emily : par exemple faire les yeux doux à sa jolie voisine.
Et toi, pauvre Hanna, tu crois que tu peux cacher ta fixette sur ton passé de boulimique ?
Et puis surtout, il y a toujours la grande Affaire, la seule, l’unique, j’ai nommé l’Affaire Jenna… Oh, vous devenez toutes blanches ! Sans blague…
Vous ne pensiez quand même pas que j’allais oublier ? Ce serait mal me connaître…

Mon avis

Attention cette chronique contient quelques spoils. Je recommande de connaître la série ou d’avoir lu le premier tome avant de poursuivre la lecture.

   Offrant en guise d’introduction quelques réponses croustillantes à la fameuse affaire « Jenna », on aurait pu penser que ce second tome allait démarrer sur les chapeaux de roues. Ce n’est malheureusement pas le cas car très vite le rythme retombe. Les filles, Hanna, Emily, Aria et Spencer, qui ne s’étaient pas parlées depuis plus de trois ans, se retrouvent enfin… face à plusieurs de problèmes taille. Un décès inattendu les secoue toutes et les replonge dans des souvenirs qu’elles souhaitaient toutes oublier. Mais ce n’est pas tout. En parallèle, une personne agissant sous le nom de A les traque sans relâche, les faisant chanter et dévoilant leurs pires secrets. Problèmes familiaux, sexualité, adultère, tricherie, boulimie, chacune en prend largement pour son grade et progressivement elles sombrent dans un état de panique et de peur. Ce n’est pourtant que le début !

   Il y avait de quoi proposer un tome trépidant, similaire au déroulement d’un thriller, avec un tel début mais assez rapidement, l’auteure fait le choix de se concentrer sur chacune de ses héroines en les faisant toutes évoluer dans leurs petites vies… Intéressant car on s’attache beaucoup à elles. J’adore le caractère d’Aria, la rivalité Melissa / Spencer ainsi que la relation de cette dernière avec Wren. Chaque personnage offre ses bons moments et c’est appréciable d’en apprendre plus sur leurs passés, leurs comportements ou même leurs états d’esprit actuel face aux menaces de A. Les quelques flashbacks où l’on retrouve Alison sont aussi réussis et s’intègrent parfaitement dans l’histoire.

   Néanmoins, à trop vouloir parler de la petite vie de chacune, j’ai trouvé que cela cassait le rythme et que c’était au final assez décousu pendant les deux tiers du livre. Pire, certains passages, en particulier au milieu du livre, m’ont un peu ennuyé. Assez creux, Sara Shepard profite de ces moments moins palpitants pour accentuer le style chick-lit du livre… Je pensais qu’on était un peu épargné après la lecture du premier tome, c’est finalement le contraire puisque cet aspect est plus présent dans « Secrets ». Marques à foison, multiples virées au centre commercial, critiques et réflexions superficielles sur l’apparence ou le poids entre les divers personnages, tout y est ! Pour ceux et celles qui apprécient le genre, cela sera donc un bon point. Malheureusement j’accroche rarement ! C’est d’autant plus dommage que je trouve que cela se prête mal au mystère entourant A et à l’ambiance oppressante qui s’installe au fur et à mesure du tome.

   Toutefois, ces « égarements » sont en partie oubliés grâce à la dernière partie du livre, absolument palpitante et qui a su me scotcher. L’action est au premier plan, les révélations s’enchaînent et le rythme ne décélère pas. J’ai eu de bonnes surprises et scénaristiquement cela m’a plu car les différenciations avec la série TV continuent de se prononcer pour prendre même une tournure inédite en ce qui concerne certains éléments.

   Autre point qui a su me plaire dans ce second tome est la montée en puissance de A. Mais qui est-il ? Est-ce un homme, une femme ? Pourquoi joue-t-il à ce jeu ? Les questions se multiplient tandis que A se fait de plus en plus présent et sa cruauté de plus en plus grande, voire sans limites. On se demande même comment il arrive à réaliser ces multiples méfaits et à traquer les filles ainsi. En tout cas, quel qu’il soit, il marque clairement ce tome par sa méchanceté et ses actions n’ont de cesse que de perturber nos quatre amies qui deviennent parfois hystériques. De ce point de vue, je continue d’ailleurs d’apprécier fortement le livre car on ressent beaucoup la peine et la peur des héroïnes. Les sentiments sont bien retranscrits et on se sent presque tout autant impliqué !

