Le Jeudi c’est jeu livresque (13)

jeudijeulivresque

Nouveau rendez-vous hebdomadaire de l’été organisé par Secret Forbidden World, le jeudi c’est Jeu Livresque est l’occasion de réfléchir, discuter et s’amuser avec nos livres et nos goûts littéraires. A chaque jeudi sa nouvelle question et voici celle de la semaine.

Semaine n°13 : quel est votre auteur le plus lu ?

En voilà une question difficile… Heureusement que livraddict existe ^^ ! Je vais la décomposer en deux parties pour y répondre.

Dans un premier temps, l’auteur pour lequel j’ai le plus de livres, c’est à dire, le plus grand nombre de volumes que je possède et que j’ai lu de cet auteur.

Eiichiro Oda part avec un grand avantage : il a l’un des shonen les plus longs du marché avec One Piece. Étant donné que j’en suis au tome 67 de One Piece… ma bibliothèque comporte 67 tomes de cette saga ! Statistiquement c’est donc lui le plus lu.

one piece wanted

Les CLAMP ne sont pas en reste. Fan de leurs dessins et de leurs scénarios alambiqués teintés d’ésotérismes, j’ai lu 61 volumes de leurs séries :

  • Les 28 tomes de Tsubasa Reservoir Chronicle
  • Les 8 tomes de Chobits
  • Les 18 tomes de X
  • Le premier tome de Tokyo Babylon
  • Les deux premiers tomes de Trèfle (Clover)
  • Les quatre premiers tomes de XXX Holic

CLAMP_code_geass

Bien sûr, vous allez me répondre que c’est de la triche car ce ne sont que des manga et que cela se lit très vite. Ce n’est pas faux. D’où ma deuxième partie de réponse 🙂

Harlan cobenEn terme de séries / livres différents, mon auteur le plus lu est Harlan Coben, avec 10 titres que voici :

  • Dans les bois,
  • Du sang sur le green,
  • Fautes de preuves,
  • Innocent,
  • Mauvaise base,
  • Peur noire,
  • Rupture de contrat,
  • Temps mort,
  • Sans un adieu,
  • Une chance de trop

Mary Higgins Clark se situe juste derrière avec 9 livres différents. Mention spéciale à Charlaine Harris avec ses douze tomes de la communauté du sud et ses quatre tomes d’Harper Connelly.

harper connellyEt vous, quel est votre auteur le plus lu ?

[Mes Actua-littés] Billy Bat, tome 8 de Naoki Urasawa chez Pika Edition

Vous savez que sur pouvoirdesmots, on adore Billy Bat. La preuve ? Chaque tome depuis le premier est chroniqué, peu après sa sortie (c’est ma petite fierté ^^!). Avec One Piece, il constitue le seul manga dont je suis assidument chaque sortie. Alors pourquoi en parler en tant qu’actualité ?

Car cette fois-ci, les Éditions Pika, proposeront aux premiers acheteurs de repartir avec une planche collector de la chauve-souris telle qu’imaginé par le héros Kévin Yamagata ! Un petit bonus qui fait toujours plaisir à prendre et que j’ai hâte d’avoir entre les mains.

Voyez ci-dessous la planche ainsi que sa taille, postée sur la page facebook des Editions Pika (cliquer pour agrandir)

billy bat planche collector

J’en profite pour vous rappeler que l’ensemble sera disponible le 18 Septembre prochain au prix habituel de 8,05€ TTC. Pour ceux qui n’ont pas peur des petits spoilers, voici le texte accompagnant la quatrième de couverture : En 1964, alors que le Japon tout entier est plongé dans l’effervescence des Jeux olympiques de Tokyo, le mystérieux rouleau que Kanbei a soigneusement enfoui 380 ans auparavant se trouve à nouveau au coeur d’une terrible bataille !

Le Jeudi c’est jeu livresque (12)

jeudijeulivresque

Nouveau rendez-vous hebdomadaire de l’été organisé par Secret Forbidden World, le jeudi c’est Jeu Livresque est l’occasion de réfléchir, discuter et s’amuser avec nos livres et nos goûts littéraires. A chaque jeudi sa nouvelle question et voici celle de la semaine.

Semaine 12 : quel est votre plus beau souvenir livresque ?

J’ai beaucoup de souvenirs livresques, et de tout genre. Cela peut aller de la tendre découverte d’un nouvel auteur, d’un nouveau genre, tel un monde qui s’étend devant moi. Cela peut aussi être une lecture qui me fait chavirer le cœur, ou d’une discussion animée avec des amis autour d’un livre. Toutefois pour cet article, j’en citerai deux en particulier, très importants à mon sens.

