Troll & Légendes : mon compte rendu

IMG_1780 Bonjour à tous ! Je vous retrouve cette fois pour un article un peu spécial, puisque je vais partager avec vous mon expérience de cette première participation au salon Troll & Légendes, se déroulant tous les deux ans à Mons. Un salon auquel j’ai assisté évidemment en tant que lecteur et fan de fantaisie, et non en tant que blogueur !

Tout d’abord quelques informations d’ordre pratique. Troll & Légendes est un festival célébrant le médiéval et la fantaisie sous toutes ses formes. On y trouve donc pas mal de concerts allant du métal au folk, diverses projections cinématographiques (Noah Hathaway étant l’invité d’honneur cette année), la présence d’un stand d’illustrateurs et d’auteurs de fantaisie, des jeux à foison et aussi un gigantesque marché féérique, le tout situé principalement dans le Lotto Mons Expo, une salle immense, similaire à un hangar à avion ! S’étalant sur 3 jours, du Vendredi au Dimanche, le prix des entrées vont de 7€ la journée en ticket prévente à un peu plus si vous choisissez d’assister au concert.

C:\Documents and Settings\provseba\Desktop\Mons expo TrollsPour ma part, je dois vous avouer que ma participation cette année a évidemment été particulièrement motivé par la présence d’un très beau panel d’auteurs avec deux invités d’honneur de choix : Trudi Cavanan et surtout Robin Hobb. Étaient présent également : Yal Ayerdhal, Samantha Bailly, Karim Berrouka, Morgane Caussarieu, Fabien Clavel, Sara Doke, Estelle Faye, Gabriel Katz, John Lang, Jean-Luc Marcastel, Patrick Mc Spare, Cassandra O’Donnell, Marie Pavlenko, Oliver Péru, Alice Scarling, Pierre Pevel, Stefan Platteau, Antoine Rouaud, Sire Cédric, Magali Segura, Adrien Tomas, Cindy Van Wilder et j’en oublie sûrement encore pas mal ! Quoi qu’il en soit, cela reste une très belle liste, pas loin d’un grand salon littéraire spécialiste du genre.

IMG_1734Bien sûr, je ne suis pas non plus le plus grand spécialiste du genre, et je souhaitais principalement rencontrer mes petits chouchous car j’ai peu d’expériences des salons. Ainsi, après une belle promenade, je me suis mis en tête de rencontrer dans un premier temps Olivier Péru. Malheureusement, un monde dingue l’attendait et après avoir patienté pas mal de temps, je me suis dis qu’il serait plus judicieux de voir d’autres auteurs avant. Je suis donc allé m’échauffer avec Pierre Pevel, très gentil et en même temps si intimidant quand on pense à la quantité et la qualité de ses œuvres ! Sa présentation de Haut-Royaume m’a vendu du rêve, assurément. J’en ai d’ailleurs profité pour repartir également avec le premier tome des Lames du Cardinal (on ne se refait pas !)

J’ai ensuite eu l’occasion de rencontrer Gabriel Katz, ce qui fut une super expérience. Il est juste ULTRA sympa ! ^^ Ce fut l’occasion de le découvrir en chair et en os, je n’avais aucune idée de ce à quoi il pouvait ressembler et bien que je démarre seulement ses titres, j’ai suffisamment accroché pour avoir hâte de le rencontrer. Par chance, le second tome en poche du Puits des mémoires venait d’arriver sur le stand, une aubaine clairement puisque c’était la première fois qu’il le voyait également ^^ Cela m’a en plus évité de repartir avec Aeternia, car je suis quelqu’un de raisonnable (hum hum…) Nous avons abordé un tas de sujets : la difficulté à éditer de la fantaisie en France, le regard que les critiques lui portent en tant que genre littéraire (bien souvent, très critiquée alors qu’au cinéma, chaque film est encensé et regardé par le très grand public) ou encore l’impact de la blogosphère sur la découverte de nouveaux titres. J’ai eu l’opportunité de discuter de mon avis sur le premier tome et de ma lecture commune avec La tête dans les livres ce qui m’a donné une superbe idée : lui faire dédicacer ce second tome et ainsi poursuivre cette lecture commune. Quoi qu’il en soit, en dehors de l’appréciation que l’on porte ou non à ses livres, il en demeure une personne vraiment agréable, alors n’hésitez pas à lui faire un petit coucou !

