[Chronique] Les vacances d’un serial-killer de Nadine Monfils

les vacances d'un serial killerFiche technique du livre
Auteur : Nadine Monfils
Genre : Humour noir / Contemporain
Année d’édition : 2011
Edition : Pocket / Belfond
Prix : A partir de 6,20€ TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 256 pages

Synopsis
En quittant sa fabrique de boulettes sauce lapin pour l’été, Alfonse s’imaginait pépère au soleil de la mer du Nord… Des vacances ? Tu parles !
On n’a pas fait 100 bornes que sa femme, mégère aux fausses allures de starlette, et ses gosses, deux ados décérébrés, lui tapent sur le pompon. Et que dire de sa belle-mère et de sa roulotte pourrie qui casse l’esthétique de la bagnole ?
Avec soixante ans de retard, Mamie a décidé de jouer les Bonnie and Clyde avec le premier julot venu. Elles vont être belles les cartes-postales !

Mon avis
Voilà un moment que je souhaitais me faire plaisir en lisant Les vacances d’un serial killer, une lecture me paraissant plutôt décalée et drôle. Le contrat est finalement plutôt bien rempli. Explications.

   La famille Destrooper, belge, visiblement frappée comme il faut, s’apprête à partir en vacances sur les côtes de la mer du Nord dans la « superbe » voiture tunée du chef de famille, Alfonse, mais aussi de Mémé Cornemuse, qui les suit partout dans sa fameuse caravane. Le voyage commence à peine que l’on comprend qu’on n’a pas à faire à une famille normale : Josette, l’épouse d’Alfonse, ne possède pas une once de bon sens et se fait voler son sac à main à un stop par un motard. Ses deux enfants, Lourdes et Steven, s’ennuient à mourir au bout d’une heure de trajet et ne semblent pas disposer à se montrer sympathiques… Quant à la Mémé Cornemuse, complètement barrée, vulgaire et alcoolique, elle sera bien vite abandonnée sur le chemin lorsque sa caravane se détachera de la voiture… pour finalement arriver plus vite que la petite famille aux Mouettes rieuses, lieu de leurs vacances !

   Tout d’abord, j’aimerais insister sur le fait qu’il m’est difficile de classer ce livre. A mon sens, ce n’est clairement pas du policier comme j’ai pu le lire sur certains sites. C’est avant tout un roman contemporain, très humoristique et utilisant, à la rigueur, quelques ficelles du livre policier. Ne vous attendez pas à vivre une enquête palpitante car ce ne sera pas le cas. Dans les vacances d’un serial killer, c’est l’humour noir et les jeux de mots désopilants qui dominent, ainsi qu’une histoire tout bonnement improbable. Nadine Monfils emploie tout l’argot belge à sa disposition pour servir son récit. Parfois vulgaire, parfois loufoque, sa plume ne laisse en aucun cas indifférent. Elle a un style vraiment bien à elle auquel on adhère entièrement ou pas.

   Son autre force, c’est sa maîtrise de l’écriture des dialogues, qui pourraient aisément figurer et se retranscrire comme tel au cinéma. On trouve dans l’ensemble peu de passages narratifs ou descriptifs, tout se déroule dans les conversations entre les personnages fous à lier où les répliques mordantes fusent à vitesse grand V. Cela donne au récit un rythme très dense, impression décuplée par la présence de multiples points de vues et de chapitres très courts. On virevolte de bêtises en bêtises, d’un personnage à un autre sans avoir le temps de dire ouf. Je n’ai eu de cesse de me demander qui était au final ce fameux serial killer dont parle le titre, rôle qui pourrait s’appliquer à tellement de personnes. Pour l’histoire en elle-même, agréable mais courte, je retiendrai qu’à la manière d’un bon film comique, les blagues et les évènements impensables servent l’intrigue et non l’inverse. Mais c’était tellement amusant ! Il n’y a pas une once de crédibilité dans ce récit et pourtant j’ai été accroché du début à la fin !

    Impossible de ne pas parler du personnage de Mémé Cornemuse qui m’a scotché, voir même fasciné ! On ne sait jamais quelle nouvelle carte elle va sortir de sa manche, quelle action improbable elle va accomplir ou la future réplique tordante qu’elle va asséner. Gratinée de défauts comme pas deux, plus que frivole et grandement vulgaire, je n’ai pu que l’apprécier tant elle unique en son genre. Un personnage comme on rencontre très peu en littérature. Les autres protagonistes ne sont pas en restes et réservent de très bons moments de folies, mais honnêtement, c’est difficile de passer après cette fameuse grand-mère.

   Bien qu’inattendue, la fin ne m’a pas franchement convaincu. D’accord, au vu de l’histoire développée, drôle, plutôt décalée mais peu profonde, je n’attendais pas une conclusion incroyable. Cependant, j’aurais apprécié qu’elle soit servie de manière moins abrupte, mieux finie. L’auteure propose tout de même un (très) court épilogue sur le futur des personnages rencontrés, mais je suis resté sur ma faim. Une cinquantaine de pages d’amusement supplémentaires ne m’aurait certainement pas déplu !

   En conclusion, j’ai passé un bon moment de lecture et de détente avec Les vacances d’un serial killer. Méchamment drôle, j’ai suivi avec plaisir ce récit totalement improbable en plein cœur de la Belgique. Doté d’un style d’écriture unique auquel se mêle habilement argot, vulgarité et grossièretés en tout genre dans d’omniprésents dialogues, l’histoire a su me divertir et me faire rire comme peu avant. Ne cherchez pas la complexité et la profondeur, Les vacances d’un serial killer ne vous offrira que du fun. Avec un si bon script disponible, je me languis à présent de voir le cinéma s’approprier l’adaptation. Et je suis sûr que Mémé Cornemuse aussi.

Ma note : 16/20

Publicités

3 réflexions au sujet de « [Chronique] Les vacances d’un serial-killer de Nadine Monfils »

    • Quand on sait vers quoi on se dirige et qu’on n’a pas des attentes spectaculaires, je pense qu’il n’y a pas de raison d’être déçu. Il y a juste le style d’écriture qui peut déplaire totalement :s

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s