[Chronique] Un Noël à River Falls de Alexis Aubenque

un noel a river falls

Fiche technique du livre
Auteur : Alexis Aubenque
Genre : Thriller
Année d’édition : 2010
Edition : Le livre de poche / Calmann Lévy
Prix : 7,50 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 572 pages

Synopsis
Alors que la petite ville de River Falls s’apprête à célébrer Noël, un drame vient raviver le souvenir des horreurs du passé : un adolescent est retrouvé mort dans une cabane au fond des bois, d’où un autre a réussi à s’échapper. Ont-ils été la cible d’un pervers sexuel ? S’agit-il d’une vengeance exercée contre le défunt, qui avait agressé un homosexuel ? Le survivant est issu d’une communauté religieuse installée dans un domaine ayant appartenu à un meurtrier en série. Simple hasard ?

Afin d’identifier l’auteur de ce crime, le shérif Mike Logan devra plus que jamais se méfier des apparences. Aidé de sa compagne, la profileuse Jessica Hurley, saura-t-il se défaire des idées préconçues sur les « monstres » qui nous entourent ?

Mon avis
Troisième volet de la saga River Falls initiée par le thriller 7 jours à River Falls, Alexis Aubenque nous propose un nouveau drame, au coeur d’une nouvelle saison…

   Un chauffeur de poids-lourd, un matin d’hiver. Un jeune homme affolé qui surgit sans prévenir des bois. Un accident inévitable, quasi mortel. Un corps d’un garçon de bonne famille retrouvé non loin… River Falls semble à nouveau tout près du désastre. Existe-t-il un lien entre ces adolescents ? Que s’est-il réellement passé, et surtout, qui est l’auteur de ce crime ? Des questions de taille, qui vont nous accompagner sur presque 600 pages.

   En tant que lecteur, Un noël à River Falls m’a dérouté au plus haut point. Durant la première grande partie du livre, j’ai trouvé l’ensemble tout simplement mauvais, médiocre et vraiment pas inspiré. On démarre avec une intrigue contenant tout ce qui a de déjà vu et aucune surprise ne semble se profiler… C’est de plus très prévisible, et en toute franchise, je pouvais déjà vous décrire les grandes lignes des 100 pages à venir. Un défaut que je considère absolument fâcheux tant j’attends du genre du thriller le summum de la surprise. Malheureusement, ma déception ne s’est pas arrêtée là… L’auteur sabote les autres éléments constitutifs de son récit en abusant gravement de clichés bidons sur les États-Unis et en affublant ses personnages de rôles inintéressants et horriblement limités. Sincèrement, j’étais tellement agacé que je comptais fortement stopper ma lecture. Agacé aussi car je sais qu’Alexis Aubenque dispose d’un certain potentiel à me distraire  -sans jamais tutoyer les ténors du genre- qu’il peut m’accrocher comme ce fut le cas lors de mes lectures des deux précédents tomes.

   Et c’est ce qui se produisit, d’où ma confusion grandissante. Au fur et à mesure de l’avancée de son récit, j’ai eu le sentiment que l’auteur se libérait, décidait de prendre les choses en main et de monter le niveau d’un cran. A compter des alentours de la 340ème page, c’est presque comme si une nouvelle personne s’était mise à l’écriture. Les personnages gagnent enfin en intérêt ; l’intrigue, bien que toujours aussi peu rythmée et hasardeuse (difficile de prévoir vers quoi on va se tourner), se met à surprendre et propose même quelques idées bienvenues jusqu’à m’emporter dans sa danse, et ce jusqu’au final que j’attendais avec impatience. Pourtant tout bonnement impensable au premier abord, la fin m’a beaucoup plu et j’ai même eu le droit à quelques frissons que procure le genre habituellement ! L’épilogue, volontairement très ouvert, m’encourage  même à lire la suite, ayant attisé ma curiosité.

