[Mes Actua-littés] Stone Island de Alexis Aubenque

Bonne nouvelle à tous les amateurs de polar, Alexis Aubenque et les éditions du Toucan nous feront le plaisir d’éditer un nouveau roman inédit du monsieur intitulé Stone Island.

stone island alexis aubenque

Le synopsis de ce one shot est le suivant : Archipel en plein cœur de l’océan pacifique, Stone Island est le paradis sur Terre…ou presque…
A la suite du décès de son père biologique, Fiona Taylor, jeune avocate fraîchement diplômée, devient héritière. Plutôt que de couler des jours paisibles dans son pays d’adoption, elle décide de se rendre sur Stone Island à la recherche de ses véritables racines. Dès lors, elle va s’établir dans une vaste demeure coloniale, perdue dans la jungle, où accueillie par des domestiques et une aïeule au comportement étrange, elle tentera de percer les secrets de sa famille. Dans cette quête, elle doit passer par le commandeur Jack Turner, premier homme de loi de l’île, qui doit faire face de son côté au meurtre d’un homme d’affaires, tué dans des circonstances étranges. Simple crime crapuleux, raciste, ou plus délicat encore ?
Turner devra faire le tri entre toutes les pistes, pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants d’une inquiétante série de meurtres qui ne serait peut-être pas sans liens avec les questions de Fiona…

Un thème différent de ses précédents polars, qui pourrait se révéler très intéressant. A noter que le livre sera disponible dès le 3 Juin 2013 au prix très doux de 9,95€ TTC aux éditions du Toucan. Une initiative que je salue grandement, car même si le livre se rapproche davantage d’un format poche, cela fait plaisir d’avoir de l’inédit à ce prix là.

PS : Vous pouvez toujours retrouvé ma chronique de « 7 Jours à River Falls » de l’auteur en cliquant ici.

Publicités

In my mailbox (8) [Spécial salon du livre policier de Lens]

Bonjour à tous !

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Liliebook qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français.”

SAMSUNG

Nous revoici pour un nouveau In my mailbox. J’avais décidé d’être sage après les achats récents mais c’était sans compter sur le Salon du livre policier de Lens ce week-end. Au menu : découvertes, cadeaux et confirmations pour certains auteurs, le tout signé et accompagné à chaque fois d’un gentil mot par les auteurs. Un vrai plaisir. Voici la liste des arrivants dans la PAL :

  • Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giébel. Très réputé dans le petit monde du polar et du thriller, ce livre m’a été recommandé par crystal sur livraddict, j’ai su qu’il me fallait ce livre lorsque j’ai appris que l’action se déroulait en pleine montagne ! J’imagine déjà des vallées gigantesques, presque inconnues de l’homme et… beaucoup d’intrigues et de folies !
  • La chambre des morts de Franck Thilliez. J’ai découvert qu’avant d’inclure Sharko et Lucie dans ses livres, l’auteur avait déjà développé chacun des deux persos dans divers thrillers. La chambre des morts est le premier livre où apparaît le personnage de Lucie Hennebelle. Une séance de rattrapage donc. Et ça se situe dans le Nord 🙂
  • Un Noël à River Falls de Alexis Aubencque. Dernier tome de la trilogie de River Falls, il était temps que je m’y mette quand même. J’espère passer un bon moment et surtout en apprendre plus sur le couple Logan / Hurley ainsi que sur leurs passés respectifs. Vous pouvez retrouver ma chronique du second tome, un automne à River Falls ici.
  • Gataca de Franck Thilliez. « Second » tome des aventures de Sharko et Lucie, ce livre fait apparemment suite au livre Le Syndrome [E], que je lis actuellement et avec lequel j’ai passé un bon moment jusque là.
  • La cote 512 de Thierry Bourcy. Grosse découverte pour moi ici. Il s’agit du premier tome d’une série de polar se déroulant durant la guerre 14-18. Un bon moyen de mêler l’histoire et le polar avec ce livre plutôt court (260 pages), parfait pour découvrir l’auteur et changer d’air.
  • Canyon Creek de Alexis Aubencque. Il s’agit d’un One Shot de l’auteur, paru l’été dernier directement dans un format « poche », au prix de 9,95€. Un fait suffisamment rare pour être souligné car en grand consommateur que nous sommes c’est toujours appréciable de payer peu ! Selon M. Aubencque, ce thriller est un peu sa vision d’un Twin Peaks en plein désert américain. Nouveaux personnages, nouveaux décors, cela me permettra de découvrir une nouvelle facette de l’auteur. Puis il me l’a tellement bien vendu que j’étais obligé de craquer !

Et vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué récemment ?

PS : La PAL et la Wishlist ont été mises à jour!

