Troll & Légendes : mon compte rendu

IMG_1780 Bonjour à tous ! Je vous retrouve cette fois pour un article un peu spécial, puisque je vais partager avec vous mon expérience de cette première participation au salon Troll & Légendes, se déroulant tous les deux ans à Mons. Un salon auquel j’ai assisté évidemment en tant que lecteur et fan de fantaisie, et non en tant que blogueur !

Tout d’abord quelques informations d’ordre pratique. Troll & Légendes est un festival célébrant le médiéval et la fantaisie sous toutes ses formes. On y trouve donc pas mal de concerts allant du métal au folk, diverses projections cinématographiques (Noah Hathaway étant l’invité d’honneur cette année), la présence d’un stand d’illustrateurs et d’auteurs de fantaisie, des jeux à foison et aussi un gigantesque marché féérique, le tout situé principalement dans le Lotto Mons Expo, une salle immense, similaire à un hangar à avion ! S’étalant sur 3 jours, du Vendredi au Dimanche, le prix des entrées vont de 7€ la journée en ticket prévente à un peu plus si vous choisissez d’assister au concert.

C:\Documents and Settings\provseba\Desktop\Mons expo TrollsPour ma part, je dois vous avouer que ma participation cette année a évidemment été particulièrement motivé par la présence d’un très beau panel d’auteurs avec deux invités d’honneur de choix : Trudi Cavanan et surtout Robin Hobb. Étaient présent également : Yal Ayerdhal, Samantha Bailly, Karim Berrouka, Morgane Caussarieu, Fabien Clavel, Sara Doke, Estelle Faye, Gabriel Katz, John Lang, Jean-Luc Marcastel, Patrick Mc Spare, Cassandra O’Donnell, Marie Pavlenko, Oliver Péru, Alice Scarling, Pierre Pevel, Stefan Platteau, Antoine Rouaud, Sire Cédric, Magali Segura, Adrien Tomas, Cindy Van Wilder et j’en oublie sûrement encore pas mal ! Quoi qu’il en soit, cela reste une très belle liste, pas loin d’un grand salon littéraire spécialiste du genre.

IMG_1734Bien sûr, je ne suis pas non plus le plus grand spécialiste du genre, et je souhaitais principalement rencontrer mes petits chouchous car j’ai peu d’expériences des salons. Ainsi, après une belle promenade, je me suis mis en tête de rencontrer dans un premier temps Olivier Péru. Malheureusement, un monde dingue l’attendait et après avoir patienté pas mal de temps, je me suis dis qu’il serait plus judicieux de voir d’autres auteurs avant. Je suis donc allé m’échauffer avec Pierre Pevel, très gentil et en même temps si intimidant quand on pense à la quantité et la qualité de ses œuvres ! Sa présentation de Haut-Royaume m’a vendu du rêve, assurément. J’en ai d’ailleurs profité pour repartir également avec le premier tome des Lames du Cardinal (on ne se refait pas !)

J’ai ensuite eu l’occasion de rencontrer Gabriel Katz, ce qui fut une super expérience. Il est juste ULTRA sympa ! ^^ Ce fut l’occasion de le découvrir en chair et en os, je n’avais aucune idée de ce à quoi il pouvait ressembler et bien que je démarre seulement ses titres, j’ai suffisamment accroché pour avoir hâte de le rencontrer. Par chance, le second tome en poche du Puits des mémoires venait d’arriver sur le stand, une aubaine clairement puisque c’était la première fois qu’il le voyait également ^^ Cela m’a en plus évité de repartir avec Aeternia, car je suis quelqu’un de raisonnable (hum hum…) Nous avons abordé un tas de sujets : la difficulté à éditer de la fantaisie en France, le regard que les critiques lui portent en tant que genre littéraire (bien souvent, très critiquée alors qu’au cinéma, chaque film est encensé et regardé par le très grand public) ou encore l’impact de la blogosphère sur la découverte de nouveaux titres. J’ai eu l’opportunité de discuter de mon avis sur le premier tome et de ma lecture commune avec La tête dans les livres ce qui m’a donné une superbe idée : lui faire dédicacer ce second tome et ainsi poursuivre cette lecture commune. Quoi qu’il en soit, en dehors de l’appréciation que l’on porte ou non à ses livres, il en demeure une personne vraiment agréable, alors n’hésitez pas à lui faire un petit coucou !

