[Chronique] Niceville de Carsten Stroud

niceville

Fiche technique du livre
Auteur : Carsten Stroud
Genre : Thriller / Fantastique
Année d’édition : 2013 (VF) / 2012 (VO)
Edition : Éditions points
Prix : A partir de 8€ TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 525 pages

Synopsis
Niceville, tout droit sortie de la tradition du Southern Gothic, incarne le Sud, avec ses propriétés somptueuses, ses chênes festonnés de mousse espagnole et sa moiteur soporifique. Le seul problème, c’est que le Mal y vit beaucoup plus longtemps que les hommes. Plusieurs disparitions inexpliquées entachent la réputation du lieu, et celle du jeune Rainey Teague, littéralement volatilisé en plein jour devant la vitrine d’un antiquaire de la rue principale, vous donne la chair de poule.
A Niceville, il y a aussi des flics peu scrupuleux, des as de la gâchette qui dérobent des banques et descendent leurs collègues au fusil à lunette… Quand Nick Kavanaugh, policier hanté par son expérience de combat en Irak, et son épouse Kate, élégante avocate issue d’une des vieilles familles de la ville, décident de tirer tout cela au clair, ils n’imaginent pas dans quel enfer ils ont mis le pied.

Mon avis
En voilà une lecture intrigante. Sortant de mes auteurs fétiches, j’ai eu l’opportunité de découvrir Carsten Stroud dans le cadre de la sélection du meilleur Polar de 2014 des Éditions Points.

   Tout d’abord, vous remarquerez peut-être que le synopsis que je vous propose un peu plus haut ne correspond pas à la quatrième de couverture, mais au résumé du livre proposé par Livraddict. Des différences qui ont leurs importances. En effet, la quatrième de couverture vend le livre principalement comme étant du fantastique, ce qui est faux. Niceville possède quelques intrigues tournant autour du fantastique, et son univers en est légèrement teinté, mais le reste se situe bien dans le thriller, au style rappelant énormément Stephen King.
L’intrigue démarre par un prologue tournant autour de la mystérieuse disparition d’un jeune garçon, Rainey Teague, alors qu’il revenait tranquillement de l’école, de sa manière la plus habituelle possible. Rapidement, les enquêteurs, dont Nick Kavanaugh, inspecteur et vétérans des forces spéciales au passé plutôt lourd, découvrent que quelque chose est étrange, sans pouvoir réellement comprendre quoi. Où est donc passé Rainey Teague ? Ou se situe le mystère de sa disparition ? Quelques temps plus tard, changement absolu d’ambiance lorsque est commis le casse d’une banque par trois gars, tous différents mais tout autant cinglés. L’enquête est à peine commencé quand survient de nouveaux évènements à Niceville. Une chose est sûre : le calme n’y règne pas.

   Proposant une narration à la troisième personne, l’auteur nous propose de découvrir le point de vue d’un personnage précis par chapitre, ce qui permet en réalité de passer d’un fou à un autre avec une certaine aisance. Qu’on ne s’y trompe pas, le vrai héros ici, c’est la ville, pleine de mystères et véritable théâtre de l’inattendu. Les intrigues se multiplient et s’emmêlent aux quatre coins de Niceville et des rebondissements, souvent biens trouvés, font régulièrement leur apparition. Espionnage industriel, braquage énorme, histoires familiales, vengeance, évènements surnaturels, tout y est ! Les situations cocasses s’enchaînent, le tout porté par des dialogues et des descriptions mordantes. De même, le ton léger et amusant m’a immergé aisément dans le récit, la plume est fluide et les pages se parcourent facilement. Du tout bon de ce côté là.

   Je me suis aussi rapidement attaché aux personnages… C’est qu’ils ont du charme si on oublie le côté psychopathe ! Pour vous citer un exemple plus concret, j’ai eu l’impression de retrouver du Dôme de Stephen King. Que ce soit dans la narration, le style d’écriture ou même la manière d’enchaîner les situations les plus folles, j’ai eu le sentiment que l’auteur puisait son inspiration chez le King. Cela dit, ça n’a pas été un défaut pour moi car j’ai beaucoup apprécié ces aspects, qui donnent à Niceville du caractère et une certaine identité.

