[Chronique] Le puits des mémoires, tome 2 : Le Fils de la Lune de Gabriel Katz

le puits des mémoires tome 2

Fiche technique du livre
Auteur : Gabriel KATZ
Genre : Fantasy
Année d’édition : 2013
Edition : Scrinéo / Pocket
Prix : A partir de 7,70€ TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 450 pages

Synopsis
Fuyant le royaume d’Helion où leur tête est mise à prix, Nils, Karib et Olen s’embarquent pour Woltan, sur les traces de leur identité. Pourquoi ont-ils assassiné le plus puissant roi du monde ? Dans leur quête de la vérité, ils vont découvrir un royaume fascinant, colossal, aux frontières des terres barbares. Mais leurs poursuivants n’ont pas abandonné la traque…

Pour les fugitifs sans mémoire, c’est l’heure des révélations, et de la plongée dans le grand nord, où leur vie ne tient qu’à un fil.

Mon avis
Seconde lecture commune avec la copinaute La tête dans les livres, j’étais très impatient de démarrer ce deuxième tome, en particulier après la bonne impression laissée par le premier tome. Le potentiel de la saga se confirme-t-il ?

   Nos trois amis, Olen le joli cœur, Nils le méfiant et Karib le mage, ont enfin découvert leurs véritables identités. Malheureusement, aucun répit ne leur sera accordé, et c’est dans la précipitation et la peur qu’ils fuiront le royaume d’Hélion à toute vitesse. Ce second tome nous place directement dans le voyage d’Hélion à Woltan, royaume où les fugitifs pensent pouvoir trouver de nouvelles réponses à leur amnésie. Mais alors que la traversée est loin d’être aisée, ils vont rapidement comprendre que survivre à Woltan l’est encore moins. Entre la découverte de ce vaste royaume, les révélations sur leurs identités, leurs passés ainsi que leurs entourages, personne n’est au bout de ses surprises, et surtout pas notre fameux trio.

   Je vais être honnête tout de suite : ce tome fut un véritable coup de cœur. Un gros comme je n’en avais pas eu depuis longtemps. J’ai tout simplement adoré et ce pour de multiples raisons. Malgré un rythme un poil lent en début de tome, servant particulièrement à resituer le cadre de l’histoire et résumer quelques renseignements concernant le trio de héros, on est rapidement amener à suivre de multiples rebondissements au royaume de Woltan, bien plus immense que ce que je pouvais présager au départ. L’action est très présente, tout comme les interrogations sans cesse renouvelées et bousculées. Je dois dire que Gabriel KATZ est très fort pour jouer avec le lecteur : entre fausses affirmations, nouvelles révélations, cliffhanger important, il joue avec nos nerfs et  nous amène là où lui seul le désire.

   Comme précédemment, les personnages principaux restent l’un des points forts du livre et sont toujours aussi attachants, si ce n’est plus encore. Alors que l’on apprend à les connaître davantage lorsque de nouvelles facettes d’eux surgissent, l’auteur en profite pour nous prendre au dépourvu et dévoile progressivement des bribes de leurs passés. Évidemment loin de ce que j’avais pu imaginé en premier lieu. Seulement, au lieu de simplement nous énoncer tout sur un plateau d’argent, les révélations se fout au compte goutte et sont venus chambouler mes croyances. J’ai apprécié cette dualité entre leur passés : qui ils étaient et comment ils étaient perçus et leur nouveau moi, personne qui a vécu des tas de choses autour du monde et qui ne possède aucun autre souvenir. Les différences sont très bien trouvées et renforcent cette volonté de toujours vouloir en apprendre plus sur ces trois comparses. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et savent se montrer dans l’ensemble bien plus intéressants et profonds que dans le premier tome.

   La plume du premier tome m’avait déjà charmé, cette fois ce fut la consécration. Peut-être Gabriel Katz se sentait à présent plus à l’aide mais l’ironie et les passages humoristiques sont très présents et ce n’est pas pour me déplaire tant ils m’ont plu et ont su me fait rire. D’ailleurs, entre l’humour, les moments forts en émotion, la surprise, la peine pour certains passages, le dégoût pour certains, la crainte ou la joie, je dois reconnaître que Le fils de la Lune m’aura fait vivre une sacrée palette d’émotions, chose rare en fantasy mais ô combien grisante ! Ajouter à cela une vraie maîtrise de l’histoire jusqu’à la dernière ligne, complétement dingue (oui, j’ai pété un cable !) et vous comprenez bien ce qui justifie mon adoration.

