[Chronique] Intrusions de Joy Fielding

intrusions de joy fielding

Fiche technique du livre
Auteur : Joy Fielding
Genre : Polar / Thriller
Année d’édition : 2003 (VF)
Edition : France Loisirs
Prix : 16,90 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 398 pages

Synopsis
Echaudée par une mauvaise expérience avec sa précédente locataire, partie en pleine nuit avec plusieurs mois de loyers impayés, Terry hésite à louer à nouveau le cottage au fond du jardin.
Mais lorsque Alison, si gentille et si drôle, se présente à elle, ses réticences s’envolent en une seconde.
Une profonde amitié commence à se nouer entre les deux femmes, mais peu à peu les doutes et les soupçons assaillent Terry.
Alison est-elle la personne douce et innocente qu’elle prétend être, et sa présence auprès de Terry est elle vraiment le fruit du hasard ?

Mon avis
Après m’avoir charmé avec le très sympathique Rue des mensonges, l’envie de tenter un nouveau roman de Joy Fielding a toujours été présente. Une bonne idée ?

   De nature gentille et toujours disponible lorsqu’il s’agit d’aider les autres, Terry est infirmière dans le même hôpital de la ville de Delray, Floride depuis des années. S’occupant principalement des personnes âgées, Terry est appréciée autant par les patients que ses collègues. Mais dans sa vie personnelle, célibataire depuis un moment, vivant dans l’ancienne maison de sa mère tyrannique, elle se sent bien seule. C’est pourquoi elle se décide à louer à nouveau son pavillon, malgré une mauvaise expérience avec la précédente locataire. Quand Alison arrive, elle ne peut que tomber sous le charme. Jeune, pleine de vie, si attentionnée, Terry craque pour cette locataire avec laquelle elle lie une amitié, peut-être trop rapidement. Progressivement pourtant, le doute s’installe quant à l’apparition de cette fille dans sa vie… Ne l’aurait-elle pas choisie ?

   Intrusions est l’un de ces polars où la clé de voûte réside dans son twist scénaristique, basée sur sa douce et subtile montée en puissance pour exploser dans un second temps. Écrit dès les premières pages de manière à immiscer le doute dans les esprits, la curiosité nous pousse à faire défiler les pages et ce jusqu’au dénouement.
L’ambiance et le rythme sont plutôt légers la première moitié du livre et je dirais même que c’était parfois assez long et quelque peu girlish à mon goût. Un aspect parfois mièvre s’installe rapidement, en particulier lors des discussions entre les deux héroïnes, et j’ai dénoté des répétitions dans les pensées ou actions des personnages un peu agaçantes. Toutefois, on sent que ce long démarrage est volontaire voire nécessaire pour tisser la toile dans laquelle on va être projeté. C’est écrit de sorte à ce que l’on s’interroge, qu’on analyse les phrases des protagonistes, qu’on cherche la petite bête. D’ailleurs, dès le départ, Joy Fielding nous fait comprendre que quelque chose ne va pas, qu’il y a peut-être des questions à se poser, et que la fin ne sera pas heureuse. Un mal pour un bien en soit.

Survient ensuite ce que j’attendais avec impatience : l’arrivée des complications. On gagne alors sensiblement en efficacité, les surprises s’enchaînent, le rythme et l’action s’accélèrent, tout comme les révélations, et l’horreur s’est peinte devant mes yeux et dans mon esprit. Ce, jusqu’à l’ultime page qui m’a estomaqué. Je dois avouer que même avec ma folle imagination et deux, trois éléments pour lesquels je n’étais pas loin d’avoir deviné, j’ai tout de même été agréablement surpris et choqué par la tournure des évènements. L’aspect mièvre qui était présent dès le départ disparaît totalement pour ne laisser place qu’à la folie et ce contraste renforce à mon sens l’impact du dénouement. Quant à la conclusion, plus surprenante encore que ce fameux twist scénaristique, je m’incline et salue le courage de l’auteure. Tous ne l’auraient pas proposé et je l’ai trouvé fascinante, accrocheuse et originale. Une fin marquante, qui restera dans ma petite mémoire de lecteur, du bon travail donc.

