Top Ten Tuesday (4)

top ten tuesday

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon un thème littéraire prédéfini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Impossible de passer à côté du thème du jour tant il est savoureux et appelle aux souvenirs… Puis, cela va me détendre un peu de revoir cela avec vous !

Les 10 personnages qui méritent des claques.

Bella SwanTwilight / Saga du désir interdit. Alors, soyons clair, c’est ma number one, et de LOIN ! Je sais que beaucoup me détesteront après ça, mais je hais Bella. Rarement je n’ai vu personnage aussi ridicule. Pour moi, elle ne possède pas une once de bon sens et je ne voudrais pas être dans son cerveau tant ça ne tourne pas rond là dedans. Quand je repense à son état dans le tome 2, lors de sa grande dépression… J’aurais souhaité lui mettre une claque et lui dire « mais réveille toi ma fille ! »

bella-crying-o Joffrey BaratheonLe Trône de Fer. Comme pour Twilight, il aurait été très simple de consacrer un top complet aux personnages de GoT… Parce qu’entre Sansa, Cersei, Lysa Arryn, la prêtresse rouge, Roose Bolton ou encore les Frey, j’ai vraiment de quoi me plaindre. Mais avouons, la palme d’or revient quand même à ce fameux Joffrey. Incroyablement pourri, malsain, mesquin, lâche et bête, il est un démon sous ses traits juvéniles. Une éducation entière à refaire.

joffreyMalta VestritLes Aventuriers de la mer. Ah, Malta. J’ai appris à t’apprécier, vraiment. Mais bon sang, quelle gamine infernale tu es. Rarement une langue aura été si perfide et acérée durant l’adolescence. Inconsciente, provocante, égoïste et vraiment méchante, Malta fait partie aisément de ces protagonistes tête à claque, qui vous agace et dont on se souvient longuement pour cette raison.

SakuraNaruto. Sa présence concerne son personnage dans environ les 15 premières tomes. J’ai à peine eu le temps de la voilr évoluer que j’abandonnais le manga. Cela dit, sa grande faiblesse, son manque de maturité et surtout, son « amour » étouffant pour Sasuke ont souvent eu raison de moi et j’aurais souhaité la claquer, comme il se doit.

sakuraDrago MalefoyHarry Potter. Tout comme dans la saga Le Trône de Fer, Harry Potter et Poudlard compte de nombreuses têtes à claques, de Rita Skeeter à Ombrage (grrr). Drago Malefoy est malheureusement pire que les suscités : il nous agace du début à la fin de l’histoire, est quasiment toujours dans les mauvais coups et cerise sur le gâteau, on a eu la chance de le supporter durant 8 films. De quoi mettre un visage précis sur ce sale gosse de l’école des sorciers.

malefoyRoyalL’Assassin Royal. Ou le Prince le plus lâche et mauvais qui soit. Ce qu’il ne ferait pas pour assoir sa domination et protéger son petit monde. Il ne semble avoir aucune limite dans les coup bas et la perfidie et je le hais profondément.

Pittypat Hamilton Autant en emporte le vent. « Vite, mes sels, je faiblis…! » est une phrase qui résumerait parfaitement Pittypat Hamilton, la tante de Scarlett O’Hara. Incapable d’agir dès que la situation le demande, elle ne cesse d’embêter le monde avec ce qui est convenable et ce qui ne l’est pas et s’évanouit à la moindre contrariété. Une bonne claque et ça repartirait, non ?!

pittypatMike LoganSaga de River Falls. Un peu de répétition pour celui-ci car il apparaissait déjà dans un top précédent, mais bon sang, je ne le dirai jamais assez : qu’il est bête ! L’un des shérifs les plus bêtes que j’ai pu découvrir et qui mérite sincèrement de bonnes claques, histoire de tout remettre comme il faut là dedans !

Tohru Honda- Fruits Baskets. Stéréotype de la fille niaise et trop mielleuse par excellence, la charmante Tohru aurait besoin d’un bon coup de pied au derrière, histoire d’avancer un peu plus ! Heureusement, elle compense par de nombreuses qualités, et sait être touchante.

tohruSookie StackhouseLa communauté du sud / True Blood. Dans son cas, je suis assez perplexe. Autant parce que, par moment, elle mériterait vraiment quelques claques, surtout si ça peut nous sortir de la routine « Sookie se lave, s’épile les jambes, se fait un repas, les poussières, regarde ses mails, change ses draps, s’installe tranquillement, pleure ». Puis, soudainement, elle devient capable du meilleur (ou du pire) en ayant des pulsions meurtrières plutôt folles. Difficile de savoir si elle mérite vraiment sa place donc, mais comme l’envie de baffe s’est déjà fait ressentir… !

sookie

[Chronique] 7 jours à River Falls de Alexis Aubenque

7 jours à river falls

Fiche technique du livre
Auteur : Alexis Aubenque
Genre : Thriller
Année d’édition : 2008
Edition : Le livre de poche
Langue : Française
Nombre de pages : 476 pages