20150419_21532620150419_215227J’ai ensuite eu l’opportunité de rencontrer Antoine Rouaud, pour une jolie dédicace de La voie de la colère, premier tome de la saga Le livre et l’épée. Également très abordable, j’ai passé un moment agréable en sa compagnie, qui fut plus court car j’avoue, j’avais bien moins de chose à dire et que le temps passait un peu trop vite malheureusement ! Je ne boude pas mon plaisir pour autant, notamment parce qu’il est vraiment sympa et qu’en grand habitué des festivals, il sera possible de le croiser à nouveau très prochainement.

Seulement, il était temps de passer au moment que j’attendais et redoutais aussi le plus : la rencontre avec Robin Hobb. Pour la petite histoire, il faut savoir que c’est principalement cette grande dame et son œuvre L’Assassin Royal qui m’ont plongé dans le monde de la fantasy. Non seulement elle m’a offert un coup de cœur, mais un deuxième tard aussi puissant, quelques temps plus tard avec sa seconde saga consacrée aux Aventuriers de la mer et ses sublimes Vivenef. Un grand moment d’émotion donc que ces quelques mots échangés avec elle, en particulier parce qu’elle est autant adorable que ses livres. Calme, gentille, posée, elle attendait patiemment un mot de chacun et souhaitait connaître la raison de notre visite et de notre passion. Mon message est bien passé : je lui dois beaucoup. Preuve de sa grande dévotion, elle aura même répondu à mon tweet dès le lendemain matin pour me remercier de ma venue… un comble !

Robin hobb par dimitri dpPour bien clôturer cette tournée, je suis allé voir Olivier Péru et Patrick McSpare, deux comparses d’une très grande gentillesse et avec qui j’ai passé un excellent moment. Évidemment, il fallait que je m’amène avec une question typique de ma personne : « comment avez-vous eu l’idée du personnage de Salim dans les Haut Conteurs ?! » Croyez-moi, des Salim en littérature, ça ne court pas les rues. Déjà que je n’en vois jamais autour de moi (enfin, ça c’était avant que j’apprenne que le fils de la voisine s’appelle comme ça… !!!). Eh bien, je crois qu’eux-mêmes n’ont pas vraiment la réponse haha ! Ou alors ils gardent précieusement le secret… ^^ En tout cas, ce fut aussi l’occasion d’apprendre que Patrick McSpare prépare activement sa nouvelle saga qui devrait sortir en fin d’année et qu’Olivier Péru est occupé à l’écriture du troisième tome de Martyrs, entre autres choses, comme d’habitude. Où qu’ils sont également tout deux bons dessinateurs, voyez par vous-même :

20150419_215152

olivier péru et patrick mcspareEn dehors de ces expériences avec les auteurs, j’ai eu la chance de visiter une bonne partie du marché féérique qui porte clairement bien son nom. J’ai vraiment été bluffé par ce que j’ai pu y trouver et je pense que quiconque ayant un minimum d’imagination adorerait s’y promener. C’est simple, qu’il s’agisse des stands, au style plus travaillés les uns que les autres, s’y promener est une véritable source de découverte et d’émerveillement. J’ai pu voir un forgeron travailler le métal, à l’ancienne, des vendeurs proposant tout l’attirail nécessaire pour être vêtu comme au XVème siècle et même des pâtissiers proposant de la brioche dont la recette remonterait au XIIème siècle ! En plus de l’ambiance présente, c’était vraiment une belle promenade !

IMG_1739Alors évidemment, il y a énormément de choses que je n’aborde pas ici parce que je ne les ai pas vécu, et je suis bien conscient que ce festival a bien plus à offrir que ce que je vous indique là. Pourtant, en tant que lecteur, je souhaite surtout insister sur le plaisir ressenti par ces rencontres avec différents auteurs. C’est simple : en repartant, jamais ma passion pour la lecture n’avait été aussi forte. Si cela est possible, n’hésitez pas un instant à participer à des évènements de ce genre, ils vous plairont forcément !

IMG_1813Merci à Anthony R. pour les photos parsemant ce compte rendu.