Par contre, autant l’intrigue a su me séduire malgré quelques défauts, autant d’autres éléments composant Intrusions auraient mérité d’être approfondis. D’abord les protagonistes. Certes, ils servent parfaitement l’histoire, chacun ayant au final un rôle bien précis dans ce joyeux bordel. Mais certains dialogues auraient gagné à être un poil plus intéressant, et surtout, je n’ai réussi à m’attacher à aucun des personnages. Certains m’ont paru insipide, à l’image de KC et Denise. Même les deux héroïnes, Terry et Alison, pourtant bien plus développées que les autres ne m’ont pas réellement scotché. Ce n’est peut-être pas le genre de lecture permettant d’apprécier grandement les personnages, mais j’ai connu mieux. J’adresse un reproche similaire au récit : trop court, un meilleur équilibrage entre sa première et seconde partie aurait été appréciable. L’intrigue en elle-même est particulièrement délimitée, on ne s’éloigne jamais de la trame principale et j’aurais aimé en savoir bien plus sur l’héroïne et Alison. D’ailleurs après avoir bouclé ma lecture, de nombreuses questions continuaient de me trotter en tête… Rageant, lorsque l’on souhaite tout savoir.

   En conclusion, j’ai passé un agréable moment de lecture avec ce roman à suspense. D’abord accompagné d’un ton très léger à l’accent parfois mièvre, la route vers l’inéluctable se fait lentement mais surement jusqu’à aboutir à un twist réellement surprenant, savoureux… Et horrible ! Un retournement attendu mais si loin de ce que j’avais imaginé qu’il me laisse pantois et songeur. Malgré tout, le récit souffre de nombreux petits défauts, notamment son rythme mal équilibré, sa relative durée et son manque de profondeur, me laissant sans réponse par endroit. Par conséquent, je considère l’ensemble bien en deçà des ténors du genre et je recommande Intrusions aux amateurs du genre, à la recherche d’une certaine originalité.

Ma note : 15/20

A noter que ce livre a aussi été édité en France sous le titre Jardin Secret.

jardin secret joy fielding

[Chronique] La communauté du sud, tome 13 : La dernière mort de Charlaine Harris

la-communaute-du-sud,-tome-13---mort-a-jamais

Fiche technique du livre
Auteur : Charlaine Harris
Genre : Bit-lit
Année d’édition : 2013 (VO) / 2014 (VF)
Edition : J’ai lu
Prix : 8,95 euros
Langue : Française
Nombre de pages : 379 pages

Synopsis
Sookie et Arlene, c’est une longue histoire. Le jour où Arlene veut reprendre son job, Sookie ne voit pas pourquoi elle lui ferait ce plaisir. Après tout, Arlene a tout de même voulu la faire crucifier ! Quand à sa relation avec Eric Northman, elle s’évapore dans un silence glacial, et il ira jusqu’à ordonner à ses vampires de garder leurs distances…
Quand Sookie en apprend la raison, elle est dévastée. Les choses se compliquent encore pour elle quand Arlene est retrouvée morte. Elle est immédiatement soupçonnée du crime. Enquêtant sur cette affaire, Sookie va alors découvrir que la vie à Bon Temps a de quoi faire frémir.

Mon avis
La communauté du sud… 13 tomes déjà où je suis les folles aventures de Sookie Stackhouse dans la bourgade de Bon Temps… Une lecture qui me poursuit depuis déjà plusieurs années à présent et avec laquelle je passe toujours un excellent moment. Que nous réserve ce final ?

   Après un prologue spécial et plein de mystères, qui annonce déjà de belles choses pour la suite de l’intrigue, on retrouve notre Sookie internationale, chez elle, juste après les événements finaux du tome 12. Une fois encore, elle est mal en point, mais cette fois surtout psychologiquement. C’est une grosse remise en question pour l’héroïne qui en a clairement marre de risquer sa vie à chaque tome, de causer des meurtres, d’être déçue et trahie par des créatures dont elle ne comprend pas les stupides traditions barbares, et le cœur brisé car elle craint le pire quant à sa relation avec Éric Northman. Autant dire que mis bout à bout cela fait beaucoup pour une personne qui a déjà tant vécu en trois ans. Pourtant elle tente de laisser ses problèmes de côté et de reprendre goût à la vie, humaine. Jusqu’à ce qu’Arlene, soudainement sortie de prison re-débarque à Bon Temps et où une machination s’enclenche…

