In my mailbox (19) – Avril 2014

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Je continue mon rythme mensuel avec un tout petit In my mailbox. Ce n’est pas l’envie qui manquait ce mois-ci, loin de là, mais plutôt la prise de décision. Il y a tellement de lectures qui me font envie que je ne sais plus où donner de la tête ! Qu’à cela ne tienne, le mois qui arrive promet d’être bien moins sage

SAMSUNGQuelques mots sur ces acquisitions :

  • Autre-monde, tome 4 : Entropia de Maxime Chattam. Après avoir constitué une excellente surprise avec ses deux premiers tomes, j’avais été déçu par le troisième tome, pourtant annoncé comme le meilleur par beaucoup. Avec le recul mon avis est resté le même, mais l’envie d’en savoir plus sur l’univers, les héros et l’histoire m’ont convaincu de découvrir la suite prochainement.
  • Histoire de Lisey de Stephen King. J’aime cet auteur. J’aime ses histoires, sa folie, ce qu’il est capable d’inventer. Jusqu’à une certaine limite. Je vous l’avoue, je suis plutôt trouillard… impossible donc pour moi de me lancer dans la lecture de certains de ses titres tant je crains avoir peur (et la peur dans un livre est bien plus effrayante qu’à la télévision, croyez-moi). Histoire de Lisey semble s’éloigner de ses genres de prédilections et sa quatrième de couverture m’attirait depuis un moment : Pendant vingt-cinq ans, Lisey a partagé les secrets et les angoisses de son mari. Romancier célèbre, Scott Landon était un homme extrêmement complexe et tourmenté. Il avait tenté de lui ouvrir la porte du lieu, à la fois terrifiant et salvateur, où il puisait son inspiration. A la mort de Scott, désemparée, Lisey s’immerge dans les papiers qu’il a laissés, s’enfonçant toujours plus loin dans les ténèbres…
  • One Piece, tome 70 : Domaflingo sort de l’ombre de Oda Eiichiro. Un manga déjà bouclé et chroniqué à cet endroit sur le blog. J’ai beaucoup apprécié ma lecture, comme d’habitude, mais j’ai tout de même été frustré de ne pas en apprendre davantage, même si le personnage de Domaflingo m’intrigue énormément.
  • La marque du tueur de Chris Carter. Un thriller que l’on m’a longtemps recommandé et qui est arrivé chez moi un peu par hasard… un doublon de bibliothèque d’une amie devenu un cadeau. La quatrième de couverture indique un livre très sombre et je n’ai pas la tête à trop de ténèbres ces temps-ci… : Dans les bois de L.A., une jeune femme est retrouvée sauvagement assassinée. Sans visage. Sa peau a été arrachée alors qu’elle était encore en vie. Taillée sur sa nuque, une marque que le détective Rob Hunter ne connaît que trop bien : un double crucifix…
    Et pourtant, Hunter croyait avoir arrêté le Tueur au crucifix deux ans plus tôt. S’agit-il d’un imitateur ? Mais comment celui-ci aurait-il eu accès à ce détail de l’enquête jamais rendu public ? Ou alors il faut admettre le pire : le vrai coupable court toujours.
    C’est le début d’une traque de tous les dangers qui va conduire Hunter des clubs branchés du Strip Boulevard aux planques isolées du Griffith Park en passant par les villas de Malibu et les bas-fonds de Pasadena.
    Les rouages d’une implacable machine à suspense sont en marche dans ce thriller au rythme effréné qui nous plonge au cœur de la jungle urbaine de la Cité des Anges.

Avec mes lectures de ce mois, j’en suis à PAL + 0 (oui il y a beaucoup de chroniques en retard… !)

Et vous, auriez-vous craqué pour ces titres ?

Publicités

[Chronique] One Piece, tome 70 : Doflamingo sort de l’ombre de Oda Eiichiro

one piece tome 70

Fiche technique du livre
Auteur : Eiichiro Oda
Genre : Manga / shonen
Année d’édition : 2014 (VF)
Edition : Glénat
Prix : 6,90 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 208 pages

Synopsis
Ecoeuré par César, Luffy le terrasse avant de l’expédier à l’autre bout de Punk Hazard, au risque de faire échouer le plan de Law.
D’autant plus que des subordonnés de Doflamingo sont déjà sur l’île et affrontent Franky.