20150419_21532620150419_215227J’ai ensuite eu l’opportunité de rencontrer Antoine Rouaud, pour une jolie dédicace de La voie de la colère, premier tome de la saga Le livre et l’épée. Également très abordable, j’ai passé un moment agréable en sa compagnie, qui fut plus court car j’avoue, j’avais bien moins de chose à dire et que le temps passait un peu trop vite malheureusement ! Je ne boude pas mon plaisir pour autant, notamment parce qu’il est vraiment sympa et qu’en grand habitué des festivals, il sera possible de le croiser à nouveau très prochainement.

Seulement, il était temps de passer au moment que j’attendais et redoutais aussi le plus : la rencontre avec Robin Hobb. Pour la petite histoire, il faut savoir que c’est principalement cette grande dame et son œuvre L’Assassin Royal qui m’ont plongé dans le monde de la fantasy. Non seulement elle m’a offert un coup de cœur, mais un deuxième tard aussi puissant, quelques temps plus tard avec sa seconde saga consacrée aux Aventuriers de la mer et ses sublimes Vivenef. Un grand moment d’émotion donc que ces quelques mots échangés avec elle, en particulier parce qu’elle est autant adorable que ses livres. Calme, gentille, posée, elle attendait patiemment un mot de chacun et souhaitait connaître la raison de notre visite et de notre passion. Mon message est bien passé : je lui dois beaucoup. Preuve de sa grande dévotion, elle aura même répondu à mon tweet dès le lendemain matin pour me remercier de ma venue… un comble !

Robin hobb par dimitri dpPour bien clôturer cette tournée, je suis allé voir Olivier Péru et Patrick McSpare, deux comparses d’une très grande gentillesse et avec qui j’ai passé un excellent moment. Évidemment, il fallait que je m’amène avec une question typique de ma personne : « comment avez-vous eu l’idée du personnage de Salim dans les Haut Conteurs ?! » Croyez-moi, des Salim en littérature, ça ne court pas les rues. Déjà que je n’en vois jamais autour de moi (enfin, ça c’était avant que j’apprenne que le fils de la voisine s’appelle comme ça… !!!). Eh bien, je crois qu’eux-mêmes n’ont pas vraiment la réponse haha ! Ou alors ils gardent précieusement le secret… ^^ En tout cas, ce fut aussi l’occasion d’apprendre que Patrick McSpare prépare activement sa nouvelle saga qui devrait sortir en fin d’année et qu’Olivier Péru est occupé à l’écriture du troisième tome de Martyrs, entre autres choses, comme d’habitude. Où qu’ils sont également tout deux bons dessinateurs, voyez par vous-même :

20150419_215152

olivier péru et patrick mcspareEn dehors de ces expériences avec les auteurs, j’ai eu la chance de visiter une bonne partie du marché féérique qui porte clairement bien son nom. J’ai vraiment été bluffé par ce que j’ai pu y trouver et je pense que quiconque ayant un minimum d’imagination adorerait s’y promener. C’est simple, qu’il s’agisse des stands, au style plus travaillés les uns que les autres, s’y promener est une véritable source de découverte et d’émerveillement. J’ai pu voir un forgeron travailler le métal, à l’ancienne, des vendeurs proposant tout l’attirail nécessaire pour être vêtu comme au XVème siècle et même des pâtissiers proposant de la brioche dont la recette remonterait au XIIème siècle ! En plus de l’ambiance présente, c’était vraiment une belle promenade !