   Scénaristiquement intéressant, ce tome fait, comme les précédents, la part belle aux liens et aux clins d’œil avec l’histoire de la saga dans sa globalité. Dernier tome oblige, Charlaine Harris a mis les petits plats dans les grands et s’est arrangée pour ressortir un sacré paquet de personnages. Par contre une fois n’est pas coutume, il faut reconnaître que c’est plutôt long à démarrer, surtout avec si peu de pages dans un tome. L’auteure se concentre beaucoup dans un premier temps sur les conséquences des derniers gros événements et ceux qui sont allergiques à Sookie dans le rôle de la petite Causette vont certainement devenir fous. Car c’est réellement une multitude d’apitoiements et de plaintes qui s’enchainent, le tout couplé à la petite vie de Sookie (« quel bonheur de prendre une douche de ce temps si chaud, j’en profite pour m’épiler les jambes… »). Cependant, c’est toujours écrit avec beaucoup de dérision et la plume de l’auteure m’emporte très facilement dans cette vie plutôt cocasse. Les citations, phrases ou passages cultes ne manquent donc pas !

« Je ne contrôlais pas grand chose, dans ma vie, mais au moins, mes tiroirs étaient impeccables. »

   Néanmoins, une fois les nouveaux événements de ce tome enclenchés, le récit bénéficie d’une très grande efficacité et dispose de peu de temps morts (sauf pour faire dormir Sookie qui en a grandement besoin !). L’intrigue s’est révélée très plaisante avec de jolis rebondissements jusque la fin très accrocheuse. On retrouve cet aspect proche du polar avec l’envie d’en savoir plus sur cette enquête le tout saupoudré à la sauce Stackhouse. Plus que jamais, elle nous emmène dans son petit monde, où moult connaissances débarquent, où les bizarreries s’enchaînent, presque naturellement. On suit beaucoup les amourettes de l’héroïne et pour ma part avec le plus grand intérêt. C’est finement joué de la part de Miss Harris. On sait qu’avec Éric c’est compliqué et avec Sam étrange, voir trop étrange, pour que cela se fasse. Puis, c’est le tome final, notre chérie ne peut donc finir seule… L’auteure profite alors des multiples retrouvailles pour créer l’émotion ou jouer avec le feu et ça marche parfaitement car je me suis totalement prêté au jeu, frémissement à chaque nouvelle bombe approchant la belle.

   Qu’en est-il du final réellement ? Honnêtement, dans sa majeure partie si l’on excepte un démarre long, de légers soucis de rythme, des éléments encore plus dingues que d’habitude (on est habitué et j’ai même eu l’impression que les personnages eux mêmes ironisaient les situations), on a quand même un bon voire très bon dernier tome. L’essence et les particularités de la saga sont largement présentes et je ne pense pas que ce tome puisse déplaire à ceux qui apprécient la série. Par contre, et c’est évidemment entièrement subjectif, quelle stupide idée d’avoir fini l’histoire ainsi !! Tout était parfait jusque l’avant dernière page et sincèrement je n’avais pas de réelles raisons d’être mécontent. Mais vient cette fameuse dernière page qui me tombe dessus, sans prévenir. J’ai tourné à plusieurs reprises les pages qui suivent afin d’être sûr de n’avoir rien raté, me demandant même s’il n’y avait pas eu un souci d’impression !!! Mais non c’était bien la fin… Mince ! Deux pages de plus et ça aurait été top. Là j’ai surtout été frustré…
Cela dit je dois mettre de l’eau dans mon vin et reconnaître que si je ferme les yeux sur ce que je considère être une bêtise finale ou un bon gros troll des cavernes, La dernière mort fait honneur à la série en m’offrant un tome digne de mes attentes et une belle manière de conclure cette série qui se place comme un de mes plaisirs coupables favoris.