   Car oui, avec Monsieur Aubenque, il faut s’accrocher. Le plaisir ne se révèle qu’après une longue attente. Par chance, la fluidité de sa plume est intacte et fait des merveilles. Sans être particulièrement jolie ou même recherchée, elle sait aller à l’essentiel et permet de faire défiler aisément les pages tout en écourtant les passages contenant des temps morts. Un bon point qui m’a aidé à passer outre de nombreux défauts, en particulier les discussions et autres descriptions de nos chers personnages. Je me dois d’aborder le cas du shérif Logan. C’est probablement l’un des personnages de littérature que j’apprécie le moins, juste ça. Professionnellement je me demande encore comment il peut être shérif. Déjà auteur de sacrées bourdes, il n’a pas l’air d’avoir gagné en réflexion ou en subtilité… À mon grand dam. Sa personnalité est toujours aussi creuse, aucune évolution ne se dessine. Quand je repense à la manière dont il traite la première partie de l’enquête, c’est juste ridicule. À croire que sans Hurley, il n’est rien. Heureusement que cette dernière remonte le niveau, tout comme sa copine et la gourou de cette chère secte, dont les réactions m’ont particulièrement amusé.

   Quelques mots sur le thème qui mérite d’être souligné tant son traitement est appréciable. Ainsi le thriller offre une certaine réflexion intéressante sur la différence et les choix, qu’il s’agisse de religion ou d’orientation sexuelle. Ces thèmes sont rarement abordés et je craignais que ce soit à la hauteur du reste : plein de clichés et avec peu de profondeur. Contre toute attente, Monsieur Aubenque m’a ravi par le traitement offert et la justesse de ses propos, en répercutant intelligemment ses convictions dans son intrigue. Les questionnements ne manquent donc pas : Faut-il redouter l’étrange communauté religieuse reculée au fin fond de la ville ? Les pédophiles sont-ils des homosexuels ? A l’heure des manifestations pour tous et autres guerres de religions, je ne peux qu’applaudir cette ouverture d’esprit.

   En conclusion, Un Noël à River Falls est une semi-déception. Clairement, il ne faut surtout pas s’attendre au thriller du siècle car c’est loin d’être un bon prétendant au podium. Si l’on sait passer outre ses très gros défauts, de ses clichés trop nombreux à son intrigue molle et à la première grande partie prévisible et agaçante, le charme peut tout de même opérer et notre patience sera récompensée par une deuxième partie bien plus accrocheuse et même surprenante à bien des égards. Toutefois, je regrette que de tels défauts existent encore dans un troisième tome d’une saga, là où j’attends une certaine maîtrise de l’œuvre et de son univers. Je tiens à souligner le bon traitement du thème choisi et je conserve une pointe de confiance pour la suite, en espérant être moins déçu.

Ma note : 12/20

Publicités

In my mailbox (17)

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Bonjour à tous !

Je poursuis ce rythme davantage mensuel du IMM pour vous présenter plus globalement les dernières réceptions livresques 🙂
Une fois de plus, je serai incomplet. Vous ne verrez pas les Aventuriers de la mer, tome 4 de Robin Hobb sur la photo car je l’ai oublié au travail… Chose que je vis mal !! Je ne vous montre pas non plus La Communauté du Sud, tome 13 : dernière mort de Charlaine Harris car je l’ai chroniqué il y a un moment déjà.SAMSUNGSi j’ajoute ces nouveautés avec les autres livres reçus en Janvier… Eh bien cela ne donne apparemment qu’un petit PAL + 2 ! Certes, il faudrait que ce soit négatif pour que ce soit une bonne chose, mais cela reste un bon score à mon sens ^^