   Du côté des reproches, si je dois en adresser un seul, serait l’absence d’une carte en début de tome. J’étais un peu perdu en Woltan, car au départ, c’est décrit comme un royaume. Mais il y a des royaumes dans ce royaume. Et il y a le port de Woltan, mais qui n’a  rien à voir avec Woltan la capitale par exemple ! Aussi, histoire de ne pas bouder mon plaisir, une centaine de pages supplémentaires m’auraient comblé car je ne voulais vraiment pas lâcher mes potes…

   En conclusion, Gabriel Katz offre avec ce second tome de sa trilogie Le puits des mémoires, un moment de lecture si bon que ce fut une véritable vague qui m’a submergé. Qu’il s’agisse du rythme parfaitement dosé, de cette plume accrocheuse et pleine d’humour, de ses rebondissements à foison et extrêmement bien pensés, Le fils de la lune est incroyablement maîtrisé et plaisant. Je tire mon chapeau à Monsieur KATZ qui aura su me bluffé en proposant un second tome de cette qualité et me rendre malade à l’idée d’attendre de découvrir le fin mot de l’histoire. Et pourtant, je vais devoir trouver la force de patienter…

Ma note : 19/20

N’hésitez pas à découvrir la chronique de ma copinaute La tête dans les livres en cliquant ici ! Merci 😀

Publicités

[Chronique] Le puits des mémoires, tome 1 : La traque de Gabriel Katz

le puits des mémoires tome 1 la traque

Fiche technique du livre
Auteur : Gabriel KATZ
Genre : Fantasy
Année d’édition : 2012 (VF)
Edition : Scrineo / Pocket
Prix : A partir de 6,80€ TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 381 pages

Synopsis
Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot accidenté en pleine montagne. Aucun d’eux n’a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu. Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l’autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.

Mon avis
Une saga plébiscitée par la blogosphère depuis sa sortie. Un auteur qui semble devenir une valeur sûre. L’envie d’en apprendre bien plus… Quoi de mieux qu’une lecture commune avec La tête dans les livres pour partir à sa découverte ?

   Au premier abord, la trame de cette saga pourrait paraître classique. Un trio d’hommes se réveillent au beau milieu d’une montagne qui leur est inconnue. Ces derniers, enfermés dans des espèces de cercueil ne se souviennent de rien, s’obligeant à se créer une nouvelle identité. Pourtant, des connaissances, ils en ont à foison, alors pourquoi cette absence de souvenir ? Cherchant dans un premier temps à survivre, puis des réponses à leurs interrogations, ils vont se retrouver malgré eux piégés au sein du royaume de Hélion lorsque les chevaliers de cristal viendront quérir leurs têtes. Commence alors pour eux La Traque.

   La force de l’intrigue réside dans son traitement, original et bien pensé. Partant d’une idée simple, l’amnésie, Gabriel Katz bâti son scénario en l’entourant de mystères et distille les informations au compte goutte, bien souvent par le biais d’ouîe dire, d’annonces officielles ou en nous contant le point de vue de personnages secondaires. Et ça fonctionne à merveille, car je me suis immédiatement attaché à ces héros atypiques et si différents. Dans ce contexte d’amnésie, chaque information, aussi insignifiante soit-elle, devient primordiale, la quête de vérité prenant le pas sur tout.

   En choisissant de mettre l’accent sur les trois personnages principaux que sont Karib, Nils et Olen, l’auteur réussit le tour de force de rendre irrésistible en très peu de pages ces trois hommes. L’impression de découvrir en même temps qu’eux les traits de caractères les constituant est particulièrement grisante et j’ai notamment eu un petit coup de cœur pour Karib, ce mage qui s’ignore. Néanmoins, les personnages secondaires sont clairement de mis de côté et il n’est pas rare, lors d’un des nombreux changements de points de vue, de découvrir une nouvelle tête qui ne tiendra malheureusement pas longtemps. Dommage, car certains, notamment « Serviteur », ont du potentiel et auraient mérité d’être approfondis. Cela dit, il y a tellement à découvrir et une curiosité si présente que ce défaut paraît bien mince à côté du reste !