IMG_1739Alors évidemment, il y a énormément de choses que je n’aborde pas ici parce que je ne les ai pas vécu, et je suis bien conscient que ce festival a bien plus à offrir que ce que je vous indique là. Pourtant, en tant que lecteur, je souhaite surtout insister sur le plaisir ressenti par ces rencontres avec différents auteurs. C’est simple : en repartant, jamais ma passion pour la lecture n’avait été aussi forte. Si cela est possible, n’hésitez pas un instant à participer à des évènements de ce genre, ils vous plairont forcément !

IMG_1813Merci à Anthony R. pour les photos parsemant ce compte rendu.

Publicités

[Mes Actua-Littés] Un troisième cycle pour l’Assassin Royal de Robin Hobb

La nouvelle est tombée, tout d’abord sur youtube (voir plus bas la vidéo d’annonce) puis sur son blog personnel : Fitz et le Fou, le duo le plus populaire des livres de Robin Hobb, rempileront pour une troisième trilogie !

Le premier tome de cette nouvelle trilogie aura pour nom l’Assassin du Fou (The Fool’s Assassin en VO) ! Peu d’informations à se mettre sous la dent pour l’instant malheureusement si ce n’est qu’apparemment le premier tome serait très avancé et qu’il devrait voir le jour en Août 2014 aux États-Unis et au Royaume-Uni, date avancée une fois de plus par Kat, l’assistante de l’auteure au cours d’une seconde vidéo, mais aussi par l’auteure sur sa page facebook. Par ailleurs, cela concorderait avec la présence de Robin Hobb au Worldcon 2014 où elle est l’invitée d’honneur.

Pour l’instant l’auteure n’a révélé aucune information sur le scénario à venir mais espérons que celui-ci soit très bon : on se souvient tous qu’elle avait précisé à plusieurs reprises ne pas se sentir contrainte de produire une suite mais qu’elle le ferait volontiers si elle trouvait une idée suffisamment bonne pour que celle-ci soit développée. Il s’agira entre autre de la dernière trilogie et donc de la « vraie » fin de nos héros.

assassin royal troisième trilogiePour ma part, je ne connais pas encore le second cycle de l’Assassin Royal et je lis actuellement les Aventuriers de la mer… autant vous dire que j’ai encore de quoi découvrir chez l’auteur. Toutefois j’espère que cette suite sera effectivement très bonne et qu’elle apportera quelque chose de neuf, ainsi qu’une merveilleuse fin pour mon petits Fitz Chevalerie.

 Cette « news » sera actualisé dès l’arrivée de nouvelles informations !

MAJ : Finalement, nous n’aurons pas à attendre bien longtemps pour découvrir les aventures de ce cher Fitz et le Fou en français. En effet, Pygmalion, l’éditeur de la série en grand format jusqu’à présent, a confirmé la sortie du Assassin’s Fool pour le 29 Octobre 2014, au tarif de 21,90€ TTC. Le titre français sera Le Fou et l’Assassin (ce qui perd légèrement de son sens par rapport à la VO à mon avis) et la couverture choisie sera la suivante :

le fou et l'assassin

Le Jeudi c’est Jeu Livresque (11)

jeudijeulivresque

Nouveau rendez-vous hebdomadaire de l’été organisé par Secret Forbidden World, le jeudi c’est Jeu Livresque est l’occasion de réfléchir, discuter et s’amuser avec nos livres et nos goûts littéraires. A chaque jeudi sa nouvelle question et voici celle de la semaine.

Semaine 11 : si vous écriviez, quel auteur ou roman aurait la plus grande influence sur votre écriture ?

En voilà une question bien difficile ! L’envie d’écrire a toujours été présente chez moi à des degrés plus ou moins forts. Qu’on le veuille ou non, je pense que l’on « subit » forcément l’influence des auteurs et des livres nous ayant les plus marqués.