   En conclusion, Secrets est un second tome sympathique, vite dévoré, mais qui m’a moins emballé que le premier. Plusieurs éléments sont en cause : un rythme décousu, de nombreuses longueurs à mon sens inutiles -comme si l’auteure souhaitait faire durer la lecture- en particulier aux alentours du milieu du tome, un aspect chick-lit bien plus prononcé… Des défauts que je considère comme assez importants mais qui sont compensés par l’approfondissement des personnages principaux et de l’intrigue autour de A. De plus, La dernière partie du livre a su me convaincre tout comme le dénouement offrant de très bons moments totalement inédits pour le spectateur que je suis. Ces différences d’orientations attisent totalement ma curiosité et j’ai malgré tout hâte de poursuivre la série. Dommage que l’ensemble de ce tome ne suive pas car cela aurait été parfait.

Ma note : 14/20

PS : Vous pouvez toujours relire ma chronique du premier tome en cliquant ici.

[Chronique] Autre-monde, tome 2 : Malronce de Maxime Chattam

malronce, autre monde tome 2

Fiche technique du livre
Auteur : Maxime Chattam
Genre : Fantastique / Jeune-adulte
Année d’édition : 2009 / 2013 (poche)
Edition : J’ai lu
Prix : 7,60 euros
Langue : Française
Nombre de pages : 480 pages

Synopsis
Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

Mon avis

   Après un petit coup de cœur sur le premier tome : l’alliance des trois qui m’a vraiment charmé (dont vous pouvez re-découvrir la chronique ici), je me devais d’attaquer la suite d’Autre-Monde dès la sortie en poche du second tome. C’est maintenant chose faite, et je ne le regrette pas !

   Reprenant précisément là où le tome précédent s’est arrêté, l’histoire démarre sur une première partie intitulée l’Empire Végétal. Nos jeunes héros, Matt, Tobias, et Ambre, la dernière recrue, forment l’Alliance des trois. Ensemble, ils souhaitent comprendre le comportement des Cyniks et pourquoi ces derniers veulent se liguer contre les Pans. Matt est quant à lui encore plus impliqué. Depuis qu’il sait que Malronce, la reine des Cyniks, le recherche personnellement, il ne peut s’empêcher de vouloir la retrouver et la confronter. C’est donc en quête de réponses à leurs interrogations qu’ils se mettent en route pour le sud du pays (les Etats-Unis) et s’apprêtent à traverser la forêt aveugle.

   J’imaginais ce second tome comme moins surprenant, je me trompais ! Le sentiment de découverte et d’exploration de cet univers semble juste illimité ! Je suis allé de surprise en surprise… La forêt aveugle qui s’étale sur des kilomètres et qui dispose d’arbres haut de 900 mètres, la découverte des Kloranpanphyles, les Cyniks, la fameuse reine et les croyances qui en découlent, l’anneau ombilical… On se rends compte que cloîtré sur l’île de Carmichael, nos jeunes héros vivaient dans le luxe et ne savaient rien du monde extérieur. Je n’en révélerai pas plus au risque de vous gâcher le principal plaisir de cette série : la découverte d’un Autre-monde. Sachez qu’en tout cas c’est une fois de plus réussi, peut-être même plus que dans le premier tome.

   L’histoire de ce tome est plutôt dense et évolue assez rapidement. Le récit est plus sombre, certaines scènes se révélant plus choquantes que celles du premier tome, et on gagne aussi en profondeur. Le danger est plus présent, la mort aussi… Psychologiquement, les nombreux rebondissements et les situations rencontrées poussent nos petites têtes à réfléchir davantage et à prendre des décisions auxquelles ils n’auraient jamais été confrontés dans leurs « vies précédentes ».

   Ainsi, j’ai particulièrement apprécié l’évolution des personnages tout au long de ce tome. C’est plutôt subtil mais pourtant le constat est bien là. Au fur et à mesure de leurs périples, notre petite troupe grandit, apprends de ses erreurs et chacun prends confiance en soi et s’impose à  sa manière. On s’attache beaucoup à nos héros, surtout dans la dernière partie où Tobias et Ambre sont davantage mis en avant. Les nouveaux personnages apparaissant au long du récit sont aussi très intéressants (Le Buveur d’Innonence) et j’ai été enchanté de revoir de « vieilles têtes » du premier tome.