[Chronique] 7 jours à River Falls de Alexis Aubenque

7 jours à river falls

Fiche technique du livre
Auteur : Alexis Aubenque
Genre : Thriller
Année d’édition : 2008
Edition : Le livre de poche
Langue : Française
Nombre de pages : 476 pages

Synopsis
Sarah Kent, issue d’une famille modeste, est une étudiante modèle qui mène une vie paisible, parmi l’élite de l’université de River Falls, une petite ville des Rocheuses. Pourtant tout va changer, un matin de printemps, quand Amy Paich et Lucy Barton, ses deux meilleures amies des années de lycée, sont retrouvées atrocement mutilées dans la forêt toute proche. Or, deux jours auparavant, Sarah avait reçu une lettre, plutôt étrange, de Lucy et Amy… Le monde de Sarah bascule dans l’horreur. Sera-t-elle la prochaine victime du tueur ? Le shérif Mike Logan, aidé de Jessica Hurley, son ex-petite amie, une profileuse réputée, est chargé de l’enquête. Tous deux croient très vite être sur la bonne piste. Mais ils ignorent que leur adversaire les manipule avec une redoutable perversité…

Mon avis
7 jours à River Falls est le premier thriller d’une trilogie de Alexis Aubenque, auteur français dont les précédents écrits étaient des romans de science-fiction (La chute des Mondes notamment). Après avoir entendu énormément de bien concernant la saga de River Falls, le second tome ayant même gagné le prix du meilleur Polar 2009, j’ai décidé de sauter le pas et de me faire mon propre avis.

   Démarrant sur les chapeaux de roues, 7 jours à River Falls s’arme d’un prologue diablement accrocheur. L’une des premières choses qui détonne et qui m’a personnellement perturbé lorsque j’ai commencé ma lecture est l’environnement choisi par l’auteur. Étant écrit par un français, j’avoue que le fait que l’action se déroule dans une ville des États-Unis m’a rebuté car j’avais l’impression d’assister à un mime, que l’auteur essayait de reprendre des idées des ténors et autres « stars » du genre. Les prénoms et noms utilisés sont par exemple très bateaux (Mike Logan, Jessica Hurley, Sarah Kent…) et même les descriptions des lieux semblent assez forcées.
Malheureusement ce manque d’originalité se retrouve aussi un peu dans le récit en lui-même. L’histoire compte de nombreux rebondissements et est très accrocheuse, pourtant j’ai trouvé que l’ensemble manquait d’un peu de folie et même si certains retournements de situation sont bien trouvés, je pense que j’aurais aimé être davantage surpris.

   Toutefois malgré ses défauts, 7 jours à River Falls peut aussi compter sur de jolies qualités pour séduire. La principale étant, pour moi, la construction choisie par l’auteur. Comme l’indique le titre du livre, on passe 7 jours dans cette ville des États-Unis, la chronologie ayant une place cruciale dans le récit. Ce point est très important car beaucoup d’évènements et de rebondissements vont jouer sur cette chronologie précise et cela renforce l’immersion en donnant le sentiment de vivre réellement l’enquête comme pourrait le vivre un inspecteur réellement. De plus, ça ajoute une certaine pression lors de la lecture parce que lorsque l’on démarre une nouvelle journée, on ne peut s’empêcher d’être plus stressé et impatient en même temps car on sait l’échéance plus proche. Prévoir le récit sur 7 jours a permis a l’auteur d’équilibrer comme il se doit les différentes phases de l’histoire et, coordonner au bon rythme du livre, on obtient une lecture assez soutenue où les temps morts sont rares. A vrai dire, j’en ai repéré un seul entre les journées 4 et 5… mais ça repartait ensuite de plus belle !

   Autre point qui m’a particulièrement charmé dans River Falls : le duo Logan / Hurley. L’un étant inspecteur, l’autre étant son ex-petite (aïe !) amie profileuse. Rien que cette petite description laisse augurer du très sympa. On se doute évidemment que les deux doivent avoir un passé commun fort, quelques petits secrets bien piquants… et pourtant ils continuent de se fréquenter et bossent même ensemble ici. Bref, le genre de relation que le petit lecteur que je suis adore suivre ! Et effectivement dans 7 jours à River Falls, ce duo fonctionne très bien. J’ai donc beaucoup apprécié ces deux personnages et leurs personnalités. S’agissant d’une trilogie, j’ai hâte de les retrouver et surtout d’en apprendre davantage. Un fil rouge supplémentaire et donc une raison supplémentaire d’être accroc ! Malheureusement je ne peux pas en dire autant des autres personnages, qui souffrent du même défaut que l’environnement décrit : un manque d’originalité flagrant. La plupart des protagonistes sont clichés à souhait. Certains m’ont quand même plu, notamment Sarah Kent, en particulier sur la fin, mais là aussi une petite touche folie aurait été la bienvenue.

   En conclusion, 7 jours à River Falls est un bon petit thriller. Plaisant à lire et disposant d’une construction sympathique, il permet de suivre une intrigue agréable, sans réels défauts mais pas exceptionnelle pour autant, en compagnie d’un duo Inspecteur / Profiler efficace. Le récit est rythmé, on ne s’ennuie quasiment pas, et le plaisir et la découverte de la lecture sont très présents, suffisamment pour rendre accroc et vouloir assister au dénouement. Toutefois, et comme vous pouvez le constater tout au long de cette chronique, l’originalité n’a pas été invité à River Falls. Le livre dans son ensemble est bon, mais en cherchant à proposer quelque chose de trop lisse et classique, comme si Alexis Aubenque souhaitait à tout prix réussir son essai dans le genre du thriller, il oublie de proposer ces fameux éléments permettant de se différencier de la masse et de nous marquer profondément. Reste un bon moment de passé… et c’est déjà pas mal !

Ma note : 14/20