J’ai eu l’occasion de travailler un peu dans une librairie il y a quelques années. Cela m’a permis à la fois de rencontrer des gens passionnés, de renforcer ma passion du livre et de me donner l’envie de « participer » à cette passion. Client dès son deuxième jour d’ouverture jusqu’à son avant dernier jour (10 ans !), j’y ai appris énormément de choses sur les manga, la bande-dessinée, la science-fiction ou la fantasy. Gardons nos librairies 😉 Un de mes meilleurs souvenirs fut de voir un client suivre mes conseils et revenir quelques jours plus tard acheter la suite d’une série. Un vrai bonheur. Une chose pourtant si simple, mais qui m’a fait si plaisir.

Plus récemment, j’ai eu l’opportunité de me rendre au salon policier de Lens. Une expérience nouvelle pour moi, en immersion à 100% dans le monde du livre. Mon plus beau souvenir lors de cette après-midi restera ma rencontre et ma discussion avec l’auteur Alexis Aubenque, absolument sympathique, avec qui j’ai pu beaucoup échangé, à la fois sur ses livres ou son écriture, ses inspirations en général. Reparti avec deux « dédicaces » très personnalisées et magnifiques, je ne m’étais alors jamais senti aussi proche d’un auteur. Une belle surprise !

alexis aubenque

In my mailbox (12)

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

SAMSUNG

Bonjour à tous !

Voilà un moment que je n’avais pas présenté de In my mailbox. Pourtant il y a bien eu des achats depuis le dernier, j’ai juste oublié de vous les présenter ! Je me rattrape cette semaine avec un IMM plus conséquent où j’ai pu profité de belles affaires chez plus bouquinistes ou brocanteurs cette semaine 🙂

Comme vous pouvez le constater, il y a une sélection très importante de thrillers et de polar, dont :

  • Remède mortel de Harlan Coben
  • Intrustions de Joy Fielding
  • Noirs Tatouages de Val Mc Dermid
  • La souffrance des autres de Val Mc Dermid
  • Crises d’otages de James Patterson

Cela fait un moment que j’ai envie de lire des thrillers, et même si je repousse cette envie depuis un moment, elle est de plus en plus présente. J’imagine qu’acheter autant de livres du genre revient à combler une parte de cette envie. Cette fois ma sélection s’est faite que sur des auteurs que je connais bien et dont d’autres ouvrages m’ont vraiment plu. Si vous suivez le blog, vous avez pu d’ailleurs constater que la plupart ont déjà été chroniqué. J’ai envie de visiter davantage leur univers, notamment ceux de Joy Fielding et de Val Mc Dermid.

Deux autres livres d’un autre genre s’ajoute à ma PAL :

  • Les Enfants de la Terre, tome 1 : Le clan de l’ours des cavernes de J. M. Auel,
  • Les Enfants de la Terre, tome 2 : la vallée des chevaux de J. M. Auel.

Cette saga me fait de l’œil depuis que j’ai découvert son existence par le biais de chroniques de blogueurs. Imaginez un roman se déroulant durant la Préhistoire, très bien documenté, où l’on suit le destin d’une gamine, Ayla, au départ âgée de 5 ans, dans sa découverte du monde de l’époque. Un cocktail qui pourrait vraiment me plaire !

Et vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué récemment ?

PS : La PAL et la Wishlist ont été mises à jour!

 

[Chronique] La liste de mes envies de Grégoire Delacourt

la liste de mes envies

Fiche technique du livre
Auteur : Grégoire Delacourt
Genre : Contemporaine
Année d’édition : 2012
Edition : JC Lattès / Le livre de poche
Prix : A partir de 6,90 euros
Langue : Française
Nombre de pages : 182 pages

Synopsis
Tiré de la quatrième de couverture de l’édition Le Livre de Poche

Les femmes pressentent toujours ces choses-là.

Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle se pose la question : n’y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ? Grégoire Delacourt déroule ici une histoire forte d’amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies. Bientôt au cinéma, La Liste de mes envies a connu un succès international.

Mon avis
Succès (un peu) surprise de l’année dernière, c’est avec une curiosité non feinte que je souhaitais mettre la main sur La liste de mes envies.