Synopsis
Sarah Kent, issue d’une famille modeste, est une étudiante modèle qui mène une vie paisible, parmi l’élite de l’université de River Falls, une petite ville des Rocheuses. Pourtant tout va changer, un matin de printemps, quand Amy Paich et Lucy Barton, ses deux meilleures amies des années de lycée, sont retrouvées atrocement mutilées dans la forêt toute proche. Or, deux jours auparavant, Sarah avait reçu une lettre, plutôt étrange, de Lucy et Amy… Le monde de Sarah bascule dans l’horreur. Sera-t-elle la prochaine victime du tueur ? Le shérif Mike Logan, aidé de Jessica Hurley, son ex-petite amie, une profileuse réputée, est chargé de l’enquête. Tous deux croient très vite être sur la bonne piste. Mais ils ignorent que leur adversaire les manipule avec une redoutable perversité…

Mon avis
7 jours à River Falls est le premier thriller d’une trilogie de Alexis Aubenque, auteur français dont les précédents écrits étaient des romans de science-fiction (La chute des Mondes notamment). Après avoir entendu énormément de bien concernant la saga de River Falls, le second tome ayant même gagné le prix du meilleur Polar 2009, j’ai décidé de sauter le pas et de me faire mon propre avis.

   Démarrant sur les chapeaux de roues, 7 jours à River Falls s’arme d’un prologue diablement accrocheur. L’une des premières choses qui détonne et qui m’a personnellement perturbé lorsque j’ai commencé ma lecture est l’environnement choisi par l’auteur. Étant écrit par un français, j’avoue que le fait que l’action se déroule dans une ville des États-Unis m’a rebuté car j’avais l’impression d’assister à un mime, que l’auteur essayait de reprendre des idées des ténors et autres « stars » du genre. Les prénoms et noms utilisés sont par exemple très bateaux (Mike Logan, Jessica Hurley, Sarah Kent…) et même les descriptions des lieux semblent assez forcées.
Malheureusement ce manque d’originalité se retrouve aussi un peu dans le récit en lui-même. L’histoire compte de nombreux rebondissements et est très accrocheuse, pourtant j’ai trouvé que l’ensemble manquait d’un peu de folie et même si certains retournements de situation sont bien trouvés, je pense que j’aurais aimé être davantage surpris.

   Toutefois malgré ses défauts, 7 jours à River Falls peut aussi compter sur de jolies qualités pour séduire. La principale étant, pour moi, la construction choisie par l’auteur. Comme l’indique le titre du livre, on passe 7 jours dans cette ville des États-Unis, la chronologie ayant une place cruciale dans le récit. Ce point est très important car beaucoup d’évènements et de rebondissements vont jouer sur cette chronologie précise et cela renforce l’immersion en donnant le sentiment de vivre réellement l’enquête comme pourrait le vivre un inspecteur réellement. De plus, ça ajoute une certaine pression lors de la lecture parce que lorsque l’on démarre une nouvelle journée, on ne peut s’empêcher d’être plus stressé et impatient en même temps car on sait l’échéance plus proche. Prévoir le récit sur 7 jours a permis a l’auteur d’équilibrer comme il se doit les différentes phases de l’histoire et, coordonner au bon rythme du livre, on obtient une lecture assez soutenue où les temps morts sont rares. A vrai dire, j’en ai repéré un seul entre les journées 4 et 5… mais ça repartait ensuite de plus belle !

   Autre point qui m’a particulièrement charmé dans River Falls : le duo Logan / Hurley. L’un étant inspecteur, l’autre étant son ex-petite (aïe !) amie profileuse. Rien que cette petite description laisse augurer du très sympa. On se doute évidemment que les deux doivent avoir un passé commun fort, quelques petits secrets bien piquants… et pourtant ils continuent de se fréquenter et bossent même ensemble ici. Bref, le genre de relation que le petit lecteur que je suis adore suivre ! Et effectivement dans 7 jours à River Falls, ce duo fonctionne très bien. J’ai donc beaucoup apprécié ces deux personnages et leurs personnalités. S’agissant d’une trilogie, j’ai hâte de les retrouver et surtout d’en apprendre davantage. Un fil rouge supplémentaire et donc une raison supplémentaire d’être accroc ! Malheureusement je ne peux pas en dire autant des autres personnages, qui souffrent du même défaut que l’environnement décrit : un manque d’originalité flagrant. La plupart des protagonistes sont clichés à souhait. Certains m’ont quand même plu, notamment Sarah Kent, en particulier sur la fin, mais là aussi une petite touche folie aurait été la bienvenue.

   En conclusion, 7 jours à River Falls est un bon petit thriller. Plaisant à lire et disposant d’une construction sympathique, il permet de suivre une intrigue agréable, sans réels défauts mais pas exceptionnelle pour autant, en compagnie d’un duo Inspecteur / Profiler efficace. Le récit est rythmé, on ne s’ennuie quasiment pas, et le plaisir et la découverte de la lecture sont très présents, suffisamment pour rendre accroc et vouloir assister au dénouement. Toutefois, et comme vous pouvez le constater tout au long de cette chronique, l’originalité n’a pas été invité à River Falls. Le livre dans son ensemble est bon, mais en cherchant à proposer quelque chose de trop lisse et classique, comme si Alexis Aubenque souhaitait à tout prix réussir son essai dans le genre du thriller, il oublie de proposer ces fameux éléments permettant de se différencier de la masse et de nous marquer profondément. Reste un bon moment de passé… et c’est déjà pas mal !

Ma note : 14/20