« J’ai pas l’intention d’aller raconter à qui que ce soit que mon coéquipier s’est fait mordre à la fesse par une greluche pas plus grosse qu’une perruche, si c’est ce qui t’inquiète. »

   Et heureusement, que Niceville bénéficie d’un certain cachet, car il en faut pour faire oublier cette pseudo-fin. En effet, autant prévenir, la déception peut vous guetter, en particulier lorsque vous attendez une fin digne de ce nom et que vous découvrez qu’il ne s’agit là que de la fin d’un épisode. Car ce que l’on ne sait pas au départ, c’est que Niceville est le premier tome d’une saga pensée comme une trilogie. Toutefois, globalement, chaque personnage et intrigue disposent tout de même d’une conclusion, clôturant les nombreux évènements ayant eu cours mais plusieurs éléments très importants restent sans réponse et le tout se termine par un énorme cliffhanger. Par chance, l’éditeur sait rassurer en offrant directement à la suite les premières pages de Retour à Niceville. Difficile de résister à la tentation, en particulier quand j’ai réalisé que cela reprenait exactement là où les choses s’étaient terminées…

   En conclusion, j’ai passé un agréable moment de lecture avec Niceville. Qu’il s’agisse de son étrange intrigue, plutôt folle et remplie de surprises, que du style d’écriture irrésistible de Carsen Stroud, voilà un roman qui ne manque pas d’atouts. A condition de savoir à quoi s’en tenir. N’attendez pas un pur roman fantastique, vous n’en trouverez que trop peu. Ne pensez pas dévorer un thriller policier haletant, le récit n’est clairement pas construit comme tel. Voyez-y plutôt une invitation à découvrir un OVNI distrayant aux influences diverses, un cocktail explosif où un braquage côtoie l’espionnage industriel et le surnaturel, une première pierre à une trilogie qui a clairement suffisamment de potentiel pour faire partie de ces belles découvertes et se démarquer.

Ma note : 15/20

In my mailbox (25)

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Bonjour à tous ! Cela fait longtemps que je ne vous ai pas proposé un In my mailbox… Au vu de mes dernières acquisitions, qui ne cessent de s’accumuler dernièrement, je pense qu’il est grand temps de partager mes nouvelles trouvailles, d’autant plus qu’elles sont nombreuses !

20150208_143613

20150208_192646 mailboxJ’ai donc craqué pour :