   Et c’est bien là qu’on se rend compte de l’excellence de Maxime Chattam : la maîtrise de son histoire. Qu’il s’agisse de l’univers, du récit et de ses rebondissements ou même des personnages rencontrés, rien n’est laissé au hasard. Tout est somptueusement distillé et on se prends vite au jeu de la découverte. Cela rends le roman extrêmement addictif car on a qu’une envie : tourner les pages et en savoir plus sur ces étranges secrets. Pourtant, là où l’auteur pourrait jouer la carte du suspense à très longue durée (c’est à dire faire patienter plusieurs tomes avant de révéler certains mystères), ici les éléments s’enchaînent assez rapidement, apportant des parts de réponses satisfaisantes et faisant grandement avancer le récit. Je ne me suis donc jamais ennuyé. Le rythme est donc assez soutenu pour un livre du genre et très vite de nouvelles questions se posent, renouvelant à chaque fois l’intérêt pour l’univers crée. Assurément un des points forts de cette saga, malgré des influences Potteresques que je continue de ressentir.

   En conclusion, ce second tome de Autre-monde m’a offert un très bon moment de lecture et est un coup de cœur. Confirmant le très gros potentiel de la saga, Chattam développe et renforce l’incroyable univers qu’il a inventé. Le sentiment d’exploration et de toujours découvrir de nouveaux éléments est vraiment bien retranscrit et absolument grisant. L’intrigue, plus sombre, gagne en profondeur et sait évoluer rapidement, de manière qu’on ne s’ennuie jamais. La résolution d’un mystère en entraînant un autre, Malronce est extrêmement addictif et les pages défilent à toute allure. Une seule envie à la fin de ce tome : connaître la fin de ce premier cycle en lisant le troisième tome : Au cœur du monde.

Ma note : 18/20

[Chronique] Billy Bat, tomes 1 et 2 de Naoki Urasawa

 

 

 

 

 

 

Fiche technique des livres
Auteur : Naoki Urasawa
Genre : Seinen, Thriller Fantastique
Année d’édition : 2012
Edition : PiKa Edition
Langue : Française
Nombre de pages : 198 pages (tome 1), 214 pages (tome 2)

Synopsis (légers spoils !)
Premier tome : en 1949, Kevin Yamagata, dessinateur américain né de parents japonais immigrés aux États-Unis, connaît un succès formidable avec sa bande dessinée « Billy Bat » mettant en scène une chauve-souris dans diverses aventures. Lorsqu’il apprend de façon fortuite qu’un personnage identique au sien existe aussi au Japon, il décide de se rendre à Tokyo pour rencontrer le dessinateur à qui il a peut-être inconsciemment volé l’idée. Une fois sur place, il est rapidement happé par une spirale d’événements curieux qui ont pour dénominateur commun le motif de la chauve-souris…

Second tome : Lors d’une hallucination, Billy Bat, le personnage créé par Kevin, lui annonce que son rôle est de dessiner la suite des aventures. En effet, lui seul peut enrayer le cours des événements. Mais quelle est la nature de cette inquiétante chauve-souris dont l’on entrevoit l’ombre planer sur toute l’histoire de l’humanité, de la trahison de Judas jusqu’à l’Amérique de la fin des années 60, en passant par le Japon du XVIe siècle et ses ninjas ?

Mon avis
Pour cette première chronique de manga, je me permets de chroniquer deux tomes à la fois. Un tome de manga étant relativement court, il est difficile de juger une série et de produire un avis intéressant sur 200 petites pages dessinées. Par conséquent, ce choix de chronique me paraît plus approprié pour l’instant.

   Nouvelle œuvre principale de Naoki Urasawa et co-produit avec Takashi Nagasaki, Billy Bat est publié dans le Weekly Morning de Kodansha et 10 tomes déjà sont parus au Japon. En France, le cinquième tome arrivera début Décembre et le rythme de parution adopté pour le moment semble être d’un nouveau tome tous les deux mois.

   Ici l’auteur retourne à ses précédents « amours », le thriller, en y ajoutant une particularité importante : le tout est teinté de fantastique, de surnaturel. Se situant dans un premier temps en 1949, période d’après guerre pour le Japon, Urasawa multiplie l’usage de faits et évènements passés pour crédibiliser son récit et lui apporter une touche très réelle. On assiste par exemple au meurtre de Shimoyama, directeur des chemins de fer nationaux du Japon en 1949 ou au déraillement du train de Matsukawa, de graves affaires ayant violemment secoué le pays à l’époque. Pourtant, il n’hésite pas non plus à distiller des éléments fictifs, invraisemblables même autour de Billy Bat, cette fameuse chauve-souris. Ainsi, on est rapidement perdu entre réalité et imagination. Et c’est bien là le but recherché par l’auteur : proposer une ré-écriture de l’histoire telle que nous la connaissons en plaçant cette étrange chauve-souris comme un être, une chose, qui en réalité manipule et tire les ficelles du temps. Évidemment, on se pose les questions de ses origines, son existence mais aussi ses buts et motivations. Bien entendu, à la fin du second tome, nous ne sommes pas plus avancés, si ce n’est que le récit et le mystère a pris de l’ampleur.