  • L’hiver du monde n’est autre que le second tome du Siècle, saga de Ken Follett et suite de La chute des géants. Je n’ai pas encore terminé la chronique du premier tome, j’ai un peu mal à décrire parfaitement mon ressenti sur ce presque de coup de cœur, mais en tout cas j’avais très hâte de pouvoir lire la suite, ce qui arrivera peut-être bien plus tôt que prévu.
  • Dragon Rouge de Thomas Harris est un cadeau de ma môman ! Il s’agit du premier tome de la tétralogie consacré à Hannibal Lecteur… Un livre qu’il me fallait si je souhaite sortir sa suite, Le silence des agneaux, de ma PAL ! (la bonne excuse :p)
  • Letter Bee de Hiroyuki Asada est un lot remporté au concours de l’anniversaire du blog de L’arbre de Noa ! Une vraie surprise que son joli colis qui est arrivé si soigné cette semaine ! Je te remercie encore 🙂
  • Le suspect de Michael Robottam est un livre que j’ai obtenu gratuitement grâce à l’opération deux achetés = 1 offert par les éditions Le livre de poche. Je vous avoue qu’au départ, je souhaitais surtout obtenir le polar de Val McDermid chez J’ai lu mais les ruptures de stocks en ont décidé autrement ! Quoi qu’il en soit, la quatrième de couverture me donne bien envie, j’ai donc hâte de voir de quoi il en retourne.

Les malheureux oubliés de la photo de classe

aventuriers de la mer tome 4la-communaute-du-sud,-tome-13---mort-a-jamais

[Chronique] Atom[KA] de Franck Thilliez

atomka franck thilliez

Fiche technique du livre
Auteur : Franck Thilliez
Genre : Thriller
Année d’édition : 2012
Edition : Pocket / Fleuve noir
Prix : à partir de 8,40 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 608 pages

Synopsis
Lucie Henebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, Quai des Orfèvres, tentent de se remettre d’un drame qui a failli les séparer. Ils essaient de faire un enfant, en vain. Et à quelques jours de Noël, ce qui les attend est loin d’être l’annonce d’un heureux événement. À l’heure où tout le monde rentre se réchauffer, le froid, la mort et les souvenirs maudits guettent.
Une affaire d’envergure démarre alors. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue et amie a disparu, alors qu’elle enquêtait sur un gros dossier dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier, détenue par un enfant errant, très malade, aux organes déjà vieillissants. En parallèle, une ancienne affaire de femmes enlevées refait surface : des victimes jetées vivantes mais inconscientes dans des lacs quasi gelés, et secourues in extremis par des coups de fil mystérieux à la police.

Tandis que l’enquête s’accélère, Sharko est confronté à de vieux démons. Une ombre évolue dans son sillage, jouant avec lui de manière dangereuse, et semblant particulièrement lui en vouloir. Un duel secret et cruel s’engage alors, détruisant le flic à petit feu.

Mon avis
Atom[KA]… Un livre particulier dont il m’aura été difficile de sortir… Un impact si fort que j’ai encore du mal à vous en parler. Et pourtant, je me dois de le faire, car c’est assurément l’une de mes recommandations lectures de l’année 2013.

   Troisième livre d’une trilogie autour du duo de personnages de Lucie Hennebelle et Franck Sharko, Atom[KA] se déroule environ 18 mois après les évènements survenus dans Gataca. Franck et Lucie vivent enfin ce qui se rapproche le plus d’une relation de couple et chacun a fait quelques concessions dans sa vie professionnelle afin de poursuivre ce qu’il pense juste. C’est donc au Quai des Orfèvres que nos deux tourtereaux officient à présent, ensemble.

   Qu’on se rassure, tout n’est pas tout beau tout rose et même en couple c’est face à de nouveaux obstacles qu’ils doivent se dresser. Le prologue se déroulant à Tchernobyl laisse peu de doute quant au thème qui va être abordé : le nucléaire. Pourtant, c’est avec un crime étrangement singulier que tout va commencer en 2011. Un homme, Christophe Gamblin, journaliste au caractère solitaire et discret est retrouvé décédé dans son congélateur… après avoir  été torturé sauvagement ? Qui est-il ? Pourquoi cet acte a-t-il été commis ? Très vite, on se retrouve face à une machination à l’ampleur monstrueuse et nos enquêteurs n’auront d’autres choix que d’affronter moult épreuves et de se rendre aux quatre coins du monde afin de déceler l’ultime vérité.