  • Dragon Age : l’empire masqué de Patrick Weekes, un roman basé sur l’univers fantaisiste du jeu-vidéo Dragon Age, produit par Bioware et dont la troisième itération est parue en fin d’année dernière. Pour ma part, j’ai juste terminé le premier, mais au vu de l’univers absolument immense développé, craquer sur ce livre me semblait une excellente idée, d’autant plus que le synopsis et les retours sont plutôt bons.
  • [Angor] de Franck Thilliez. Je rattrape enfin mon retard pour cette sortie. A l’origine, je pensais pouvoir obtenir un exemplaire dédicacé en allant aux apparitions de l’auteur dans le Nord, mais pour des raisons de planning, je n’ai finalement jamais pu pas m’y rendre… Pas de quoi m’empêcher de dévorer prochainement cette lecture que j’attendais vraiment énormément.
  • L’étoile de Pandore, tome 1 : Pandore abusée de Peter F. Hamilton. Je l’ai souvent répété sur le blog et dans mon entourage des années durant : je veux découvrir des romans de science-fiction. Mais imaginez, déjà qu’en fantasy, il a fallu attendre un  moment avant de bien pouvoir connaître les classiques et comprendre le genre, en SF c’est encore pire. Bref, Peter F. Hamilton me fait de l’œil depuis un moment et je saute le pas en tentant cette lecture.
  • Le puits des mémoires, tome 1 : la traque de Gabriel Katz. Enfin en poche, cette lecture fantaisiste me faisait vraiment envie depuis plusieurs années. Je vais enfin pouvoir me faire mon propre avis !
  • Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien, un cadeau d’anniversaire que je suis ravi d’avoir reçu. La nouvelle trilogie m’a grandement laissé sur ma faim, en particulier le dernier épisode que j’ai trouvé assez ridicule et au final peu approfondi pour un film si long. Ce cadeau tombe donc à point nommé puisqu’il va me permettre de savoir ce que j’aurais réellement du savoir sur cette œuvre.
  • Hunger Games, tome 3 : la révolte de Suzanne Collins, une acquisition un peu particulière que j’ai eu gratuitement grâce aux points France Loisirs. Particulière parce que je ne possède pas dans les deux premiers tomes et que je ne sais pas si je souhaite les lire… Pourtant après avoir vu la première partie de l’adaptation cinématographique de La Révolte, j’étais sûr d’une chose : je voulais savoir la fin. Un drôle de procédé à tester donc.
  • One Piece, tome 73 : l’opération Dressrosa S.O.P. de Eiichiro Oda, une non surprise si vous suivez la page facebook du blog puisque vous aurez compris que j’avais déjà dévoré ce tome. A voir si je produis une petite chronique à son sujet, c’était tellement rapide que je n’en ai pas gardé un souvenir indélébile.
  • La Reine Rouge, tome 1 : le prince des fous de Mark Lawrence, livre gentiment offert et dédicacé par l’auteur pour avoir organisé un concours sur le blog. Je veux bien faire ça tous les jours, sincèrement ! ;D
  • A toute épreuve de Harlan Coben, un livre que j’ai également reçu en cadeau. Je ne suis plus très à jour dans les aventures de Myron Bolitar (les dernières m’ayant énormément déçu) et je ne savais même pas qu’il avait maintenant un fils… ^^’ Ce ne sera pas une priorité donc, mais il peut valoir le coup.
  • Hokusai, d’un collectif d’auteur paru chez Larousse. Il s’agit d’un très beau cadeau que je choisis de vous présenter car il me fait très plaisir et qu’il a quand même sa place sur le blog puisque cela reste un livre. J’ai pu le feuilleter et pour l’instant, je suis soufflé par la qualité globale de l’ouvrage. Les illustrations, les explications, le papier, tout est d’un haut niveau et est très intéressant.

20150208_192739 mailboxEt vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué ?

[Chronique] Le Trone de Fer, intégrale 5 de George R. R. Martin

trone de fer intégral 5

Fiche technique du livre
Auteur : George R. R. Martin
Genre : Fantaisie
Année d’édition : 2011 (VO) / 2014 (VF)
Edition : Pygmalion
Prix : 22,90 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 1222 pages

Quatrième de couverture
Le volume 5 de l’intégrale du Trône de fer clôt provisoirement un chapitre important de cette saga désormais célèbre dans le monde entier grâce à la magnifique série télévisée qui a battu des records historiques d’audience. George R.R. Martin, scénariste et producteur au cinéma et à la télévision de nombreux films et feuilletons, est également l’auteur chevronné de cinq romans a succès. Le premier tome de la série Le Trône de fer (Game of Thrones), accueilli avec enthousiasme par la presse unanime aux États-Unis, a obtenu en 1997 le prestigieux prix Locus. Davantage qu’un cycle de fantasy, Le Trône de fer apparaît comme une saga romanesque digne des meilleurs feuilletonistes du XIXe siècle, une invitation à l’émerveillement et à l’aventure, narrant les luttes intestines pour le pouvoir que se livrent les grandes familles du royaume imaginaire de Westeros

Mon avis
Enfin. ENFIN ! Il est ENFIN possible de découvrir en France ce cinquième « intégrale » du Trône de Fer tel qu’il a été conçu par l’auteur. Fini les multiples découpages, Pygmalion propose désormais l’intégrale en grand format dans une édition plutôt soignée. L’attente en valait-elle la peine ?

   Si l’on en croit George R. R. Martin, l’histoire qu’il a développé pour le quatrième tome du Trône de Fer était si vaste qu’il devenait obligatoire de la découper en deux tomes. Ainsi naquit ce cinquième intégral, faisant la part belle aux oubliés du précédent. Jon, Lord commandant du Mur, Stannis et Mélisandre, Daenerys et son règne à Mereen, Tyrion Lannister, Theon Greyjoy, ou Schlingue pour les intimes, sont autant de revenants qui viendront exposer leurs problématiques suite aux évènements survenus dans le troisième tome et donc en parallèle aux faits du quatrième tome. Cependant, de nouveaux visages font aussi leur apparition tout au long de l’histoire et au final ce ne sont pas moins de 16 points de vue différents et donc protagonistes qui nous conteront la suite de l’histoire des 7 couronnes, bien que la majeure partie de l’intrigue se déroule en réalité en dehors de Westeros.

