[Chronique] « Rue des mensonges » de Joy Fielding

Fiche technique du livre
Auteur : Joy Fielding
Genre : Drame, Thriller
Année d’édition : 2007
Edition : France Loisirs
Langue : Française
Nombre de pages : 420 pages

Synopsis
Jammie est à un tournant de sa vie… Coincée dans un boulot sans intérêt, la jeune femme souffre de ne pas égaler sa sœur aînée et subit les reproches constats de sa mère. Quand ce bel étranger qui sait l’écouter et la comprendre croise son chemin, elle se dit qu’elle a enfin trouvé le Prince Charmant. Pour lui, elle irait au bout du monde… Mais c’est dans une petite ville perdue qu’il va l’emmener, dans une rue tranquille où les secrets sont nombreux et les mensonges monnaie courante, dans une rue où l’heure de la vengeance a sonné…

Mon avis
« Rue des mensonges » est un livre que j’ai obtenu dans le cadre d’une promotion chez France Loisirs il y a bien longtemps. Peu inspiré par son petit prix ridicule qui me laissait penser que le livre avait été soldé car il s’agissait d’une bouse, il est resté près d’un an dans ma PAL. Jusqu’au jour où souhaitant lire un thriller se situant dans une petite rue façon Wysteria Lane, j’ai décidé de le lire.

   Lu très rapidement, le livre étant assez court, « Rue des mensonges » est une belle petite surprise. Là où je n’en attendais rien, l’histoire a su m’emporter et me surprendre à plusieurs reprises. Contrairement à ce que pourrait laisser penser la quatrième de couverture, l’héroïne, Jammie, est loin d’être « nunuche » et constitue en réalité un personnage intéressant et attachant par le simple fait que ses peurs et ses défauts sont ceux que beaucoup d’entre nous possèdent. Allons-nous réussir notre vie ? Vais-je évoluer un jour dans mon travail ? Vivrai-je le grand amour ?
Cette psychologie est d’ailleurs la grande force de récit. Bien que constitué de peu de personnages secondaires, « Rue des mensonges » sait compenser grâce à des personnages au background et à la personnalité détaillée. Conté de deux points de vue différents, on alterne ainsi rapidement le « Road-trip » où tension et peur s’accumulent et les chapitres plus posés se déroulant dans cette fameuse rue, qui permet à la fois de tisser la toile scénaristique mais aussi d’apporter des éléments bienvenus concernant les personnages. Cela crée un certain équilibre, nous laissant un peu de répit, tout en développant l’histoire.

   J’ai apprécié les descriptions, jamais trop longues, qui permettent de nous plonger dans l’univers réaliste du livre et de s’attacher d’autant plus aux protagonistes. Ajoutons à cela une lecture qui monte vite en puissance, des rebondissements intelligents que je n’avais pas vu venir, un twist final bien trouvé et une absence de temps mort et l’on obtient un très bon petit thriller.

   Un petit bémol toutefois : le récit étant court, il souffre d’un manque de complexité que possède certains ténors du genre et qui peut rendre un thriller parfait. Les motifs d’actions des personnages, compréhensibles, restent malgré tout assez simples.

Ma note : 15/20

Publicités