   Par chance, La traque ne se résume pas qu’à ça. Baignant dans un univers fantaisiste et moyen-âgeux, c’est l’occasion de dépoussiérer les éléments constitutifs du genre. On apprend notamment assez tôt qu’il existe des écoles de magie, enseignant chacune une spécialité : l’illusion, la magie blanche, l’invocation d’esprit et que comme dans tout bon livre qui se respecte, les sorts sont divisés en catégorie mineure et majeure. Que les novices se rassurent, ces détails s’intègrent parfaitement dans le fil de l’histoire et sont parfaitement expliqués. Nécromanciens, alchimistes et même un bien drôle de chien sont également de la partie, et c’est appréciable de découvrir ces différents éléments s’intégrer dans l’intrigue.

   La fin me rappelle, hélas, que ce titre a toujours été prévu comme une trilogie. Palpitante donc, après quelques passages un peu moins rythmés, mais me laissant horriblement sur ma faim en attendant la suite, prévue pour Avril en poche chez Pocket.

   En conclusion, la saga du puits des mémoires commence plutôt fort avec un premier tome solide et très plaisant à découvrir. Reprenant certains grands codes de la fantasy (présence de magie et de leurs écoles, nécromancie, lycanthropie), le récit trouve sa force dans son intrigue finement traitée et son trio de personnages principaux incroyablement attachants. Si vous ajoutez à cela un rythme entraînant, une curiosité constamment mise à l’épreuve, de l’action et une bonne dose de cynisme servie par une plume agréable, vous obtenez une multitude de raisons de vous y pencher sérieusement.

Ma note : 17/20

N’hésitez pas à découvrir la chronique de ma copinaute La tête dans les livres en cliquant ici ! Merci 😀

Tag : Possédez-vous un livre qui… ?

tag pocket jeunessePocket Jeunesse propose de plus en plus des tests agréables destinés à tous les lecteurs que nous sommes. Je trouvais le thème et les questions de celui-ci plutôt intéressant, alors voici enfin mes réponses !

1) une série complète de plus de 3 tomes : Harry Potter, Les Haut Conteurs, Love Hina, Death Note, Les aventuriers de la mer, pour ne citer que quelques exemples.

2) un livre avec la tranche abîmée : Oui et plusieurs malheureusement. Je suis sacrément protecteur envers mes livres, mais un accident est si vite arrivé…

3) un livre avec une préface : Oui, et cela fait plaisir d’avoir cette petite surprise lors de l’ouverture du livre. Un nom ? La liste de mes envies de Grégoire Delacourt.

4) un livre dans une langue étrangère : En bon français que je suis et en personne ayant (un peu) le goût des mots, je reste spécialiste de la VF. Toutefois, je possède The Cuckoo’s Calling de Robert Galbraith en VO.

the-cuckoo_s-calling jkr5) un livre que vous ne lirez sans doute jamais : Il y en aura sûrement sans doute plusieurs qui ne seront jamais commencés, mais ma première pensée va vers le premier tome de l’Épée de Vérité de Terry Goodkind. Les critiques l’ont anéanti à mes yeux.

6) un livre que vous avez détesté : Le mot me semble fort mais Une place à prendre de J.K. Rowling est ce qui s’en rapproche le plus : ennuyeux, lent, sans réel but, je n’ai pas accroché du tout.

7) un livre avec plus de 3 feuilles vierges à la fin : Oui ! Je ne les compte même plus d’ailleurs… Quel est l’intérêt en fait ?

8) un livre que vous avez lu plusieurs fois : Harry Potter évidemment ! Un cri dans la nuit de Mary Higgins Clark figure aussi dans cette liste et je pourrais citer de nombreux manga (je veux relire Full Metal Alchemist !).

9) un livre avec une couverture argentée : J’allais dire non, mais (ça) c’était avant de fouiner dans ma bibliothèque et de retomber sur Paradise Kiss aux couvertures argentées et clinquantes, donc c’est un oui !

paradise kiss tome 110) un livre sans remerciements : Oui, j’en ai beaucoup, malheureusement. Exemple récent : la ballade de l’impossible de Haruki Murakami. C’est bien dommage d’ailleurs. Un geste si simple…

11) un livre avec une découpe de couverture qui sort de l’ordinaire : Je vous laisse fouiller dans ma bibliothèque pour voir si j’en aurais un. Pour ma part je ne pense pas.