   L’occasion de constater à nouveau que l’univers développé par l’auteur est juste incroyablement riche, voir infini. C’est simple, pour un cinquième tome, je ne m’attendais clairement pas à découvrir autant de nouvelles choses, qu’il s’agisse de lieux, du folklore de chaque cité, de légendes. C’est autant agréable que parfois frustrant. En fait, il y a tellement d’informations que j’ai trouvé qu’on frôlait parfois l’indigestion, et que cela devenait fouillis. Pourtant cela ne m’avait jamais posé problème jusque là car les nombreux rebondissements soutenaient le récit mais cette fois ce ne fut pas le cas. Ce qui est d’ailleurs le plus gros reproche que je peux adresser.

   Cette fois, pas question d’espérer vivre de grands moments épiques, des trahisons ultimes et des décapitations impensables trois pages auparavant : l’heure est à la réflexion. Le royaume a subi de lourdes pertes, la situation générale est très loin d’être au mieux dans l’ensemble du pays et chacun essaie à sa manière de réfléchir au futur et à consolider ses bases actuelles. La psychologie des personnages est largement mise en avant et l’on découvre les doutes et les remords qu’ils ont au plus profond de leur âme. C’est ainsi que je me suis pris d’affection pour Selmy Baratheon, dit Ser Grand Père, ou pour de nouveaux visages. Néanmoins, la répétition n’est jamais bien loin, et si un protagoniste suit un certain code d’honneur à la page 100, vous pouvez être à peu près sûr qu’à la page 1100, celui-ci sera inchangé à la lettre près…

   On gagne donc en profondeur ce qu’on perd malheureusement du côté de l’action et de l’intrigue. Autant être honnête, il se passe peu de choses, chacun étant embourbé dans de menus détails de son petit côté du monde, ce si vaste monde. Les rares moments d’éclat où George R.R. Martin m’a scotché de stupéfaction se retrouve ainsi perdus dans le flot de petites intrigues subsidiaires. Ma plus grande déception revient à Tyrion Lannister, qui tout en restant un personnage fantastique et incroyablement drôle, propose l’intrigue la plus ridicule et ennuyeuse qui soit (oui, pire que Daenerys). Après ce qu’il a traversé et accompli, je m’attendais franchement à mieux.

   De même, j’ai eu du mal à comprendre l’étrange « timeline » suivie par l’auteur. Je pense comprendre que son but est que tout les évènements se rejoignent durant ce tome pour ne former plus qu’un sur l’échelle du temps, mais c’était très mal amené. Certains personnages font donc un retour éclair à compter de la moitié du tome, tel qu’Arya, dont la soudaine l’apparition m’a plus que dérangé. Seulement, avec deux petits chapitres n’apportant que très peu, on peut se questionner sur l’utilité de son retour, qui brise l’enchaînement créée jusque là. Peut-être aurait-il été plus appréciable de ne tout simplement pas les inclure ? Contre toute attente, ma préférence va largement vers le quatrième tome, plus cohérent, comestible, et dont les intrigues m’ont davantage tenues en haleine.

« Ils ne changèrent d’attelage qu’à trois reprises ce jour là, mais semblaient s’arrêter au moins deux fois par heure pour qu’Illyrio puisse descendre de la litière et pisser son content.
Notre seigneur des fromages a beau avoir la taille d’un éléphant, sa vessie est grosse comme une cacahuète, jugea le nain. »

   Ces multiples déceptions n’entachent toutefois pas mon respect pour la plume de l’auteur, qui utilise une palette de mots incroyable et en joue comme pas deux. Les citations faisant mouche sont plus que nombreuses et j’avoue avoir beaucoup rit face aux situations assez cocasses proposées. De même, la nouvelle traduction française ne gâche en rien le plaisir de lecture. Certes, elle n’est pas à mon sens au niveau de celle fournie par Monsieur Sola, dont le travail était incroyable, mais elle est reste de très très bonne facture et ne dénature pas le style précédemment créée.