   En conclusion, La dernière mort m’aura fait vivre un dernier moment chaleureux en compagnie de Sookie. Truffé d’apparitions coup de cœur et de liens avec les précédents tomes, ce final condense l’essence et les qualités m’ayant fait succomber à cette saga au charme si… vampirique. Sans atteindre la perfection souhaitée, l’intrigue se montre solide quand bien même les dernières pages déçoivent légèrement ; toutefois pas suffisamment pour m’empêcher de vous recommander la série complète qui saura plaire aux amateurs de frissons, d’humour et d’amour. Qu’on se le dise, je ne pense pas qu’il s’agisse de la série ultime. Néanmoins, la mayonnaise prend si bien qu’il serait fâcheux de se refuser ce délice. C’est maintenant avec un pincement au cœur que je quitte Bon Temps et ses mystères, la tête pleine de tendres souvenirs.

Ma note : 17/20

« Je m’ébrouais, comme un chien qui sort de l’eau, rejetant regrets et impatience au loin. »

[Chronique] One Piece, tome 69 : SAD

one piece tome 69

Fiche technique du livre
Auteur : Eiichiro Oda
Genre : Shonen (manga)
Année d’édition : 2013 (VO) / VF (2014)
Edition : Glénat
Prix : 6,90 euros TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 256 pages

Synopsis
La situation devient critique : le gaz toxique “Morte-Terre” commence à s’infiltrer dans le laboratoire ! Maintenant, Luffy et ses amis doivent non seulement capturer César Clown, mais aussi rejoindre la sortie au plus vite ! Réussiront-ils à contrecarrer les plans diaboliques de leurs adversaires ?!

Mon avis
Soixante-neuvième tome d’une saga qui ne finit plus de me rendre fou, voici SAD ? Mais qu’est-ce donc ?!

   La série continue sa montée en puissance dans le Nouveau Monde avec ce nouveau tome, qui pour coup, bénéficie de 50 pages supplémentaires pour le même prix ! Un cadeau de l’auteur qui désirait nous faire découvrir le chapitre 690 (!) et l’on comprend rapidement pourquoi. Depuis que Morte Terre a été lâché sur l’île de Punk Hazard, rien ne va plus ! Les hommes souffrant de ce gaz mortel sont de plus en plus nombreux et les survivants ont du se réfugier à l’intérieur du laboratoire géant de César, qui prévoit toujours de lancer son ultime expérience devant les yeux des courtiers de l’ombre et le fameux Joker. Par chance, Law, Smoker, Tashigi et l’équipage du chapeau de paille vont pouvoir s’en mêler mais c’est sans compter sur la présence de « Monsieur » Vergo… Quel est son véritable pouvoir ? Et quelle est cette mystérieuse expérience que ce fou de César souhaite accomplir ? Autant de questions qui viennent s’ajouter aux précédentes non résolues et qui promettent donc un tome bien rempli !

   Je ne vous ferai pas languir cette fois-ci. De la couverture absolument sublime, qui offre un parfait aperçu des éléments de ce tome qui est une vraie pépite, j’ai pris énormément de plaisir à dévorer ces nouveaux chapitres de la saga de piraterie la plus folle au monde. On retrouve les grands moments de bordel et de cacophonie chers à Eiichiro Oda, toujours aussi bien maîtrisés. L’action et les rebondissements sont omniprésents. Une fois n’est pas coutume, c’est une course à la montre qui s’enclenche pour nos héros, ce qui vient ajouter du piment à une affaire déjà bien corsée. La deuxième partie du tome enchaîne quant à elle les révélations croustillantes et ce jusqu’au final assez épique que j’ai été obligé de relire trois fois tant celui-ci me plaisait ! Il est évident que le Nouveau Monde nous réserve des choses simplement incroyables et les tomes à venir ont un potentiel gigantesque à développer. Impatient d’en savoir plus, sincèrement.