Law et Luffy parviendront-ils à reprendre César et, par extension, à affaiblir Doflamingo, capitaine Corsaire, mais aussi maître des réseaux de l’ombre et principal fournisseur de Kaido?

Mon avis
Un flash, une illumination. L’esprit sait : One Piece, tome 70 doit sortir dans les jours qui viennent ! Confirmation. Achat. Lecture. Le rituel est immuable.

   Le tome redémarre sur les chapeaux de roues avec la suite et la fin de la course poursuite sur l’île de Punk Hazard. Alors que le gaz continue son invasion dans toutes les parties du bâtiment, Luffy a encore des comptes à régler avec César. Malheureusement, le temps leur est compté, et l’intervention des sbires de Domaflingo risque bien de changer la donne…

   La première partie de ce tome va rapidement en méga bordel bourré de gags. Comme on pouvait déjà l’apercevoir avant, César ne fait absolument pas le poids et se fait vulgairement écraser, ce qui donne lieu à des images plus tordantes les unes que les autres. L’auteur continue à fournir des dessins au trait exagérés et humoristique vraiment réussis. C’est aussi l’occasion de revoir notre cher Franky, que je croyais oublié tant il s’est montré absent jusque là dans cet arc ! Il a enfin droit à son quart d’heure de gloire, et comme le reste de la team, j’ai halluciné par les changements de puissance et de technique qui se sont opérés pour lui. Je me demande si cela ne va pas causer des problèmes de cohérences ensuite avec de trop grands écarts de puissance entre les personnages ennemis et notre troupe et donner des situations à la Bleach où chaque nouvel ennemi était 100 fois plus fort que le précédent mais finissait par tomber aisément quand même. Eiichiro Oda a réussi à offrir des combats plus ou moins intéressants jusque là et même si Luffy et son équipage sont des novices par rapport à Barbe Blanche, les affrontements ont toujours su garder un côté imprévisible et menaçants. Là, pour une fois, je dois avouer que c’était décevant de ce point de vue, tant l’issue était courue d’avance.

   Cela fait à présent un petit moment que les aventures dans le nouveau monde ont commencé et que les mystères autour des personnages, en particulier les organisations mondiales s’épaississent. Et bien ne croyez pas qu’avec la fin de cet arc ce sera le contraire. L’auteur distille toujours ses informations au compte goutte et j’ai notamment été choqué d’apprendre par exemple que Baggy était devenu un pirate corsaire ?! D’autres identités restent volontairement secrètes, d’anciens personnages font un retour dans de circonstances mystérieuses et ne semblent pas vouloir en dire plus… Bout à bout, ces éléments m’ont beaucoup frustré car même si l’auteur a la volonté de faire de One Piece le plus long manga du monde, j’ai besoin en tant que lecteur d’en savoir plus ! J’ai eu l’impression qu’une petite révélation entraînait dix questions supplémentaires… Imaginez si vous en avez quelques unes ! J’ai donc hâte que tout nous soit dévoilé, que l’on puisse aussi passer à autre chose et en apprendre plus sur l’univers ou sur le fameux « trou » de 100 ans dans l’histoire du monde. Car oui, sur ces points là aussi on n’est pas plus renseignés qu’auparavant !

   Néanmoins, cette frustration ne doit pas m’empêcher de reconnaître qu’une fois de plus, j’ai passé un très bon moment de lecture, rempli de sourire et d’étonnement. Ma plus grande surprise concerne d’ailleurs le fameux personnage qui donne le titre à ce tome : Domaflingo ! Il n’est pas du tout comme je l’imaginais. Puissant, cruel, probablement fou (comme la moitié des personnages cela dit), il est aussi déterminé et semble proche et protecteur envers son équipage. Des réactions que l’on ne voyait pas chez les précédents « ennemis » et cela m’a rendu vraiment curieux. Un agréable changement qui donne du poids à ce personnage.