   Ne perdons pas de temps : Atom[KA] m’a collé une baffe monumentale. Le duo de personnages imaginé par Thilliez gagne en consistance grâce à ce tome et j’ai tout d’abord été agréablement surpris de voir qu’entre eux une nouvelle direction a été prise. C’est agréable de les voir évoluer à présent en tant que couple mais aussi de constater l’existence de nouveaux problèmes et que rien ne reste simple pour ceux qui ont déjà tant souffert. Leur relation est bien mise en avant et donne du piment supplémentaire à l’histoire, tout en offrant quelques moments un peu plus doux ; ce qui permet d’équilibrer avec une intrigue diaboliquement sombre. Les autres personnages ne sont pas en reste, et j’ai eu cette fois moins l’impression de rester en surface et d’apprendre à connaître davantage cette fameuse brigade du 36. C’est intéressant d’avoir leurs points de vue et d’assister à l’implication de chaque personne de cette petite équipe. Cela crédibilise le récit car on se doute bien que ce ne sont pas deux policiers, aussi bons soient-ils, qui vont réussir à déjouer les plus grosses enquêtes du moment. Il y a une équipe, des spécialistes, beaucoup de travail et de recherche afin d’arriver à ce résultat.

   Comme je vous l’indiquais quelques paragraphes plus haut, le thème principal de ce thriller est le nucléaire. Mais pas seulement. Comme il nous y a déjà habitué auparavant, Monsieur Thilliez creuse en profondeur ses recherches et propose une intrigue teintée de science, d’Histoire, compréhensible, accessible mais aussi effrayante. De plus, il évite habilement le piège de Gataca, qui m’avait parfois agacé par trop de redondance dans les explications. L’omniprésence de documentation desservait le récit qui prenait parfois des allures de documentaire et non de thriller… documenté ! Un point crucial puisque cela causait quelques problèmes de rythme que je n’ai pas retrouvé ici. J’ai englouti les 600 pages en l’espace d’une semaine, dont 350 en une journée. Autant dire que j’ai été plus qu’hypnotisé par ma lecture et ravi de voir ce thème abordé.

   Le nucléaire est à mon sens une science fascinante, dangereuse aussi, qui ne donne pas l’impression d’être si maîtrisée (Cf Fukushima qui n’est toujours pas stabilisée) et je pense qu’il est important d’en parler et d’en rappeler les conséquences quand cela tourne malheureusement mal. Tchernobyl, si proche finalement géographiquement de nous, a encore ses démons à exorciser et continue de causer de nombreuses souffrances.

  Quant à l’intrigue, elle est en tout point géniale ! Rapidement ce sont deux enquêtes aux enjeux différents qui se mettent en place, l’une replongeant en particulier dans le passé de Sharko. Si vous n’avez pas lu les précédents Thilliez, sachez que ces passages risquent de vous spoiler jusqu’aux toutes premières apparitions de Sharko. L’auteur prend le soin de rappeler certains faits ce qui permet de ne pas être perdu, mais gâche quelques surprises en même temps. Les rebondissements entre les deux affaires vont se multiplier et s’enchaîner à un rythme fou, entraînant nos deux flics de choc dans le monde entier et dans des affaires incroyablement sombres. J’ai souvent pris peur face aux diverses situations et certains passages sont horribles, cruels… et étrangement fascinants. Un livre aux émotions contradictoires mais puissantes.

   En conclusion, Atom[KA] se place sans conteste parmi mes thrillers favoris de 2013 et se classe facilement parmi mes préférés. Bouleversant et terriblement accrocheur, j’ai été captivé comme rarement du début à la toute dernière page de cette folle histoire. Franck Thilliez utilise tout son savoir pour proposer un thriller unique par les thèmes et la profondeur avec lesquels ils sont traités et une intrigue au rythme incroyablement soutenu. Cerise sur le gâteau, le duo de choc, Sharko et Lucie est de retour et plus attachant que jamais malgré des épreuves qui m’ont laissé stressé et choqué. Le tout est finement dosé et équilibré, offrant un plaisir de lecture intense, hypnotique. Honnêtement, je ne vois pas de réels défauts à Atom[KA], si ce n’est celui de me laisser avec une impatience grandissante face à une éventuelle suite.