La liste de mes envies nous conte l’histoire de Jocelyne Guerbette, une histoire toute simple dans laquelle il est facile de faire le parallèle avec la réalité de chacun.  Jocelyne est mariée à Jocelyn (!) depuis une bonne vingtaine d’années et a eu deux enfants : l’aîné se prénomme Romain et une fille du nom de Nadine. Ils ont tous deux à présent quitté le domicile familial. Mercière, un peu malgré elle,  en son nom depuis ses 20 ans dans la ville d’Arras, Jocelyne jouit d’une vie bien rangée et tranquille mais loin de ses rêves de jeune fille. Elle se questionne beaucoup, sur ce qu’est le véritable amour, sur les choix de sa vie, sur le vrai bonheur. L’est-elle réellement ? Et en devenant riche, cela peut-il faire son bonheur ? Autant de questions auxquelles elle aura petit à petit les réponses lorsqu’un beau jour, poussée par ses amies, les jolies et pétillantes jumelles Françoise et Danièle, elle décroche la cagnotte de l’euro-million. 18 547 301 euros précisément.

Cette histoire fut un grand bol d’air frais. Ce livre, très court (180 pages en poche seulement, imaginez !) se lit facilement et par conséquent rapidement. On s’aère l’esprit et on change de registre le temps de cette introspection en profondeur dans le cœur de Jocelyne. J’ai un peu vécu ce récit comme un témoignage et une réflexion. Que l’on soit un homme ou une femme, on est obligé d’apprécier le personnage de Jocelyne et le traitement que l’auteur lui offre. Aucune de ses pensées, de la plus crue et triste à la plus simple ne nous est épargnée. Elle est vraie, sincère, et cette vérité m’a fait beaucoup de bien. On y aborde, sans fioritures, ses faiblesses, la peur de perdre un proche, l’amour idéal, les composants du bonheur. Moche ou pas, la vie est pourtant bien souvent telle qu’elle l’est décrite ici. La profondeur de ses réflexions nous amène forcément à réfléchir ou revoir un peu notre propre vie et j’ai été dans l’ensemble très touché par cette histoire.

Un des points forts de ce récit est la plume de l’auteur. Grégoire Delacourt a une manière particulière de faire raisonner les mots, passant de mots grossiers à d’autres bien plus jolis, les mariant avec aisance et véhiculant son message de façon fluide. Chaque mot employé a son pouvoir, son impact et colle au plus près des émotions. La qualité du travail d’écriture est vraiment à souligner, notamment lors des passages de 6 minutes où Jocelyne discute avec son père. Les chapitres sont toujours très courts, tout comme les phrases et chaque fin de chapitre est très réussie. Cette construction du livre contribue à le rendre attachant, car en plus d’être assez rare, elle m’a fait penser à un journal intime, ce qui renforce l’impression de voyager dans la vie de cette si charmante et fragile Jo.

En ce qui concerne l’histoire, je dois avouer que j’ai été assez soufflé par sa force. Bien qu’elle soit (à mon sens) incroyablement courte, elle se suffit à elle-même, se permet des flashbacks, des changements de narrateur et comporte de multiples rebondissements que je n’avais absolument pas vu venir. D’ailleurs, même la fin m’a surpris ; tout comme les dernières lignes, bouleversantes. Évidemment, c’était si plaisant que j’aurais adoré que le tout soit davantage développé, qu’on apprenne plus de choses sur le futur de l’héroïne, ou même de ses enfants ; mais aurait-ce été réellement nécessaire ? Je pense qu’avec trop de détails et plus de longueurs on aurait perdu un peu de cette magie de l’auteur, qui va toujours droit au but.

Mention spéciale que je me dois de faire sur ce livre : les blogs. En tant que blogueur (très amateur), j’ai été très touché de voir la place que prenait le blog de Jocelyne, dixdoigtsdor, dans le récit, ainsi que l’image véhiculée : cette communauté soudée, passionnée, qui, pleine d’attention et de bienveillance, sait être là pour les autres en cas de besoin. Certains penseront qu’il y a un côté utopique à tout cela, mais j’aime à croire qu’il y a aussi une belle part de vérité. C’est tout en cas ma vision.

En conclusion, La liste de mes envies est un petit coup de cœur. Réellement ce petit livre aura su tapé en plein « là-dedans ». Inspirant, poignant, triste aussi, c’est une histoire courte mais pleine de sincérité qu’a développé Grégoire Delacourt par le biais de son personnage Jocelyne Guerbette. Un voyage introspectif à la recherche du vrai bonheur. Un voyage dans la vie d’une autre, au fond de son âme et de son cœur. Un voyage surprenant, plein de rebondissements et à la fin inattendue. Un voyage que j’ai envie de vivre à nouveau.

Ma note : 18/20