   Quant à la tournure des évènements progressivement mise en place durant le tome, elles vendent tout simplement du rêve ! Entre la fin, les petites révélations faites, l’alliance Trifouilliis Law / Luffy et l’arrivée à Dressrosa, je m’attend à un enchaînement survitaminé à la manière de l’arc consacré à l’archipel de Saboady ou à celui de la grande bataille. Tout les éléments sont réunis en tout cas, donc le contraire me décevrait.

   En conclusion, One Piece ne déçoit pas avec ce 70ème tome mais frustre tout de même beaucoup, malgré un Domaflingo surprenant à bien des égards. L’histoire se révèle toujours aussi farfelue, attachante et addictive. Les révélations continuent de se faire au compte goutte tandis que les questions sur les personnages et l’univers se multiplient, ou restent simplement sans réponses. Rageant, mais pas autant que de terminer sur un chapitre riche en promesse, qui laisse imaginer un nouvel arc de folie… si l’on prend le courage d’attendre encore trois mois !

Ma note : 15/20

[A la découverte de] Death Note

Le temps passe vite amis lecteurs, vous le réalisez aussi bien que moi. Aujourd’hui, je me prends une nouvelle claque : le manga Death Note fête à présent son dixième anniversaire au Japon ! Tant de souvenirs qui reviennent et me poussent à vous présenter la série, vous qui souhaitez prendre le train en route.

death note tome 1    Death Note est un manga de type Shonen, c’est à dire s’adressant principalement aux garçons (bien que ce ciblage est à mon sens, vraiment à remettre en cause) et est écrit par Tsugumi Oba et dessiné par Takeshi Obata. Une association extrêmement efficace qui va mettre au point un manga à la fois superbement dessiné au scénario excellent. Une série en douze tomes, qui se dévorent rapidement et qui est à la fois disponible au format classique mais aussi au format deluxe.

Death Note deluxe   Pour résumer, Death Note n’est autre que le livre de la Mort, un carnet possédé par Ryuuku, un Dieu de la Mort. Ce dernier s’ennuie profondément dans son monde… Alors lui vient l’idée de laisser tomber son carnet dans le monde des humains, en espérant s’en distraire. Car les propriétés de ce carnet sont multiples et surtout, incroyablement dangereuses. Toute personne ramassant le Death Note en devient propriétaire et bénéficie donc de ses pouvoirs… Ainsi, en inscrivant le nom et en connaissant le visage d’une personne, le Death Note permet de la tuer, 40 secondes plus tard, d’une crise cardiaque ! Une puissance diabolique qui va se retrouver dans les mains de Light Yamagami, un lycéen pas comme les autres.

light yamagami   Là où la série fait fort, c’est qu’en plus de créer un concept intéressant et quasiment jamais vu, elle propose de suivre l’intrigue autour de deux personnages à la psychologie et aux idéologies très développées. Light est un des enfants les plus intelligents de sa génération. Clairement surdoué, il réussit dans tout ce qu’il entreprend et un avenir brillant lui est déjà tout tracé. Très travailleur, c’est quelqu’un de calculateur et de froid. Malgré d’excellents résultats (premier aux examens blancs nationaux japonais), il s’ennuie fermement. Pour lui, le monde est « pourri » par le mal, les criminels, la corruption... Lorsqu’il découvrira par hasard le Death Note, puis qu’il prendra conscience de son incroyable pouvoir, il décidera de l’utiliser pour créer le monde utopiste dont il a toujours rêvé. Un monde débarrassé de toute criminalité, où il pourrait incarner la justice et utiliser pleinement ses capacités intellectuelles. Son projet en tête, il va progressivement découvrir de nouvelles propriétés au Death Note, telle l’œil de la mort, l’autorisant à savoir combien de temps un individu a encore à vivre, et répandre sa définition du Bien, sous le nom de Kira (dérivé du terme anglais « Killer »).