   Malgré le rythme très soutenu du tome, l’auteur a su prendre le temps de faire briller chaque personnage (hormis Franky, qui a tout bonnement disparu ?) d’une certaine manière. Là où Chopper nous démontrera une fois de plus son extrême bienveillance, on a aussi l’occasion de découvrir davantage les progrès, parfois énormes, de notre petite troupe, ce qui m’a fait halluciner, je l’avoue ^^ ! Certains ennemis sont enfin plus présents et gagnent en intérêts et l’on découvre même de nouvelles têtes, bien que je pense qu’ils auraient gagné à être encore plus développé pour l’instant. Quant à Joker, il me perturbe complétement ! Mais que veux-t-il ? Ses buts sont étrangement obscurs et son comportement dérangé ne m’aide pas à l’apprécier. Néanmoins, je ne peux pas m’empêcher de souhaiter qu’il apparaisse plus, et ce rapidement, car il m’intrigue bien trop !

SAMSUNG   SAD m’a fait vivre toute sorte d’émotion, les alternant souvent et avec brio. On passe du comique à des scènes sincèrement touchantes, surprenantes, excitantes ou carrément grotesques. L’aspect comique, plutôt présent est celui que je retiens davantage car ça a été un vrai régal, en particulier les scènes où l’on retrouve César (photo ci-dessus). On sent que l’auteur s’est complètement lâché en le créant ! Ses réactions et expressions frôlent le summum de la stupidité, tout en étant inattendues et très drôles ! Il est d’une malfaisance telle que ça en devient amusant. J’ai beaucoup ri face à la palette d’expressions faciales imaginées par Oda et il serait difficile d’en sélectionner une en particulier tant les dessins sont réussis et poilants. Un grand bravo pour ce personnage donc, qui permet de surcroît de détendre l’atmosphère dans un tome assez sérieux dans l’ensemble. Soulignons aussi les blagues faites par Usopp, Barbe brune, Sanji, ou encore le ridicule Kinémon. J’ai aussi été satisfait de retrouver certains thèmes chers à l’auteur tel que la justice, la vérité voire l’honneur.

   Allez, parce que tout ne peut pas être parfait, je me permets d’adresser un léger reproche à ce tome. J’ai le sentiment que les traducteurs s’autorisent un peu trop de libertés sur les termes utilisés. Rien de bien méchant j’en conviens, mais ça pique les yeux… et avec de si beaux dessins pour illustrer ces jolis mots, c’est dommage, non ?

   En conclusion, One Piece continue de me faire rêver avec ce soixante-neuvième tome, l’un des meilleurs depuis le début de la partie consacrée au Nouveau Monde. Avec un rythme plus soutenu que jamais et une troupe de personnages toujours aussi déjantée, je me suis une fois de plus follement amusé en suivant cette course poursuite dans le laboratoire du profondément malade qu’est César. Avec une parfaite maîtrise quant à la manière de conter son histoire, l’auteur alterne les scènes d’action aux passages comiques ou touchants avec brio et la magie opère avec merveille. Alors quand les derniers chapitres offrent des moments épiques et d’intéressantes révélations, je ne peux qu’être sous le charme…

Ma note : 18/20

[Mes Actua-littés] Ad Astra de Mihachi Kagano chez Ki-oon

Cela fait un moment que je ne me suis pas plongé dans une nouvelle série côté manga ! C’est triste quand l’on sait que c’est l’un de mes grands amours à l’origine et que je considère qu’entre deux gros romans cela peut être un excellent digestif ou apéritif… au choix ! ^^

Cette pause va peut-être trouver une fin grâce à l’arrivée dans le catalogue de l’éditeur ki-oon du manga Ad Astra de Mihachi Kagano. L’éditeur nous propose déjà les couvertures des trois premiers tomes, dont le premier verra le jour le 20 Mars 2014 au prix de 7,90€ TTC.

ad astraLe synopsis est le suivant : Sicile, 241 avant J.-C. Après deux décennies de conflit avec Rome, l’armée carthaginoise menée par Hamilcar Barca doit déposer les armes. Son fils, Hannibal, a six ans quand il assiste à cette bataille. Mise en déroute, Carthage doit un tribut astronomique au vainqueur, et l’enfant est témoin, impuissant, de l’humiliation des siens.

Mais le jeune Hannibal refuse l’échec : élevé dans la haine de Rome, il va vouer son existence entière à la destruction de l’ennemi. Commence alors l’affrontement exceptionnel d’un des plus grands tacticiens de tous les temps et de son alter ego romain, le génie militaire Scipion l’Africain. Traversée des Alpes à dos d’éléphant, pillages impitoyables et combats parmi les plus sanglants de mémoire d’homme : un duel à mort qui a marqué l’Histoire…

Bravoure, complots et stratégie… Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !

   Je ne sais pas pour vous mais cela m’enchante beaucoup. Les manga historiques sont une denrée assez rare en France. Le dessin a l’air sublime et l’univers choisi est clairement un plus tant c’est quelque chose de peu exploité en manga. J’espère que l’auteur nous proposera des scènes épiques de bataille tout en contant fidèlement une part « méconnue » de l’Histoire. Dernier attente : la présence de stratégie militaire. C’est un point important dans une guerre, surtout à cette époque et c’est quelque chose que j’aimerais voir mis en avant. Enfin, connaissant l’éditeur, on peut être assuré d’avoir une édition à la hauteur !

Bilan des lectures de 2013

Changement d’année oblige, je suis obligé de vous proposer un bilan de mes lectures de l’année ! C’est selon moi une excellente manière de mettre une fois de plus certains coups de cœur en avant, de m’exprimer avec davantage de recul sur mon ressenti global et ce que je retiens finalement de ce que j’ai pu lire. Comme j’aime plusieurs genres différents, je vous propose une présentation un poil plus originale !

L’auteur fantaisiste de l’année 2013

robin hobbIl s’agit de Robin Hobb évidemment ! Ceux qui suivent le blog ne seront guère étonnés, elle est d’ailleurs l’auteur la plus chroniquée sur Pouvoir des mots avec 7 chroniques consacrés à ses ouvrages. Robin Hobb, c’est plus qu’une simple révélation fantaisiste. Grâce à la fin du premier cycle de l’Assassin Royal, elle avait su me conquérir. Mais son talent a su faire mouche à nouveau avec la courte mais sympathique nouvelle Retour au pays et achever de me rendre fan avec les trois premiers tomes de la saga Les Aventuriers de la mer. Une écriture superbe, des personnages incroyablement vrais, attachants, des univers simples au premier abord mais détaillés et aux mystères infinis, le tout associé à des intrigues poignantes… C’est un réel bonheur de se plonger dans ses livres car je suis assuré d’être emporté très loin par la magie de ses récits. Je ne peux que vous recommander de découvrir l’auteure.

l-assassin-royal tome-6--la-reine-solitaire coveraventuriers de la mer tome 2

 

L’auteur de thriller / polar de l’année

franck thilliezFranck Thilliez est aussi ma plus grande découverte cette année ! Habitué aux auteurs américains (Harlan Coben, Mary Higgins Clark, Chris Mooney ou encore Val McDermid), j’ai cette année décider de donner ma chance aux Français, en particulier à Monsieur Thilliez après avoir lu tant de recommandations de la part des blogueurs. Ma réaction à présent est : mais pourquoi ne l’ai-je pas découvert plus tôt ? C’est simple, il est la preuve vivante que les Français peuvent faire aussi bien voir mieux que leurs homologues américains ! Intrigue sombre, parfois macabre, truffé de rebondissements et très documenté, où la science et la psychologie jouent un rôle prépondérant sont les éléments du cocktail qu’il adore nous servir. Extrêmement accrocheur voir hypnotisant, il amène le thriller au niveau supérieur grâce à des thématiques fouillés, flippantes, crédibles et d’actualité. Je n’en ressors jamais indemne.

fractures franck thilliezle syndrome e

 

 

 

 

 

L’auteur de manga (mangaka) de l’année

eiichiro oda« Sans surprise » et pour la seconde année de suite, cette place est remportée par Eiichiro Oda, l’auteur d’un des manga les plus longs du moment : One Piece ! Cet auteur me fascine, car là où bien des livres atteignent leurs pic en terme de qualité assez rapidement, lui continue de se surpasser et de proposer des trucs hallucinants. Beaucoup vous diront que le cycle autour de Barbe Blanche et de Ace est le meilleur moment du manga… soit vers le tome 55 ! Après 68 tomes, je continue de me passionner à fond pour les aventures de l’équipage du Chapeau de paille et cet univers infini, loufoque et plein de mystères. Et chose rare, je suis sûr de pouvoir adorer chaque nouvelle parution. Une référence.