12) un livre qui a toujours un bandeau « nouveauté » / « en ce moment au cinéma » … : OUI ! J’en ai des tonnes… C’est stupide, mais je ne peux pas m’empêcher de garder tous ces bandeaux. Qu’ils soient là pour faire la pub d’une série TV, d’un anime, d’une suite attendu, d’un film ou d’un prix, je les conserve toujours.

13) un livre qui, à la base, ne vous appartenait pas : Oui ! Entre les dons généreux de ma mère en matière de livre ou le troc effectué avec mes anciens voisins et toujours amis, beaucoup de livres ne m’appartenant pas ont fini par arriver dans ma tour.

14) un livre dont la jaquette a mystérieusement disparue : Non, par chance je n’ai pas encore connu ce drame 🙂

15) deux fois le même livre : Il ne m’en reste qu’un : Anges et démons de Dan Brown. J’avais acheté l’édition de poche il y a un bail puis j’ai trouvé un jour le grand format à 1€ dans un parfait état… Craquage obligatoire !

anges et démons16) un livre sans nom d’auteur : Aucun ne me vient à l’esprit.

17) un livre qui a un format atypique : Idem, je ne pense pas avoir de livres trop particuliers dans ma bibliothèque.

18) des ebooks : Oui… ce qui est absurde car je ne les lis pas. Il s’agit d’e-books achetés en promotion (dans le genre Bragelonne et ses supers promos à 0.99€) principalement.

19) une série dont les tranches forment un motif/dessin : Oui ! Les manga sont d’ailleurs à mon sens et en général ce qu’il y a de mieux dans le genre.

20) des livres dérivés d’une série (nouvelle, livre compagnon, …) : Oui. Dans le genre, j’ai d’abord les fanbooks, comme Le petit monde de Fruits Baskets, ou encore celui de Tsubasa Reservoir Chronicle. Après il y a les spin off d’Evangelion (dont le Maiden m’a fortement déplu). Je pourrais aussi mentionner Retour au pays de Robin Hobb, se voulant être un prélude à l’Assassin Royal et aux Aventuriers de la mer.

retour-pays-robin-hobb21) tous les livres parus d’un auteur : Oui. C’est très rare en réalité mais un exemple facile me vient en tête : Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell.

22) un livre avec comme thème le voyage dans le temps : Oui. C’est un thème que j’apprécie beaucoup, quelque soit la manière dont il est traité. Le temps c’est tellement de choses, tellement précieux et rien à la fois. Pour cette question, je vais citer, Thermae Romae, BD où Lucius Quintus Modestus, architecte de l’Antiquité, se retrouve projeter dans le Japon actuel en prenant… un bain ! Quartier Lointain serait un bel exemple aussi.

23) un livre dont l’intrigue se déroule dans un vaisseau spatial : Non. J’ai Planètes de Makoto Yukimura car une bonne partie de l’intrigue se situe dans un vaisseau mais cela s’arrête là.

24) un livre que vous avez acheté pour la couverture : Oui et non. Je triche un peu. Disons que je suis follement tombé amoureux de la couverture du Nom du Vent de Patrick Rothfuss paru chez Bragelonne. Bien sûr, cela ne fait pas tout car avant de craquer je me suis quand même renseigné sur le livre. Mais je dois avouer que la couverture a été déterminante, pour une fois !

Le nom du vent 225) un livre dont l’intrigue se déroule en Australie : Non.

26) un livre dont vous aimez particulièrement le titre : Chronique du tueur de roi, première journée : le nom du vent. Tout m’attire dans ce titre. Des chroniques ? Un tueur de roi ?! Le vent ? Qui aurait un nom ?! C’est à la fois un appel à l’aventure, à la découverte, aux mystères, au drame et à la magie !

27) un livre avec un animal sur la couverture : Hum… C’est un animal le serpent des mers ? xD Sans aller jusqu’à vous citer les corbeaux peuplant certaines couvertures, je peux dire oui en prenant en compte le loup apparaissant sur quelques couvertures de l’Assassin Royal de Robin Hobb.