Publicités

[Chronique] Les Hauts Conteurs, tome 2 : Roi Vampire de Patrick McSpare et Oliver Péru

hauts conteurs
Fiche technique du livre
Auteur : Oliver Péru & Patrick McSpare
Genre : Fantasy – jeunesse
Année d’édition : 2011
Edition : France Loisirs / Pocket
Prix : A partir de 7,90€ TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 367 pages

Synopsis
Paris, hiver 1190.
Débarqués au cœur de la plus grande ville du Monde connu, le jeune Roland, Mathilde, Ruppert et Salim poursuivent un double but: retrouver William le Ténébreux, l’ami disparu, et découvrir les secrets de Vlad, le maître vampire. Ce démon est-il réellement mort dans les forêts anglaises, ou attend-il son heure pour frapper encore ? Pire encore, un traître se cache-t-il parmi les quatre aventuriers, comme tout semble l’indiquer ? Happés par le tumulte populaire de la Fête des Fous, Roland et ses compagnons vont croiser nombre d’individus pittoresques.
Cérémonies noires, complot royal, créatures infernales, prophéties du Livre des Peurs, tous les ingrédients d’un mélange fatal sont réunis pour sceller le sort de nos héros. Pourtant, ils sont des Haut-Conteurs et ne reculeront pas, jusqu’à vaincre ou périr. Roland « Coeur de Lion » en tête. Le Mal rôde, la mort avance masquée. C’est la fête des ombres, c’est la fête des fous !

Mon avis
Sans avoir été le livre de fantaisie du siècle, j’avais une certaine hâte à retrouver les Hauts Conteurs et certaines qualités propres à la série. Ce second tome confirme-t-il cette première bonne impression ?

   L’ouverture se fait efficacement avec un début qui sait nous placer intelligemment dans un nouveau contexte -ici le dialogue entre Corwyn et Roland quelques temps après les aventures du premier tome- tout en offrant des rappels (nécessaires dans mon cas) sans vraiment ennuyer. Roland, à présent officiellement Haut Conteur, séjourne à Londres en compagnie de Mahtilde la Patiente, son mentor, et s’apprêtent tous deux à rejoindre Paris, alors ville la plus grande au monde pour une enquête plutôt mystérieuse. En parallèle, on suit le récit du point de vue de William le Ténébreux, alors sur les traces de Vlad, le fameux upyr rencontré précédemment, mais aussi de Mots-Dorés, alias Lothar le Noir Parleur, personnage énigmatique mais redouté.

   Après cette mise en bouche réussie et jusque la seconde partie du livre, j’ai tout de même trouvé qu’il y avait un petit manque de rythme. La traque du ténébreux manque de piquant et les actions décrites sont plutôt fades. Peut-être doit-on cela au fait que notre duo d’auteurs place progressivement de nouveaux éléments dans son intrigue mais je dois admettre que la mayonnaise a eu du mal à prendre. En fait durant cette centaine de pages, les personnalités des personnages, Roland et Mathilde compris, apparaissent trop en retrait à mon goût. Au mieux quelques traits de caractère ressortent mais la profondeur de leur psychologie s’arrête là. Toutefois, cette désagréable impression a su s’estomper aux alentours de la page 160 et ce jusqu’au final, grâce à une action quasi ininterrompue et un enchaînement de révélations et de moments forts. Cela ne signifie pas pour autant que l’on en ressort avec des protagonistes extrêmement développés, mais il se produit suffisamment d’événements les mettant en valeur pour qu’ils gagnent en estime et me plaisent.

   Outre Mathilde et Roland que j’apprécie beaucoup, ce second tome peut compter sur la présence de nouveaux personnages différents et assez captivants. Il y a Salim déjà, dit l’Insondable, un Haut Conteur particulier pour qui mon capital sympathie n’a fait que croître durant ce tome. Et promis, ce n’est pas parce qu’il s’appelle Salim ! Mystérieux à bien des égards, l’Insondable porte bien son surnom et semble savoir agir comme il le faut dans n’importe quelle situation. L’envie d’en savoir plus était si présente ! Même si l’auteur reste assez en surface, j’ai aimé suivre son évolution et lui découvrir un côté très humain. Autre personnage qui a su me plaire, bien que moins présent, est Hugues de Clairmont. La dualité de sa personnalité en fait quelqu’un d’intéressant. On sent qu’il cache des choses et on alterne entre homme réfléchi, sérieux et personnage poilant, dont les répliques tournées vers la dérision font mouche.