ONE PIECE T66 vers le soleilone piece tome 68

 

Dans d’autres genres, je recommande aussi…

la liste de mes enviesUn livre très court, se lisant très rapidement mais Oh combien poignant ! Impossible de ne pas être remuer par cette histoire simple mais qui représente tellement bien la vie telle qu’elle est de nos jours. Sincère, dérangeante car criant de vérité, La liste de mes envies de Grégoire Delacourt fait partie de ces livres qui me font adorer la littérature contemporaine et que je ne peux que recommander chaudement.

dome tome 1 coverDans le genre fantastique teinté d’horreur, Dôme de Stephen King fait très fort. Ou comment l’apparition mystérieuse et instantanée d’une étrange barrière va couper une petite bourgade des États-Unis du reste du monde. Et conduire à commettre les choses les plus folles. Ce qui est fort avec Dôme, c’est que lorsque l’on croit avoir atteint le fond, il y a encore pire à venir derrière ! Incroyablement addictif, fou, cru et cruel, ce récit a exercé en moi une dérangeante fascination et m’a énormément plu. Un joli coup de cœur et une belle expérience littéraire que je vous recommande.

J’en attendais plus…

Autre monde tome 3Je sais que beaucoup me jetteront des pierres pour avoir placé Le Cœur de la Terre de Maxime Chattam dans cette liste, mais voilà, je dois être honnête. Plus le temps passe et plus la déception causée par la fin de ce premier cycle s’amplifie. J’attendais tellement de cette série qui m’a offert deux premiers tomes coups de cœur que je ne peux pas me contenter de l’abominable conclusion offerte par ce tome. Pourtant, dans sa globalité, Le,Cœur de la Terre est loin d’être mauvais, mais il y avait possibilité de faire tellement mieux que c’est un réel gâchis à mon sens.

Les_Menteuses_Tome_4Révélations est le quatrième de la saga Les Menteuses de Sara Shepard, alias Pretty Little Liars pour les TV-vores. Et si vous ne trouvez toujours pas la chronique sur le blog, c’est normal, je n’ai toujours pas réussi à exprimer l’ensemble de ma déception ! Je ne sais pas si j’ai frôlé l’overdose en lisant les quatre premiers tomes de suite mais Révélations m’a plutôt dégouté de la série. Une construction de récit trop lassante, des défauts de plus en plus apparents, l’aspect chick-lit parfois rebutant et une histoire peu inspirée ont eu raison de moi. Lire la suite n’est clairement pas à l’ordre du jour.

Votre top !

Je souhaite profiter de ce bilan des lectures de 2013 pour vous remercier à nouveau de me lire et je vous propose de découvrir le top 5 des chroniques que vous avez le plus consulté cette année 🙂

5) Retour au pays : prélude à L’assassin royal et aux Aventuriers de la mer de Robin Hobb

retour-pays-robin-hobb4) Pretty Little Liars / Les menteuses, tome 2 : Secrets

les menteuses tome 2

3) Sans un adieu de Harlan Coben

2) One Piece, tome 66 : vers le soleil de Eiichiro Oda

ONE PIECE T66 vers le soleil

1) Pretty Little Liars / Les Menteuses, tome 1 : confidences de Sara Shepard

les menteuses tome 1

Evidemment, les chroniques les plus anciennes ont plus de chances d’apparaître dans ce top mais je reste surpris de la variété qui le compose : on a du chick-lit (en force !), du shonen pur, un thriller et une nouvelle fantaisiste. Je suis ravi de voir que chacun réussisse à trouver un peu d’intérêt dans mes différentes lectures. A noter que le tome 65 de One Piece et le premier tome de Autre-Monde de Maxime Chattam rate de peu ce top. Au rang des déceptions, je constate que Billy Bat de Naoki Urasawa n’est vraiment pas une série qui vous a intéressé cette année. Cela m’attriste beaucoup car même si son concept peut vous paraître flou au premier abord, c’est une série avec laquelle je passe d’excellents moments. Peut-être lui donnerez-vous plus sa chance en 2014 ? 😉