Je pense que si je dois écrire un roman abordant des éléments de la vie courante et les sentiments en général, je m’inspirerai du style de Grégoire Delacourt sur La liste de mes envies. Ce livre est un vrai bijou en ce qui concerne sa construction, sa narration et son style d’écriture. Il va droit au but mais n’est pas sans nuances !

la liste de mes envies

Pour écrire de la fantasy, j’irai chercher mes idées chez Robin Hobb et son Assassin Royal. Une maîtresse du mystère et de la beauté des mots, elle sait conter une histoire sans jamais vraiment ennuyer et émerveille par la poésie de certains passages. Patrick Rothfuss sur Le Nom du Vent n’est pas en reste non plus !

assassin royal tome 1le nom du vent

Enfin, dans tous les cas, quel que soit le livre écrit, je pense que je chercherai à adopter les méthodes des auteurs de thriller, qui savent nous accrocher dès le début avec trois fois rien. Ce pouvoir d’attraction est important pour conserver l’attention du lecteur et je pense qu’Harlan Coben est un maître dans le genre ! M’inspirer de Fautes de preuves pourrait être une bonne idée 🙂

fautes_de_preuves harlan coben

Bilan des lectures de 2013 : de Janvier à Juin.

Bonjour à tous !

2013 est une année faste pour moi… Elle défile à une allure folle, et je réalise aujourd’hui que six mois se sont déjà écoulés. Une excellente raison pour prendre un peu de recul et revenir sur mes lectures favorites de ce premier semestre ainsi que mes déceptions mais aussi mes attentes futures.

Mes recommandations de cette première partie de l’année

L’Assassin royal de Robin Hobb

assassin royal tome 4 assassin royal tome 5 cover

Impossible pour moi de passer à côté de l’une de mes plus belles découvertes récentes. L’Assassin Royal est un concentré de poésie dans un monde cruel de fantasy. Robin Hobb a une plume superbe, et même lors des chapitres les plus ennuyeux, elle sait nous charmer et nous faire voyager loin dans son univers. Elle a su créer quelque chose d’assez unique, nous proposant à la fois un récit initiatique et une intrigue remplie de mystères, aux personnages marquants (je pense d’ailleurs à cette bonne vieille Caudron !). Quel bonheur de suivre le petit Fitz, que l’on a connu si jeune, dans ses aventures. Dépaysant, bourré de rebondissements inattendus, l‘Assassin Royal mérite une bonne place dans la librairie des amateurs de fantasy.
J’ai lu en 2013 les trois derniers tomes du premier cycle et ce fut un réel plaisir à chaque fois. Depuis, j’ai déjà commencé à acheter les tomes 7 et 8 du second cycle, ainsi que le premier tome des Aventuriers de la Mer, autre saga phare de l’auteur. Et comme cela ne me suffisait toujours pas, j’ai lu Retour au pays, une courte nouvelle très agréable se déroulant dans le Désert des pluies, et faisant office de prélude aux Aventuriers de la mer.

 

Le syndrome [E] et Fractures de Franck Thilliez

le syndrome efractures franck thilliez

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur fétiche de ce début 2013 et gros rattrapage de retard, Franck Thilliez m’a franchement bluffé. Alors que de vieux clichés me poussaient à lire davantage de thrillers d’auteurs américains, j’ai sauté le pas en 2012 en lisant des auteurs anglais, écossais et français. Depuis, ce cliché n’a vraiment plus lieu d’être tant Monsieur Thilliez m’a conquis. Qu’il s’agisse de Fractures ou du syndrome [E], ses livres m’ont scotché du début à la fin. Thriller sombre, suspense insoutenable, intrigue mêlant habilement fiction et faits réels, le tout saupoudré de rebondissements à foison me retournant le cerveau, voilà autant d’ingrédients qui forment une recette parfaite. Quand je pense qu’Atom[K]a attends toujours dans ma PAL…

 

Autre-monde, tome 2 : Malronce de Maxime Chattamn

malronce, autre monde tome 2

A mon sens, ce n’est jamais une tâche aisée de réussir une saga. Un premier tome peut être très bon et les suites inintéressantes, la faute à un univers finalement pas assez développé, des personnages peu intéressants ou tout simplement une intrigue moyenne, lente, sans réelle rebondissements. Avec ce second tome de Autre-monde, c’est tout le contraire. C’est la confirmation qu’il y a là un potentiel immense pour que le tout devienne une de mes sagas favorites. Extrêmement fluide, j’ai pris un plaisir fou à parcourir ce chemin vers le sud avec cette petite troupe de héros. J’ai adoré être sans cesse étonné par l’imagination de l’auteur pour son univers et je suis vraiment impatient d’avoir la suite. Moi qui avais commencé cette série en livre de poche, je crois que je vais finir par craquer pour les grands formats tôt ou tard…

