[Chronique] One Piece, tome 67 : Cool Fight de Eiichiro Oda

One piece, tome 67

Fiche technique du livre
Auteur : Eiichiro Oda
Genre : Shonen (manga)
Année d’édition : 2013 / 2012 (VO)
Edition : Glénat
Prix : 6,90 euros
Langue : Française
Nombre de pages : 224 pages

Synopsis
L’équipage a quitté l’île des hommes-poissons et se dirige enfin vers le Nouveau Monde.
Emportés par un tourbillon, le navire fait surface près d’une île étrange nommée Punk Hazard, que les flammes semblent dévorées en permanence.
Luffy, Zoro, Robin et Usopp se rendent sur l’île et y découvrent des choses de plus en plus étranges. De leur côté, Nami, Sanji, Chopper et Franky ont été enfermés dans un curieux endroit, où ils trouvent une tête de samouraï qui parle !

Mon avis
Notre folle troupe poursuit son exploration de l’étrange île connue sous le nom de Punk Hazard. Alors qu’ils pensaient que l’endroit était entièrement composé de volcans et en permanence en feu, ils découvrent rapidement que l’autre partie de l’île est constituée de… montagnes de glace ! Un mystère climatique qu’ils devront traverser s’ils veulent retrouver l’autre partie de l’équipage qui a été enlevé et récupérer le bâteau, situé à présent sur la rive glacée. Mais ce n’est pas tout, Punk Hazard compte un grand nombre d’autres joyeusetés : une femme-oiseau surveille l’équipage, des espèces de centaures se promènent sur les deux parties de l’île, et une tête de samouraï semblant tout à fait vivante y a trouver domicile !
Un sacré tableau qui continuera de s’agrandir tout au long du tome tant les découvertes loufoques s’enchaîneront.

   L’intrigue de ce tome est plutôt bonne et très rythmée. Davantage basée sur l’exploration et les rencontres que les combats, les pages défilent à toute allure. En plus de nombreuses découvertes, les rebondissements sont omniprésents et c’est l’occasion de revoir d’anciens personnages mais aussi de faire la connaissance de nouveaux. Difficile de vous indiquer qui sans vous spoiler, mais j’ai adoré revoir un certain allié (??) devenu à présent capitaine corsaire, rien que ça ! La couverture l’indique aussi, Smoker et Tashigi sont aussi de la partie et c’est un plaisir de revoir ces deux vieilles têtes qui ont font leurs premières apparitions il y a au moins 50 tomes ! La marine, un corsaire, la troupe du chapeau de paille et d’autres personnages…Bref vous l’aurez compris, c’est déjà une belle réunion à laquelle on peut assister durant ce tome.

   Évidemment, ce type de réunion permet de mettre en avant quelques croustillantes révélations. Les complots semblent être de plus en plus présents, que ce soit au Gouvernement que chez les pirates. C’est aussi l’occasion de constater à nouveau que durant les deux ans de pause de l’équipage de Luffy, pas mal de choses ont changé dans le monde et j’ai apprécié voir que les évènements de l’archipel de Sabaody ou de Marine Ford sont entrés dans « l’histoire » et que l’on continue d’assister aux conséquences. J’aurais aimé bien entendu en apprendre bien plus, mais bon, il faut se faire une raison : Eiichiro Oda n’aurait jamais produit une si longue série si tout avait été dévoilé dès les premiers tomes. Toutefois les nouvelles questions posées récemment ne restent longtemps sans réponses et on comprend par exemple très rapidement quelles sont les origines de l’île, ce qui s’y trame ainsi que l’explication des changements climatiques l’habitant. Au vu de cette rapidité, je ne pense donc pas que le voyage sur cette île va constituer un arc très long et il est possible qu’à la fin du tome suivant, tout soit déjà réglé. De plus, l’auteur offre un excellent cliffhanger dont lui seul a le secret en toute dernière page et ce dernier pourrait bien changer énormément la donne et apporter une nouvelle direction aux futures aventures.

   A mon sens un poil plus que les précédents, le côté comique de One Piece revient en force. En plus du nombre de blagues habituelles complétement loufoques, des prises de becs entre membres de l’équipage ou de la stupidité de Luffy et du monde l’entourant, un autre élément m’a carrément fait rire. Rapidement certains personnages vont se retrouver dans le corps d’un autre… Imaginez un peu Sanji dans le corps de Nami… Ou Nami dans celui de Franky ! La couverture donne un avant goût de ce joyeux bazar ultra drôle mais durant les différents chapitres c’est juste tordant. Un point que j’ai vraiment adoré tant cela offre des situations cocasses !