L death note   Seulement, et vous pouvez vous en doutez, l’affaire Kira va avoir des retentissements énormissimes dans le monde entier. La police, rapidement dépassé par ce qui devient un problème international fait appel à Interpol et au personnage de L (un de ses nombreux pseudonymes), considéré comme le meilleur détective au monde. Arborant un look et une posture particulière, il possède néanmoins une intelligence hors du commun du haut de ses 24 ans et est un peu considéré par les gouvernements mondiaux comme leurs dernières chances. Pour cette enquête, il va devoir baisser sa garde et se rapprocher au plus proche de Light afin de le démasquer… Tout en se dissimulant au maximum ! Son nom étant inconnus de tous, il dispose donc de la meilleure défense face à Kira, qui ne peut le tuer par le biais de son carnet. Un duel intellectuel s’engage alors chacun qui tentera de démasquer l’autre.

misa amane   Évidemment d’autres personnages interviendront dans l’histoire, du père de Light, chef de la brigade de police, à la célèbre Misa Amane, petite amie de Kira. Loin du simple manga pour adolescent, l’intrigue prends des allures de thriller et bénéficie d’un scénario travaillé à l’extrême, à la tension palpable et offre un des meilleurs « duels » qu’il m’ait été de lire ! Tout est calculé, trop peut-être, mon cerveau ayant été retourné plusieurs fois par les actions et rebondissements. Les deux protagonistes principaux usent de toutes leurs capacités pour faire tomber l’autre sur ce qui pourrait ressembler à un jeu d’échec à l’échelle mondiale. Plutôt court pour un manga (12 tomes), la série dispose d’un rythme qui n’ennuie jamais et bouleverse par un twist scénaristique fou, et pour ma part, imprévisible.

death note bien ou mal   Death Note propose de plus une réflexion intéressante et complexe sur les questions de Bien et de Mal. Faut-il purifier le monde des criminels en les exterminant purement et simplement ? Tout en éliminant les personnes se dressant contre cette « vision utopiste » ? Devenir un tueur en série de criminel, n’est-ce pas finalement être à leur niveau ? Quel est le réel sens de la justice dans cette affaire ? D’ailleurs, même L, au service de la police, finit par outrepasser la loi afin de mener à bien son enquête… pour retrouver ce tueur de criminel. Une réflexion sur le pouvoir et son utilisation sur ce que cela peut apporter à l’Homme et qui laisse finalement sans réelle réponse tant j’estime que la réponse parfaite à cette question n’existe pas. Une réflexion idéologique et une lecture coup de cœur que je vous invite à découvrir.

death note cahier

In my mailbox (17)

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Bonjour à tous !

Je poursuis ce rythme davantage mensuel du IMM pour vous présenter plus globalement les dernières réceptions livresques 🙂
Une fois de plus, je serai incomplet. Vous ne verrez pas les Aventuriers de la mer, tome 4 de Robin Hobb sur la photo car je l’ai oublié au travail… Chose que je vis mal !! Je ne vous montre pas non plus La Communauté du Sud, tome 13 : dernière mort de Charlaine Harris car je l’ai chroniqué il y a un moment déjà.SAMSUNGSi j’ajoute ces nouveautés avec les autres livres reçus en Janvier… Eh bien cela ne donne apparemment qu’un petit PAL + 2 ! Certes, il faudrait que ce soit négatif pour que ce soit une bonne chose, mais cela reste un bon score à mon sens ^^

  • L’hiver du monde n’est autre que le second tome du Siècle, saga de Ken Follett et suite de La chute des géants. Je n’ai pas encore terminé la chronique du premier tome, j’ai un peu mal à décrire parfaitement mon ressenti sur ce presque de coup de cœur, mais en tout cas j’avais très hâte de pouvoir lire la suite, ce qui arrivera peut-être bien plus tôt que prévu.
  • Dragon Rouge de Thomas Harris est un cadeau de ma môman ! Il s’agit du premier tome de la tétralogie consacré à Hannibal Lecteur… Un livre qu’il me fallait si je souhaite sortir sa suite, Le silence des agneaux, de ma PAL ! (la bonne excuse :p)
  • Letter Bee de Hiroyuki Asada est un lot remporté au concours de l’anniversaire du blog de L’arbre de Noa ! Une vraie surprise que son joli colis qui est arrivé si soigné cette semaine ! Je te remercie encore 🙂
  • Le suspect de Michael Robottam est un livre que j’ai obtenu gratuitement grâce à l’opération deux achetés = 1 offert par les éditions Le livre de poche. Je vous avoue qu’au départ, je souhaitais surtout obtenir le polar de Val McDermid chez J’ai lu mais les ruptures de stocks en ont décidé autrement ! Quoi qu’il en soit, la quatrième de couverture me donne bien envie, j’ai donc hâte de voir de quoi il en retourne.