 

La communauté du sud, tome 12 : mort sans retour de Charlaine Harris

la communauté du sud tome 12

Une grande histoire d’amour entre moi et cette saga, mon plaisir coupable favori. Ce douzième tome (déjà !) ne fait pas exception à la règle. Englouti en trois jours, j’ai retrouvé les sensations qui font de La communauté du sud une lecture à part mais si charmante. Intrigue décalée, personnages fous et attachants (avec en tête une Sookie qui ne cesse d’évoluer et de m’impressionner par sa « maturité » et sa nouvelle vision des choses), les éléments se mettent en place afin de proposer le final de la série, qui sera, je l’espère, génial.

 

Autres petits coup de cœur

billy-bat-tome-6ONE PIECE T66 vers le soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

Les derniers tomes de One Piece et de Billy Bat se doivent d’être mentionnés dans ce bilan, tant j’ai adoré.
Pour One Piece c’est d’autant plus impressionnant que la série en est déjà à son soixante-sixième tome ! On ne change pas une formule qui marche et après tout ce temps, l’auteur continue de proposer les ingrédients qui font le succès de ce shonen et ce pourquoi j’apprécie.
Quant à Billy Bat, le sixième tome se rapproche davantage du polar que du fantastique ce qui n’est pas pour me déplaire. L’intrigue gagne en intensité et je retrouve vraiment le Naoki Urasawa qui a su me combler avec Monster ou 20th Century Boys. A suivre !

 

 

Les déceptions de 2013

Parce que tout n’est malheureusement pas beau et rose, je profite de ce bilan pour revenir sur deux déceptions littéraires de cette année, deux livres que j’ai abandonné et mis de côté et qui resteront sûrement sans chronique d’ailleurs.

Une place à prendre de J. K. Rowling

une place à prendre jk rowling

Énorme attente de l’année 2012 et pour cause : l’auteure d’un de mes livres favoris revient enfin avec du neuf. Seulement, je n’ai pas été convaincu du tout par ce nouvel ouvrage de JK Rowling, que je considère pourtant comme très talentueuse. Je me suis arrêté à la page 174 après avoir tenté vainement durant un mois d’avancer dans le livre. Malheureusement l’envie n’a jamais vraiment été présente et je n’ai pas apprécié cette satyre, trop crue et pessimiste à mon goût de la société anglaise actuelle. De par son thème, l’histoire ne me faisait absolument pas rêver, ne me faisait pas voyager comme le font d’autres ouvrages. De plus, l’absence de moments joyeux, d’espoir pour les personnages m’a profondément agacé et j’ai au final abandonné.

Les bannis et les proscrits, tome 3 : la guerre de la sor’cière de James Clemens

james clemens la guerre de la sorciere

Entre ce livre et moi c’est une histoire compliquée. Très compliquée. Tout d’abord car il s’agit du troisième tome d’une saga que j’ai pas mal apprécié jusque là. Parce que j’ai mis deux fois le livre de côté et que je dois en être à la page 500 sur 880. Et que certains aspects de la saga continue de bien me plaire. Et pourtant je n’arrive pas à continuer ce tome, l’envie n’est pas réellement présente. Je pense que c’est en partie du au fait que le rythme est lent, très lent, qu’il y a beaucoup de répétitions et surtout que l’auteur abuse d’une chose que je déteste : les facilités. Jusqu’ici, dès qu’un énorme problème surgit, une solution auquel personne n’avait pensé fait son apparition et sauve l’équipe d’une destruction fatale. Et cela a bien du arrivé presque dix fois dans ce tome. Bref, cela nuit à l’intrigue, puisque les rebondissements sont moins palpitants et qu’on ne prends plus peur pour l’héroïne : on sait d’avance que tout va réussir. A vrai dire, j’aimerais poursuivre ma lecture juste pour me prouver que j’ai tort !

