[Chronique] La liste de mes envies de Grégoire Delacourt

la liste de mes envies

Fiche technique du livre
Auteur : Grégoire Delacourt
Genre : Contemporaine
Année d’édition : 2012
Edition : JC Lattès / Le livre de poche
Prix : A partir de 6,90 euros
Langue : Française
Nombre de pages : 182 pages

Synopsis
Tiré de la quatrième de couverture de l’édition Le Livre de Poche

Les femmes pressentent toujours ces choses-là.

Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle se pose la question : n’y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ? Grégoire Delacourt déroule ici une histoire forte d’amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies. Bientôt au cinéma, La Liste de mes envies a connu un succès international.

Mon avis
Succès (un peu) surprise de l’année dernière, c’est avec une curiosité non feinte que je souhaitais mettre la main sur La liste de mes envies.

La liste de mes envies nous conte l’histoire de Jocelyne Guerbette, une histoire toute simple dans laquelle il est facile de faire le parallèle avec la réalité de chacun.  Jocelyne est mariée à Jocelyn (!) depuis une bonne vingtaine d’années et a eu deux enfants : l’aîné se prénomme Romain et une fille du nom de Nadine. Ils ont tous deux à présent quitté le domicile familial. Mercière, un peu malgré elle,  en son nom depuis ses 20 ans dans la ville d’Arras, Jocelyne jouit d’une vie bien rangée et tranquille mais loin de ses rêves de jeune fille. Elle se questionne beaucoup, sur ce qu’est le véritable amour, sur les choix de sa vie, sur le vrai bonheur. L’est-elle réellement ? Et en devenant riche, cela peut-il faire son bonheur ? Autant de questions auxquelles elle aura petit à petit les réponses lorsqu’un beau jour, poussée par ses amies, les jolies et pétillantes jumelles Françoise et Danièle, elle décroche la cagnotte de l’euro-million. 18 547 301 euros précisément.

Cette histoire fut un grand bol d’air frais. Ce livre, très court (180 pages en poche seulement, imaginez !) se lit facilement et par conséquent rapidement. On s’aère l’esprit et on change de registre le temps de cette introspection en profondeur dans le cœur de Jocelyne. J’ai un peu vécu ce récit comme un témoignage et une réflexion. Que l’on soit un homme ou une femme, on est obligé d’apprécier le personnage de Jocelyne et le traitement que l’auteur lui offre. Aucune de ses pensées, de la plus crue et triste à la plus simple ne nous est épargnée. Elle est vraie, sincère, et cette vérité m’a fait beaucoup de bien. On y aborde, sans fioritures, ses faiblesses, la peur de perdre un proche, l’amour idéal, les composants du bonheur. Moche ou pas, la vie est pourtant bien souvent telle qu’elle l’est décrite ici. La profondeur de ses réflexions nous amène forcément à réfléchir ou revoir un peu notre propre vie et j’ai été dans l’ensemble très touché par cette histoire.

Un des points forts de ce récit est la plume de l’auteur. Grégoire Delacourt a une manière particulière de faire raisonner les mots, passant de mots grossiers à d’autres bien plus jolis, les mariant avec aisance et véhiculant son message de façon fluide. Chaque mot employé a son pouvoir, son impact et colle au plus près des émotions. La qualité du travail d’écriture est vraiment à souligner, notamment lors des passages de 6 minutes où Jocelyne discute avec son père. Les chapitres sont toujours très courts, tout comme les phrases et chaque fin de chapitre est très réussie. Cette construction du livre contribue à le rendre attachant, car en plus d’être assez rare, elle m’a fait penser à un journal intime, ce qui renforce l’impression de voyager dans la vie de cette si charmante et fragile Jo.

En ce qui concerne l’histoire, je dois avouer que j’ai été assez soufflé par sa force. Bien qu’elle soit (à mon sens) incroyablement courte, elle se suffit à elle-même, se permet des flashbacks, des changements de narrateur et comporte de multiples rebondissements que je n’avais absolument pas vu venir. D’ailleurs, même la fin m’a surpris ; tout comme les dernières lignes, bouleversantes. Évidemment, c’était si plaisant que j’aurais adoré que le tout soit davantage développé, qu’on apprenne plus de choses sur le futur de l’héroïne, ou même de ses enfants ; mais aurait-ce été réellement nécessaire ? Je pense qu’avec trop de détails et plus de longueurs on aurait perdu un peu de cette magie de l’auteur, qui va toujours droit au but.

Mention spéciale que je me dois de faire sur ce livre : les blogs. En tant que blogueur (très amateur), j’ai été très touché de voir la place que prenait le blog de Jocelyne, dixdoigtsdor, dans le récit, ainsi que l’image véhiculée : cette communauté soudée, passionnée, qui, pleine d’attention et de bienveillance, sait être là pour les autres en cas de besoin. Certains penseront qu’il y a un côté utopique à tout cela, mais j’aime à croire qu’il y a aussi une belle part de vérité. C’est tout en cas ma vision.

En conclusion, La liste de mes envies est un petit coup de cœur. Réellement ce petit livre aura su tapé en plein « là-dedans ». Inspirant, poignant, triste aussi, c’est une histoire courte mais pleine de sincérité qu’a développé Grégoire Delacourt par le biais de son personnage Jocelyne Guerbette. Un voyage introspectif à la recherche du vrai bonheur. Un voyage dans la vie d’une autre, au fond de son âme et de son cœur. Un voyage surprenant, plein de rebondissements et à la fin inattendue. Un voyage que j’ai envie de vivre à nouveau.

Ma note : 18/20

Publicités

7 réflexions au sujet de « [Chronique] La liste de mes envies de Grégoire Delacourt »

  1. J’avais ce livre en main il y a quelques jours mais je l’ai reposé (sagement, pour une fois) en rayon. Il me fait très envie ! Ta chronique est super bien faite ! Merci pour ton avis 🙂

    • C’est moi qui te remercie, ton retour me fait super plaisir ! 🙂

      Je respecte toujours ceux qui sont arrivent être raisonnables, mais dans le cas de ce livre, il faut craquer ^^

      • Je ne sais pas si « raisonnable » est le mot qui convient pour moi. Mais je me suis dit que je le prendrai à la bibliothèque 😀

      • Pour le coup c’est vraiment une réaction raisonnable haha ^^ Je ne sais pas si j’aurais réussi à tenir personnellement. Surtout maintenant après la petite claque que je me suis prise en le lisant.
        La lecture, ou un combat de tout les jours contre nos envies !

      • C’est carrément ça ^^!
        Il y a des livres qui sont vraiment chers. Et là, il faut que je freine mes achats sinon, j’vais vivre dans un carton dans quelques temps 😉

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s