28) un livre dans lequel un personnage porte votre prénom : Les Haut-Conteurs, tome 2 ❤ Merci à Oliver Péru et Patrick Mc Spare !

hauts conteurs29) un roman de zombies : The Walking Dead me vient à l’esprit, mais il s’agit d’un comics. Est-ce qu’il compte ? Pour moi oui 🙂

30) un roman qui n’est pas dans notre bibliothèque parce que vous l’avez prêté : Non. Ma bibliothèque est certes segmentée entre mon ancienne chez ma mère et l’actuelle chez moi, mais je le reconnais, il n’est clairement PLUS dans mes habitudes de prêter mes livres chéris. Il n’y a rien de plus rageant que de constater qu’un livre que vous avez prêté revient avec de légers coups… Alors si vous êtes maniaque comme moi…

 J’obtiens donc 23 réponses positives sur 30 ! Selon le tag, le résultat est donc le suivant : Entre 16 et 25 affirmations : Les livres, c’est du sérieux ! Vous avez une belle collection mais cela ne vous empêche pas d’en vouloir encore de nouveaux ! Comme on vous comprend !

Bon entre nous, n’étant pas loin des 25 affirmations, et qu’au delà de 25 on est considéré comme une annexe de bibliothèque (!), on peut presque dire que je suis une annexe en construction non ? ^^’
Et vous, quel est votre résultat ? Vous pouvez retrouver le test complet sur le site des éditions Pocket Jeunesse ici.

PS : Je remercie http://leslecturesdebouch.fr/2014/05/tag-possedez-vous-un-livre-qui/ pour avoir proposé une image aussi sympathique ! En espérant qu’elle ne m’en veuille pas de l’avoir utilisé.

In may mailbox (20) – Mai 2014

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Juin est déjà là. Le temps continue de défiler à une vitesse folle et je tiens tout d’abord à m’excuser pour l’absence d’activité sur le blog. J’ai toujours beaucoup d’idées, de chroniques à vous proposer, de nouvelles choses à mettre en place mais malheureusement le travail continue à ronger énormément de temps tout comme toutes mes autres petites occupations. Qu’à cela ne tienne, je garde espoir que le blog retrouve davantage de vigueur !
En attendant, je vous propose mes quelques achats du mois, qui pour une fois, sont très centrés autour de même séries :

SAMSUNGViennent s’installer dans ma PAL ce mois-ci :

  • La voleuse de livres de Markus Zusak. Au vu du thème abordé dans le livre et des jolies chroniques que j’ai pu lire sur d’autres blogs, La voleuse de livres me faisait vraiment envie ! Puis il y a eu ce super concours de la part des éditions Pocket, et par chance j’ai gagné un exemplaire ^^ Par conséquent, je tiens vraiment à remercier les éditions Pocket pour ce joli cadeau et j’espère pouvoir vous en dire plus prochainement !
  • Les Aventuriers de la mer, tome 7, 8, et 9 de Robin Hobb. Bien que vous ne le voyez pas sur le blog, j’ai en fait lu les 6 premiers tomes de cette saga (donc oui, j’ai trois chroniques de retard ^^’). Il s’agit probablement de l’une de mes plus belles découvertes de ces dernières années et je n’hésite pas à la placer au niveau de l’Assassin Royal tant elle me plaît. Inutile de vous dire que cela a été très dur de faire une pause !
  • Les Haut Conteurs, tome 3, 4 et 5 de Oliver Péru & Patrick Mc Spare. Voici donc que la série est complète chez moi ! J’avais bien apprécié le premier tome, sans que cela ne soit inoubliable non plus, et le second tome m’a fait passé un bon moment aussi, alors pourquoi pas ? ^^ Puis, je ne voudrais pas avoir l’air de me justifier, mais vraiment, les promotions de France Loisirs rendaient l’achat trop intéressant !

Et vous, avez-vous fait de nouvelles acquisitions récemment ?

[Chronique] Maîtres du jeu de Karine Giébel

maitres du jeu

Fiche technique du livre
Auteur : Karine Giébel
Genre : Thriller
Année d’édition : 2013
Edition : Pocket
Prix : 2,90 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 125 pages

Synopsis
Il y a des crimes parfaits.
Il y a des meurtres gratuits.
Folie sanguinaire ou machination diabolique, la peur est la même. Elle est là, partout : elle s insinue, elle vous étouffe… Pour lui, c’est un nectar. Pour vous, une attente insoutenable. D où viendra le coup fatal ? De l ami ? De l amant ? De cet inconnu à l air inoffensif ? D outre-tombe, peut-être…

Ce recueil comprend les nouvelles Post-mortem et J’aime votre peur.