 

Et le futur dans tout ça ?

stephen king dome t1

Je lis actuellement le premier tome de Dôme de Stephen King. J’ai passé le premier tiers du livre et pour le moment il me passionne beaucoup. Les descriptions de l’auteur sont vraiment tordantes et l’histoire m’intrigue au plus haut point. J’ai hâte de comprendre les origines de ce Dôme et de voir comment vont évoluer les choses. Car en tant que lecteur, je suis un peu au même point que les personnages du récit : impossible de prévoir quoi que ce soit tant à la base on ne sait rien sur cet étrange champ de force, si ce n’est qu’il existe et forme un huit clos autour de Chester’s Mill.

Pour la suite, j’espère sortir beaucoup de livres de ma PAL, qu’il s’agisse de fantaisie (Le Nom du vent, l’épée de vérité, Druides, etc.) ou de thrillers (Atom[k]a, un Noël à River Falls, Si tu reviens de Joy Fielding…) et surtout découvrir de nouveaux genres, de nouvelles lectures aux origines diverses. Évidemment, j’espère lire davantage qu’actuellement !

 

Et vous, chers lecteurs, quels sont vos livres coups de cœurs de ces six premiers mois, ceux que vous recommanderiez chaudement ?

[Chronique] L’Assassin Royal, tome 4 : le poison de la vengeance de Robin Hobb

assassin royal tome 4

Fiche technique du livre
Auteur : Robin Hobb
Genre : Fantaisie
Année d’édition : 2000
Edition : J’ai Lu
Langue : Française
Nombre de pages : 349 pages

Synopsis

Les pirates, de plus en plus audacieux, ont commencé leur invasion dévastatrice. Royal, le fourbe, après avoir assassiné le souverain légitime, est monté sur le trône des Six-Duchés. Avec son entourage, l’usurpateur s’est replié à l’intérieur des terres, dans son fief natal, certain de ne plus être inquiété par Fitz, son ennemi intime, qu’il tient pour mort.

Grossière erreur, car le jeune bâtard, retiré loin de la cour, vit toujours. S’il ne perd pas espoir de se venger, il lui faut d’abord réapprendre à vivre, sous la patiente égide de Burrich et d’Umbre. Et choisir sa voie : celle de la civilisation… ou celle d’une magie primitive qui le lie plus que jamais à Oeil-de-Nuit ?

Mon avis (contient des spoilers)
La saga de l’Assassin Royal constitue l’une de mes surprises les plus importantes en cette année 2012. Connaissant la saga de nom depuis un moment, je n’avais jamais sauté le pas jusqu’à récemment. J’ai englouti les trois premiers tomes de Septembre à début Novembre, avec seulement 3 petits jours pour le tome 3. J’étais donc très heureux et impatient de me replonger dans cette lecture.

   Qu’on se le dise, le tome 4 commence fort. Et non pas parce que l’action est maître, mais plutôt parce qu’il s’agit d’une suite on ne peut plus directe au dénouement du tome 3. Et cela commence fort car émotionnellement c’est du lourd ! Fitz est encore en vie… Mais est-ce bien lui ? Peut-on braver la mort sans en garder quelques séquelles ? On retrouve dès les premières pages l’une des forces de cette saga, un point qui m’avait beaucoup séduit dans les précédents tomes : la qualité d’écriture. L’auteure manie les mots avec une telle aisance et une telle puissance. C’est beau, tout simplement. Les phrases faisant mouche et les citations paraissant cultes sont légions ! Un exemple d’une phrase pourtant si simple et que j’ai adoré : « Parfois on ignore la gravité de sa blessure tant que quelqu’un d’autre ne la sonde pas. » Une bien jolie phrase à la base qui gagne en puissance lorsqu’elle est replacée dans le contexte du livre.