   En conclusion, trop est parfois trop. C’est un réel plaisir que de se plonger à nouveau dans les frasques de Westeros et de ses cités libres, mais clairement, jamais la lassitude n’avait pointé autant le bout de son nez lors de la lecture du Trône de Fer. Incroyablement long, extraordinairement fouillé (voir fouillis) et complexe, l’univers développé par George R.R. Martin ne cesse d’impressionner par son immensité et sa richesse. Néanmoins, à trop vouloir démontrer ses talents d’auteur et sa maîtrise de l’intrigue, l’auteur a mis de côté les petits plaisirs que j’ai aimé vivre en tant que lecteur, tel l’enchaînement de rebondissements bien trouvés, les palpitantes intrigues. Tout n’est pas à jeter, loin de là, mais n’escomptez pas vivre une aventure aussi trépidante que celles des précédents tomes : l’intrigue de la saga a à peine avancé. Maintenant que les pièces de l’échiquier sont en place, je n’ai plus qu’à attendre patiemment le sixième tome, qui a toute ses chances d’être explosif.

Ma note : 14/20

[Spécial] Concours flash : Le Prince des fous de Mark Lawrence dédicacé

Bonjour à tous !

   Premièrement, pour ce premier article sur le blog depuis ce début 2015, je tiens à vous présenter mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année ainsi que plein de bonheur littéraire… mais pas que !
Comme vous l’avez constaté, le blog a hiberné avant l’heure. Suite à de gros changements dans ma vie professionnelle au cours de la mi-Octobre, ma petite organisation a été chamboulé et le blog s’est vu grandement mis de côté. Chose que je déplore car l’envie d’écrire reste bien présente ! Comptez-sur moi pour revenir en force 🙂

mark lawrence7

   Quoi qu’il en soit, et pour repartir du meilleur pied, j’ai la chance infinie de vous proposer un concours très particulier, en partenariat avec les éditions Bragelonne et surtout, Mark Lawrence, auteur de fantaisie très réputé dans le domaine. Le lot en question : le premier tome du cycle La Reine Rouge : le Prince des fous, édité courant Novembre 2014 par Bragelonne donc. La particularité de ce gain ?

Il vous sera dédicacé et envoyé directement depuis le Royaume Uni
par l’auteur lui-même !

Autant vous dire que je suis heureux et surpris de pouvoir vous proposer un tel cadeau !

le prince des fousPour information, le synopsis du livre est le suivant : La Reine Rouge est crainte dans tout l’Empire Brisé.

Lâche, tricheur et séducteur invétéré, son petit-fils le prince Jalan ne figure qu’en dixième position dans la ligne de succession. Tandis que la souveraine façonne la destinée de millions de sujets, Jalan, lui, s’adonne à ses plaisirs coupables. Jusqu’au jour où il croise le chemin de Snorri, un colosse armé d’une hache décidé à venger sa famille. Le voilà entraîné vers le Nord glacé, dans un voyage mortel où il découvrira à ses risques et périls le véritable secret de la Reine Rouge…

Pour participer c’est très simple ! On reprend les mêmes règles habituelles et il vous faut remplir deux petites conditions ^^’ :

  • Indiquez votre participation en laissant un commentaire sur cet article et en indiquant ce qui vous attire dans ce livre,
  • Aimez la page facebook du blog !

Remplir ces deux conditions vous permettra d’obtenir une chance de remporter le lot ! Seulement, doubler ou plus ses chances est à votre portée 😉 Il vous suffit pour cela de partager le concours, que ce soit sur twitter, sur votre page facebook ou sur votre blog et de l’indiquer dans votre commentaire. Par ailleurs, les fidèles du blog, qui me suivent par mail ou par le biais de la plateforme wordpress bénéficient automatiquement de cette chance supplémentaire.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au Mercredi 14 Janvier jusque 20h inclus. C’est un délai exceptionnellement court, mais je ne souhaite pas faire attendre M. Lawrence trop longtemps.