Mon avis
Voilà un moment que je souhaitais découvrir l’univers de Karine Giébel. Lui préférant finalement toujours autre chose, la sortie de ce recueil tombait à pic pour se faire un avis sans investir trop de temps. Une bonne idée ?

   Pour résumer, en quelques mots, Post Mortem nous place dans la peau d’une star, une vedette française du cinéma du nom de Morgane. Elle hérite un beau jour d’une maison d’un fan qu’elle ne connaissait pas, Aubin. Très vite, sa décision de partir la visiter avec son mari est prise, et c’est ainsi qu’ensemble, ils partent pour l’Ardèche… Je vous laisse imaginer la suite ! La seconde, J’aime votre peur, est plus classique dans son intrigue, nous plaçant en plein cœur d’un voyage scolaire où une prise d’otage aura lieu. Mais qui est le fou et que veut-il ?

   Autant le dire de suite, j’ai beaucoup apprécié découvrir l’univers de Karine Giébel par le biais de ces nouvelles. Un univers oppressant, froid, qui ne fait aucun cadeau et surprend jusqu’au bout. Post Mortem est un véritable coup de cœur. On sort grandement des chantiers battus pour se retrouver manipuler comme rarement. Jusqu’à la dernière ligne, j’ai été secoué par les rebondissements impensables. 70 petites pages, et pourtant une claque monumentale qui restera marquée dans mon esprit pour très longtemps.
La seconde nouvelle n’est pas en reste, mais je dois avouer que passer après Post Mortem est vraiment difficile. Je lui ai trouvé dans l’ensemble un goût de moins bien, même si là aussi j’ai été surpris par le dénouement final, ainsi que la manière dont l’auteure joue avec nos nerfs. On a de cesse de se demander qui est ce fameux fou, cette bombe à retardement vivante prête à exploser. Un démarrage plus long et plus ordinaire donc, mais une tension qui monte rapidement d’un cran pour ne me laisser souffler qu’une fois la dernière ligne lue.

   Quoi qu’il en soit, l’une comme l’autre bénéficie d’un style fluide, collant parfaitement à ces intrigues courtes et vives. On est projeté dans le vif du sujet et je savoure la plume passionnée de Karine, qui sait choisir ses mots pour toucher, sensibiliser. Imaginative, intelligente, certains passages sont un vrai régal :

Enfin, il se réveille, s’étire, la contemple en souriant.
Ce fameux sourire.
Qui a séduit tant de proies.
_ J’ai faim.
Premières paroles.
Un prédateur a toujours faim.

   Au rayon des reproches, car il en faut bien un, je pense que Maîtres du jeu aurait gagné à être enrichi d’un court mot de l’auteur. En grand curieux que je suis, j’aurais apprécié découvrir pourquoi elle se lançait dans les nouvelles, ou son but en les écrivant, elle qui a déjà une plutôt longue carrière jusque là et qui n’hésite pas à écrire des livres allant jusqu’à 700-800 pages.

   Enfin, chose que je fais rarement, je tiens à remercier les éditions Pocket pour avoir publié ce très intéressant ouvrage à seulement 2,90€ TTC. Vous me direz : « mais il n’y a que 125 pages ! ». Certes. Mais si on compare ce recueil à des livres de 200 pages vendus 8,50€ (et je ne vais pas aborder le cas Pygmalion, ce serait trop facile), il faut reconnaître et encourager l’effort qui a été fait. J’espère que l’on aura d’autres recueils du genre et tout aussi bon cette année.

   En conclusion, cette découverte de l’auteure par le biais de ces deux nouvelles était une excellente idée. Karine Giébel frappe fort, exploite les sentiments et le machiavélisme des psychopathes à merveille. Courtes, en effet, mais tellement bien conçues qu’elles sont idéales pour frémir le temps d’une pause entre deux lectures conséquentes. Réussissant parfaitement l’exercice de l’écriture de nouvelles en proposant des intrigues poignantes, au rythme dynamique, accrocheur et aux personnages suffisamment développés pour plaire, l’auteure va jusqu’à m’offrir un joli coup de cœur littéraire avec Post Mortem. Que vous soyez amateurs de polar, de l’auteure, souhaitant la découvrir ou tout simplement recherchant un petit plaisir glacial avec ces deux nouvelles pleines de frissons, vous l’aurez compris, Maîtres du jeu est fait pour vous.

Ma note : 17/20