   On assiste donc à un début de tome puissant et captivant mais aussi déroutant. Je ne suis pas le plus grand fan du Vif et l’auteure adore laisser certains éléments « magiques » inexpliqués, me perdant un peu en tant que lecteur. On a du mal à retrouver notre petit Fitz mais après toute la souffrance qu’il a subi, n’est-ce pas normal ? C’est d’ailleurs un point intéressant, car en lisant la dernière partie du tome 3, absorbé comme je l’étais, je n’avais pas réalisé les épreuves que vivaient Fitz. Avec ce tome 4, on assiste clairement à ce changement, les descriptions de la psychologie et l’évolution de Fitz dans sa vie de très jeune adulte sont juste excellentissimes et poignantes. Fait rare dans un livre, j’ai « souffert » en même temps que le héros.

   Qui dit changement de personnalité implique bien souvent un profond changement dans la vie d’une personne. J’étais un peu étonné de la tournure que prenaient les choses aux alentours de la page 70 mais finalement cela était censée. Cependant le but initial reste le même et Fitz redevient rapidement motivé par un unique but : la vengeance. Royal doit mourir, qu’importe si lui doit y passer aussi. Cette résolution prise, notre héros démarre un voyage long à travers les Six-Duchés. On découvre alors les divers duchés, leurs particularités, la géographie de chacun ainsi que ses villes et les mentalités des habitants de l’intérieur. C’est l’occasion pour l’auteure de démontrer à nouveau ses talents lorsqu’il s’agit de décrire des environnements et les interactions humain / nature. Plaisantes, mais trop nombreuses, j’aurais apprécié qu’il y en ait un poil moins. L’histoire de ce tome ne se situant plus dans un château, Fitz est amené au cours de son voyage à effectuer de nombreuses rencontres, très intéressantes, certaines nous apprenant même des éléments importants sur l’univers de la saga (tel que le lignage). Un peu de neuf donc mais avec le recul j’ai quand même l’impression que ces rencontres ne l’ont mené nulle part. Comme s’il n’en tirait aucun enseignement. Ce qui est bien dommage.

   Assez lent dans sa progression, ce tome 4 dans sa globalité a du mal à captiver autant que ses prédécesseurs. Pourtant il se passe de nombreux évènements et c’est toujours aussi bien écrit, mais une fois à la moitié du livre, je me suis parfois ennuyé. Peut-être cela est dû au fait que Robin Hobb gère mal le passage d’une situation à une autre. Peut-être que les évènements manquaient de piquant, soit parce qu’ils avaient un goût de déjà-vu, soit parce qu’ils n’étaient pas aussi importants que ceux qu’on a pu vivre précédemment. Ou peut-être est-ce simplement dû au fait que ce tome marque une transition avec le style narratif que nous connaissions, pour passer de la politique de la cour à la survie et à la vengeance. Notons quand même qu’une certaine redondance apparaît dans la vie de Fitz et certains passages font répétition, ce qui est assez « incroyable » quand on sait qu’il effectue un voyage totalement inédit pour lui… Des défauts donc, qui laissent un goût de moins bien, même si les 80 dernières pages rattrapent tout ça et que l’on finit sur une bonne note, comme d’habitude à présent.

    En conclusion, le tome 4 de l’Assassin Royal est un bon tome, mais inférieur à ses prédécesseurs. Possédant un style d’écriture toujours aussi plaisant et un univers très attachant, Le poison de la vengeance souffre d’un gros problème : être inégal. On a, à la fois, un des meilleurs débuts de tome de la saga mais aussi des passages plus creux, plus ennuyeux et lents que ce à quoi Robin Hobb nous a habitué. Cette mauvaise gestion du rythme fait que je me suis parfois ennuyé au cours de la lecture, chose qui n’était pas arrivée précédemment. Cependant il convient de bien nuancer ces propos. Oui des défauts en ressortent, qu’ils soient scénaristiques ou narratifs, mais on reste tout de même en présence d’une lecture très satisfaisante et les divers évènements survenant dans la dernière partie du tome me rende impatient de lire la suite.

 Ma note : 15,5/20