A noter que le concours est cette fois ouvert qu’aux résidents Français car je ne sais pas si l’auteur désire envoyer le livre à l’étranger.

En espérant que cela vous plaise et en remerciant chaudement Mark Lawrence, je vous souhaite bonne chance !

Liste des inscrits

Broutin (+2)
Mayja (+2)
Allisonline (+2)
La tête dans les livres (+2)
Supy (+2)
Lucie Pintiaux (+1)
Grégoire G. (+2)
Aurélie S. (+3)
Sophie D. (+1)
Fantasybooksaddicts (+3)
Littlepadfoot (+2)
Sophie V. (+1)
Les lectures de Lady Faé (+1)
Le chat du cheshire (+2)
Rikoet (+1)
Aza (+2)
Czerniak (+2)

Résultat du concours !
Le grand gagnant, ou devrais-je dire, LA grande gagnante, désignée par notre maintenant célèbre Choixpeau est Aurélie S. qui peut probablement remercier sa triple chance de gagner ^^’ Peux-tu me faire parvenir tes coordonnées par e-mail s’il te plaît par le biais de la page de contact ou en écrivant tout simplement à leonpouvoirdesmots@gmail.com (l’adresse mail officielle du blog, eh oui !).
Je tiens à remercier tout les participants, qu’ils soient nouveaux ou anciens, en espérant que vous ayez beaucoup de plaisir à suivre le blog prochainement. Évidemment, tout n’est pas perdu et d’autres concours ont toujours une chance de pointer le bout de leur nez inopinément. En attendant, je continue à travailler ma chronique du cinquième intégrale du Trône de Fer de George R.R. Martin ! Bonnes lectures 🙂

In my mailbox (24) – Octobre 2014

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Bonjour à tous ! Me revoilà après un mois marqué par le changement, en particulier professionnel. De nouvelles habitudes à prendre, un tas de choses à  faire à côté et voilà que je repousse mes belles habitudes littéraires. Parmi elles, la mailbox résiste et je peux par chance vous présenter mes nouvelles acquisitions ayant rejoint mon temple au cours du mois d’Octobre.

SAMSUNGCela donne précisément :

  • Puzzle de Franck Thilliez. Pour ceux qui suivent le blog depuis quelques temps, vous avez pu remarquer que j’étais fan du Monsieur, un de mes favoris dans le domaine du thriller ! Et il est français et vit dans le Pas de Calais, si ce n’est pas la grande classe ? ❤ Bref, en attendant d’obtenir un beau [Angor] dédicacé, ce qui devrait être possible en Novembre, je me console avec Puzzle dont la quatrième de couverture donne tout de même furieusement envie !
  • 20th Century Boys, édition deluxe tome 3 de Naoki Urasawa, le manga qui pourrait devenir un coup de cœur s’il confirme son potentiel.
  • One Piece, tome 72 : les oubliés de Dressrosa de Eiichiro Oda. Une de mes sagas fétiches que je suis plus qu’assidument. Vous pouvez retrouver ma chronique de ce dernier tome ici.
  • Le siècle, tome 3 : aux portes de l’éternité de Ken Follett. Après un excellent premier tome et un bon second tome, voici enfin la trilogie consacré aux grands évènements du XXème siècle. Je passe la légère escroquerie que constitue la fameuse édition limitée des éditions Robert Laffont (plutôt inutile, soyons honnête) pour retenir que j’ai super hâte de découvrir le fin mot de l’Histoire et revoir ces chers familles.
  • Autre-monde, tome 5 : Oz de Maxime Chattam. Une de mes récentes découvertes en saga dont je suis chaque parution au format poche avec grand plaisir. Les deux premiers tomes m’ont énormément plu, le troisième un peu moins mais le quatrième a su remonté la pente à mon goût. Par conséquent j’ai beaucoup d’attente pour Oz, dont le titre m’intrigue énormément !
  • Nu dans le jardin d’Eden de Harry Crews. Dernier livre envoyé par les éditions Points au titre de la sélection du polar 2014, c’est aussi celui qui me fait le moins envie jusque là. Si des avis positifs pouvaient vite venir changer mes aprioris !

Et vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué ?