[Chronique] Intrusions de Joy Fielding

intrusions de joy fielding

Fiche technique du livre
Auteur : Joy Fielding
Genre : Polar / Thriller
Année d’édition : 2003 (VF)
Edition : France Loisirs
Prix : 16,90 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 398 pages

Synopsis
Echaudée par une mauvaise expérience avec sa précédente locataire, partie en pleine nuit avec plusieurs mois de loyers impayés, Terry hésite à louer à nouveau le cottage au fond du jardin.
Mais lorsque Alison, si gentille et si drôle, se présente à elle, ses réticences s’envolent en une seconde.
Une profonde amitié commence à se nouer entre les deux femmes, mais peu à peu les doutes et les soupçons assaillent Terry.
Alison est-elle la personne douce et innocente qu’elle prétend être, et sa présence auprès de Terry est elle vraiment le fruit du hasard ?

Mon avis
Après m’avoir charmé avec le très sympathique Rue des mensonges, l’envie de tenter un nouveau roman de Joy Fielding a toujours été présente. Une bonne idée ?

   De nature gentille et toujours disponible lorsqu’il s’agit d’aider les autres, Terry est infirmière dans le même hôpital de la ville de Delray, Floride depuis des années. S’occupant principalement des personnes âgées, Terry est appréciée autant par les patients que ses collègues. Mais dans sa vie personnelle, célibataire depuis un moment, vivant dans l’ancienne maison de sa mère tyrannique, elle se sent bien seule. C’est pourquoi elle se décide à louer à nouveau son pavillon, malgré une mauvaise expérience avec la précédente locataire. Quand Alison arrive, elle ne peut que tomber sous le charme. Jeune, pleine de vie, si attentionnée, Terry craque pour cette locataire avec laquelle elle lie une amitié, peut-être trop rapidement. Progressivement pourtant, le doute s’installe quant à l’apparition de cette fille dans sa vie… Ne l’aurait-elle pas choisie ?

   Intrusions est l’un de ces polars où la clé de voûte réside dans son twist scénaristique, basée sur sa douce et subtile montée en puissance pour exploser dans un second temps. Écrit dès les premières pages de manière à immiscer le doute dans les esprits, la curiosité nous pousse à faire défiler les pages et ce jusqu’au dénouement.
L’ambiance et le rythme sont plutôt légers la première moitié du livre et je dirais même que c’était parfois assez long et quelque peu girlish à mon goût. Un aspect parfois mièvre s’installe rapidement, en particulier lors des discussions entre les deux héroïnes, et j’ai dénoté des répétitions dans les pensées ou actions des personnages un peu agaçantes. Toutefois, on sent que ce long démarrage est volontaire voire nécessaire pour tisser la toile dans laquelle on va être projeté. C’est écrit de sorte à ce que l’on s’interroge, qu’on analyse les phrases des protagonistes, qu’on cherche la petite bête. D’ailleurs, dès le départ, Joy Fielding nous fait comprendre que quelque chose ne va pas, qu’il y a peut-être des questions à se poser, et que la fin ne sera pas heureuse. Un mal pour un bien en soit.

Survient ensuite ce que j’attendais avec impatience : l’arrivée des complications. On gagne alors sensiblement en efficacité, les surprises s’enchaînent, le rythme et l’action s’accélèrent, tout comme les révélations, et l’horreur s’est peinte devant mes yeux et dans mon esprit. Ce, jusqu’à l’ultime page qui m’a estomaqué. Je dois avouer que même avec ma folle imagination et deux, trois éléments pour lesquels je n’étais pas loin d’avoir deviné, j’ai tout de même été agréablement surpris et choqué par la tournure des évènements. L’aspect mièvre qui était présent dès le départ disparaît totalement pour ne laisser place qu’à la folie et ce contraste renforce à mon sens l’impact du dénouement. Quant à la conclusion, plus surprenante encore que ce fameux twist scénaristique, je m’incline et salue le courage de l’auteure. Tous ne l’auraient pas proposé et je l’ai trouvé fascinante, accrocheuse et originale. Une fin marquante, qui restera dans ma petite mémoire de lecteur, du bon travail donc.

Par contre, autant l’intrigue a su me séduire malgré quelques défauts, autant d’autres éléments composant Intrusions auraient mérité d’être approfondis. D’abord les protagonistes. Certes, ils servent parfaitement l’histoire, chacun ayant au final un rôle bien précis dans ce joyeux bordel. Mais certains dialogues auraient gagné à être un poil plus intéressant, et surtout, je n’ai réussi à m’attacher à aucun des personnages. Certains m’ont paru insipide, à l’image de KC et Denise. Même les deux héroïnes, Terry et Alison, pourtant bien plus développées que les autres ne m’ont pas réellement scotché. Ce n’est peut-être pas le genre de lecture permettant d’apprécier grandement les personnages, mais j’ai connu mieux. J’adresse un reproche similaire au récit : trop court, un meilleur équilibrage entre sa première et seconde partie aurait été appréciable. L’intrigue en elle-même est particulièrement délimitée, on ne s’éloigne jamais de la trame principale et j’aurais aimé en savoir bien plus sur l’héroïne et Alison. D’ailleurs après avoir bouclé ma lecture, de nombreuses questions continuaient de me trotter en tête… Rageant, lorsque l’on souhaite tout savoir.

   En conclusion, j’ai passé un agréable moment de lecture avec ce roman à suspense. D’abord accompagné d’un ton très léger à l’accent parfois mièvre, la route vers l’inéluctable se fait lentement mais surement jusqu’à aboutir à un twist réellement surprenant, savoureux… Et horrible ! Un retournement attendu mais si loin de ce que j’avais imaginé qu’il me laisse pantois et songeur. Malgré tout, le récit souffre de nombreux petits défauts, notamment son rythme mal équilibré, sa relative durée et son manque de profondeur, me laissant sans réponse par endroit. Par conséquent, je considère l’ensemble bien en deçà des ténors du genre et je recommande Intrusions aux amateurs du genre, à la recherche d’une certaine originalité.

Ma note : 15/20

A noter que ce livre a aussi été édité en France sous le titre Jardin Secret.

jardin secret joy fielding

Publicités