Ma note : 19/20

Contemplez un autre regard sur cette lecture chez La tête dans les livres ou Emotions

Top Ten Tuesday (3)

top ten tuesday

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon un thème littéraire prédéfini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Vous l’avez sûrement remarqué, mais sur Pouvoir des mots, rien n’est vraiment normal ! Alors un Top Ten Tuesday qui arrive le Samedi ma foi… Mais je ne pouvais pas résister à l’idée de vous le proposer tant je trouve le thème intéressant. Attention tout de même, il est possible que certains paragraphes sur le choix des personnages vous dévoilent certains secrets.

Les 10 personnages que vous n’aimeriez surtout pas être, avec qui vous n’échangerez pas votre place.

TerraIntrusions / Jardin secret de Joy Fielding. La pauvre, finalement elle n’aura jamais compris et est peut-être passée à côté du plus grand bonheur qu’il pouvait lui arriver. C’en est trop pour moi.

jardin secret joy fieldingHodorLe Trône de fer de George Martin. Franchement… J’imagine que c’est inutile de vous faire un dessin, vous avez tous compris pourquoi ! Hodor. Hodor, Hodor !

hodorAyakoAyako de Osamu Tezuka. Une vie trop dure, immensément triste. Être une enfant indésirée est déjà bien difficile mais si seulement ce n’était que ça… Un destin trop cruel pour que je l’envisage un jour être le mien.

ayako_01Mike LoganSaga River Falls de Alexis Aubenque. Probablement le shérif le plus bête que je connaisse, et ce n’est pas mon actuelle lecture d’Un Noël à River Falls qui va me contredire. Ok, il a une très belle femme, qui l’aime pour des raisons qui me dépassent, mais pour le reste je ne lui envie rien : trop impulsif, il commet d’énormes bourdes, se met souvent en danger inutilement et manque de discernement, de logique et est incapable de prendre du recul sur une situation donnée. Pour une personne « normale » ça ferait déjà beaucoup, alors pour un shérif…

un automne a river fallsSookie StackhouseLa communauté du Sud de Charlaine Harris. Honnêtement, j’adore cette fille, mais seulement parce que ses aventures sont distrayantes ! Le temps d’une saga, on a tenté de la tuer à au moins 20 reprises, elle a subi la torture, les violences sexuelles, a eu le cœur brisé plusieurs fois, été trahi et je ne parle même pas des innombrables deuils qu’elle a du porté. J’aime bien Sookie, mais clairement, je suis mieux chez moi !

sookie stackhouseGrigori PeshkovLa Chute des Géants de Ken Follett. Ce personnage me fait vraiment mal au coeur. J’ai l’impression que globalement, sa vie n’est qu’une succession de malheurs, d’injustices et de souffrances. Quand je pense aux sales coups qu’il a eu à subir, les trahisons et ses rêves disparus, je ne peux qu’éprouver de la pitié.

la chute des géantsJunior et Big Jim RennieDôme de Stephen King. Je me permets de mettre ces deux fous dans le même sac. Pour le premier, j’ai plus de la pitié qu’autre chose. Finalement, il ne sait même pas pourquoi il agit ainsi. Quant à son paternel, un tel niveau de démence me traumatise bien trop pour que je souhaite lui ressembler un jour. D’ailleurs, si une ressemblance frappante viendrait à surgir avec cette homme, prévenez-moi.

big jimJocelyneLa liste de mes envies de Grégoire Delacourt. Une bien jolie vie, jusqu’à ce fameux moment. Je n’aurais pas la force d’en supporter tant, et je pense que mon âme en souffrirait bien trop le restant de mes jours…

la liste de mes enviesDocteur TenmaMonster de Naoki Urasawa. Tout simplement parce que je serais devenu fou ou suicidé à sa place. Johann me traumatise encore.

tenma monsterEt vous, y a-t-il un personnage de littérature pour qui vous n’échangeriez votre place pour rien au monde ?