Les malheureux oubliés de la photo de classe

aventuriers de la mer tome 4la-communaute-du-sud,-tome-13---mort-a-jamais

Top Ten Tuesday (3)

top ten tuesday

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon un thème littéraire prédéfini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Vous l’avez sûrement remarqué, mais sur Pouvoir des mots, rien n’est vraiment normal ! Alors un Top Ten Tuesday qui arrive le Samedi ma foi… Mais je ne pouvais pas résister à l’idée de vous le proposer tant je trouve le thème intéressant. Attention tout de même, il est possible que certains paragraphes sur le choix des personnages vous dévoilent certains secrets.

Les 10 personnages que vous n’aimeriez surtout pas être, avec qui vous n’échangerez pas votre place.

TerraIntrusions / Jardin secret de Joy Fielding. La pauvre, finalement elle n’aura jamais compris et est peut-être passée à côté du plus grand bonheur qu’il pouvait lui arriver. C’en est trop pour moi.

jardin secret joy fieldingHodorLe Trône de fer de George Martin. Franchement… J’imagine que c’est inutile de vous faire un dessin, vous avez tous compris pourquoi ! Hodor. Hodor, Hodor !

hodorAyakoAyako de Osamu Tezuka. Une vie trop dure, immensément triste. Être une enfant indésirée est déjà bien difficile mais si seulement ce n’était que ça… Un destin trop cruel pour que je l’envisage un jour être le mien.

ayako_01Mike LoganSaga River Falls de Alexis Aubenque. Probablement le shérif le plus bête que je connaisse, et ce n’est pas mon actuelle lecture d’Un Noël à River Falls qui va me contredire. Ok, il a une très belle femme, qui l’aime pour des raisons qui me dépassent, mais pour le reste je ne lui envie rien : trop impulsif, il commet d’énormes bourdes, se met souvent en danger inutilement et manque de discernement, de logique et est incapable de prendre du recul sur une situation donnée. Pour une personne « normale » ça ferait déjà beaucoup, alors pour un shérif…

un automne a river fallsSookie StackhouseLa communauté du Sud de Charlaine Harris. Honnêtement, j’adore cette fille, mais seulement parce que ses aventures sont distrayantes ! Le temps d’une saga, on a tenté de la tuer à au moins 20 reprises, elle a subi la torture, les violences sexuelles, a eu le cœur brisé plusieurs fois, été trahi et je ne parle même pas des innombrables deuils qu’elle a du porté. J’aime bien Sookie, mais clairement, je suis mieux chez moi !

sookie stackhouseGrigori PeshkovLa Chute des Géants de Ken Follett. Ce personnage me fait vraiment mal au coeur. J’ai l’impression que globalement, sa vie n’est qu’une succession de malheurs, d’injustices et de souffrances. Quand je pense aux sales coups qu’il a eu à subir, les trahisons et ses rêves disparus, je ne peux qu’éprouver de la pitié.

la chute des géantsJunior et Big Jim RennieDôme de Stephen King. Je me permets de mettre ces deux fous dans le même sac. Pour le premier, j’ai plus de la pitié qu’autre chose. Finalement, il ne sait même pas pourquoi il agit ainsi. Quant à son paternel, un tel niveau de démence me traumatise bien trop pour que je souhaite lui ressembler un jour. D’ailleurs, si une ressemblance frappante viendrait à surgir avec cette homme, prévenez-moi.

big jimJocelyneLa liste de mes envies de Grégoire Delacourt. Une bien jolie vie, jusqu’à ce fameux moment. Je n’aurais pas la force d’en supporter tant, et je pense que mon âme en souffrirait bien trop le restant de mes jours…

la liste de mes enviesDocteur TenmaMonster de Naoki Urasawa. Tout simplement parce que je serais devenu fou ou suicidé à sa place. Johann me traumatise encore.

tenma monsterEt vous, y a-t-il un personnage de littérature pour qui vous n’échangeriez votre place pour rien au monde ?