   A propos du scénario de chaque tome en particulier, le premier sert d’introduction au mystère et personnage fictif Billy Bat. Son créateur, Kevin Yamagata, immigré américain d’origine japonaise, va rapidement se rendre compte qu’il n’est pas le réel créateur de son héros de bande dessinée, qu’un personnage similaire existe au Japon. Dès lors il part à la recherche du créateur original, afin de lui demander la permission d’utiliser son dessin. Un acte noble. Très vite, les évènements vont s’enchaîner et cette recherche sombre au désastre, révélant d’étranges mystères autour de Billy Bat et un intérêt démesuré pour la chauve-souris et la BD par de drôles de protagonistes. Kevin se retrouve dans un complot international qui le dépasse largement. Ce tome met en avant un nombre important de personnages plus excentriques les uns que les autres et certains m’ont même « filé les jetons » (Capitaine Finnley…!). Mention spéciale à Zofu Karama, artiste complètement barré dont les expressions et le comportement loufoque m’ont beaucoup amusé.

   Concernant le second tome, j’avoue qu’il m’a encore plus perdu que le premier. Là où l’intrigue principale semblait être déjà bien développée et me passionnait, l’auteur modifie complètement sa narration. Je sais que Naoki Urasawa adore épaissir le mystère en ne dévoilant qu’une ou deux informations capitales rarement mais quand même ! Ce fut difficile de passer du héros potentiel à autant d’autres personnages et d’époques, surtout parce que je pensais qu’on allait suivre l’histoire uniquement du point de vue Kevin Yamagata. En fait, j’ai davantage eu l’impression avec ce deuxième tome, que le personnage principal n’était autre que Billy Bat et non un humain, puisque tout est centré d’autour de cette chauve-souris. Bon, cela m’a permis d’apercevoir Judas dans un manga… A voir durant les tomes suivants quel était le but de ces multiples voyages dans le temps et ré-écriture de l’histoire, et si l’intrigue va se fixer davantage à une époque particulière. Je pense que oui vu tout ce qui a été développé autour de Kévin Yamagata, mais la certitude n’est pas permise avec ce mangaka !

   Puisque nous sommes en présence d’un manga, je vais parler longuement du dessin. J’ai beaucoup apprécié les deux chapitres d’introduction qui sont en réalité la bande dessinée Billy Bat telle qu’elle est écrite par le héros (?) Kevin Yamagata. Pour le coup, les éditions PiKa proposent une petite trentaine de pages couleurs, le tout imprimé dans un style rappelant fortement les bandes dessinées des années 50 (ressortez vos vieux Mickey, vous verrez ^^ !). S’en suit un retour au style habituel d’Urasawa, dans une version plus moderne, plus affinée. Son dessin a encore gagné en précision et les dessins de lieux et de paysages sont à tomber. Par ailleurs, j’ai aimé m’attarder sur les différentes expressions et visages que Billy Bat propose et c’est honnêtement très bon. Il s’agit pour moi d’un des mangaka réussissant le mieux à faire passer des émotions avec seulement l’utilisation du visage. Son trait est si précis qu’il est très facile d’interpréter d’une case à l’autre ce que ressent le personnage dessiné. Un régal.
Un petit reproche tout de même : comme beaucoup de mangaka qui ont un trait de dessin particulier, on a parfois l’impression de se retrouver devant des personnages de ses précédents manga. C’est particulièrement vrai par exemple pour Ai non Stop, Love Hina et Negima! de Ken Akamatsu. Je n’étais donc pas étonné d’observer des similitudes avec des personnages qu’on pourrait penser sortir tout droit de Monster.

Autre petit reproche à propos de l’édition en elle-même : au vu du nombre d’informations et de personnages croisés dans un tome, un petit récapitulatif et un résumé en début de tome seraient appréciables.

   En conclusion, Billy Bat pourrait bien être un nouveau coup de cœur. Naoki Urasawa sait proposer un thriller efficace tout en se renouvelant et je suis très curieux de voir où va nous mener cette fameuse touche surnaturelle, ce Billy Bat. Aurons-nous une explication réaliste ou non ? Bien que jugé de la qualité d’une série, qui sera apparemment longue, sur deux tomes peut être source de déception ensuite, je fais confiance à l’auteur pour proposer une histoire haletante, pleine de rebondissements et de mystères. En espérant vite se recentrer autour d’un unique personnage principal !

Ma note : 17/20 pour Billy Bat tome 1 ; 15/20 pour le tome 2