   Pour en revenir à l’intrigue, malgré un passage ennuyeux énoncé ci-dessus, je la considère d’une manière générale agréable. L’aspect jeunesse ne s’est pas fait ressentir lors de la lecture et continue de ne pas se montrer présent pour mon plus grand bonheur. L’histoire adopte ainsi un point de vue globalement adulte, ce qui colle avec les événements racontés. De même, on retrouve ce mélange d’éléments historiques réels avec un Paris du XIXème siècle très bien décrit et un aspect fantaisiste / polar propre à la série. Un parti pris des auteurs qui a ses avantages et ses inconvénients. Cela permet une histoire riche en action, rythmée et peuplée de petits rebondissements mais le développement de l’univers se fait lentement, et surtout faiblement. Ce n’est pas avec ce second tome que l’on apprend l’origine et l’Histoire de l’Ordre, ou même de simples éléments sur les personnages principaux telle que Mathilde. C’est d’autant plus dommage que ce genre de petits éléments pourrait apporter une certaine sensibilité au livre, le rendre plus attachant, et par conséquent l’amener à un niveau plus élevé.

   Puisque je suis au chapitre des reproches, la tournure des événements m’a aussi déplu dans un premier temps. Avec ce tome, les auteurs tentent d’amener les aventures des Hauts conteurs à un niveau plus global. On sort des affaires de l’Ordre pour toucher (de loin) aux intrigues de cour. Ainsi, on rencontre de nombreux nobles et une certaine trame politique est mise en place. Soit. Par contre la transformation de Vlad, upyr, en tant que roi vampire m’a paru peu crédible. Cela signifie que dans le premier tome on rencontre déjà une créature ultime alors qu’elle n’a jamais été présentée comme telle et que surtout, au vu de la sévère dérouillée subie, impressionne peu. Forcément, dans un second tome, j’attends une montée en puissance, et donc un ennemi plus redoutable, non l’apparition de sous-fifres…

   Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir car l’ensemble est bel et bien plaisant. De plus, les auteurs prennent le soin de conclure le tome comme il se doit en apportant une fin qui m’a satisfait. Beaucoup de réponses nous sont apportées, me permettant de fermer sereinement le livre, tout en ayant envie d’en apprendre davantage avec la suite.

   En conclusion, le second tome des Hauts-Conteurs confirme à mes yeux mes premières impressions sur la série. Intéressante, très rythmée et aux multiples scènes d’actions parfaitement décrites, j’ai parcouru le récit concernant le Roi-Vampire avec plaisir. Empruntant quelques codes du polar mais toujours fantaisiste, le scénario se révèle convenu mais efficace, avec ce qu’il faut de rebondissements pour relancer régulièrement l’intrigue. Toutefois, en dehors de certains petits défauts très subjectifs, je déplore le manque de développement de l’univers et surtout des personnages, bien trop lisses, et ce, malgré une légère évolution vers la fin me poussant à apprécier Roland, Mathilde et Salim. Néanmoins, l’Ordre des Hauts-Conteurs conserve encore trop de secrets mais je me réjouis du final laissant entrevoir une suite riche en révélations et nouveautés.

Ma note : 15,5/20

In my mailbox (15)

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Bonjour à tous !

Un petit IMM cette semaine, imprévu de surcroît, mais je ne résiste pas à l’envie de vous le présenter (vous excuserez la photo assez sombre, les couleurs sont plus vives).

SAMSUNGDeux petits livres d’un même duo d’auteurs s’ajoutent à ma PAL aujourd’hui :

  • Les Hauts-Conteurs, tome 1 : la Voix des Rois de Patrick Mc Spare et Oliver Péru
  • Les Hauts-Conteurs, tome 2 : le Roi Vampire de Patrick Mc Spare et Oliver Péru

Cela fait un moment que l’idée de lire les Hauts-Conteurs et un livre de Oliver Péru me trottent en tête. Ce monsieur, que ce soit pour Druides, ou plus récemment Martyrs, devient progressivement un incontournable dans le domaine de la fantaisie française. Quant aux Hauts-Conteurs, les diverses chroniques que j’ai pu lire, y compris celles de ma partenaire Satine’sBooks m’ont convaincu de m’y intéresser, tout comme l’excellent extrait proposé sur le site France Loisirs (que je vous recommande si vous souhaitez avoir un aperçu) où j’ai accroché directement. Et si l’un des personnages porte mon prénom… ! Il n’en fallait pas plus pour qu’ils atterrissent chez moi ^^

Et vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué récemment ?

PS : La PAL et la wishlist ont été mises à jour !