   En conclusion, c’est une nouvelle fois un très bon tome de One Piece que j’ai pu avoir dans les mains. Des découvertes, de l’exploration, des rencontres intéressantes et quelques révélations, voila un menu bien agréable pour ce tome très plaisant et surtout bien drôle. Le cliffhanger final promet des choses énormes si cela se concrétise et offrirait un sérieux bouleversement dans l’univers de One Piece. En bref, Cool Fight c’est 224 pages que j’ai donc englouti très rapidement et qui ne me donne qu’une seule envie : dévorer le tome suivant le plus rapidement possible.

Ma note : 17,5/20

PS : Retrouvez mes autres chroniques de One Piece en cliquant ici.

[Chronique] Dôme, tome 1 de Stephen King

dome tome 1 cover

Fiche technique du livre
Auteur : Stephen King
Genre : Science Fiction / Horreur
Année d’édition : 2009 (VO) / 2011 (VF)
Edition : Le livre de poche / Albin Michel
Prix : 8,90€ TTC
Langue : Française
Nombre de pages : 840 pages

Synopsis
Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville…

Mon avis
Dôme est une lecture qui m’a longuement attiré. Son concept de base et la réputation de l’auteur avaient tout pour me plaire. Pour un premier King, je ne me suis pas trompé.

   Scénaristiquement, la quatrième page de couverture en dévoile trop à mon goût mais est aussi un peu fausse. Chester’s Mill, petite commune touristique du Maine, va vivre un étrange évènement une belle matinée d’automne. L’histoire se lance très vite. Plusieurs habitants de Chester’s Mill, situés à des points différents de la ville vont vivre leurs pires expériences : l’apparition d’une étrange barrière. Une barrière qui va les couper du monde extérieur. L’environnement qu’ils connaissaient tous si bien va soudainement se révéler déroutant, mortel et… fermé. Surgit alors un côté Chester’s Mill, et un côté « extérieur ». L’apparition de ce qui sera ensuite appelé le Dôme ne se fait pas sans heurts. Alors que la barrière est installée en une micro seconde, et qu’elle est de surcroît invisible, comment un poids lourd peut-il l’éviter ? S’en suit une série d’accidents peu communs qui indiqueront les caractéristiques de ce Dôme. Qu’est-ce donc réellement ? Quelles sont ses limites, ses capacités ? D’autres habitants, comme Big Jim Rennie, second conseiller de la ville mais principal décisionnaire, y verront là l’occasion d’agir, « pour le bien de la ville et de ces cueilleurs de cotons ». Progressivement s’installe une intrigue en huis clos, de survie sous un mystérieux dôme. Le récit ne se repose donc pas uniquement sur le Dôme, puisque de multiples histoires entre les personnages se développent et viendront former un tout. Cela ne signifie pas qu’il ne s’agit que d’un prétexte au huis clos : du début à la fin, l’influence du Dôme sera présente et c’est bien l’existence de cet étrange barrière que découlera les réactions de chacun.

   Comme je le disais au tout début, le pitch de départ est vraiment excellent. L’histoire m’a toute de suite conquis, autant à cause du mystère entier que représente cet étrange Dôme, mais aussi par la réaction de chacun à ce phénomène. De plus, l’auteur laisse toutes possibilités ouvertes et cela permet de poser mille questions et de s’imaginer tout et n’importe quoi sur l’origine du Dôme, son but, sa source. Est-ce une invasion des ET ? Un complot du gouvernement ? Le retour des russes ? Une invention ratée… ?

   Stephen King prend vraiment le temps de détailler son histoire, de poser son intrigue et de l’exploiter. Lorsque surgit le Dôme, c’est en effectuant des sauts spatiotemporels que nous apprenons comment cela est vécu par chaque habitant de Chester’s Mill mais aussi par les habitants extérieurs. Cette apparition qui dure tout de même durant une bonne centaine de pages ne m’a nullement ennuyé car à partir d’un simple évènement (l’apparition du dôme), l’auteur a recours à un tas de possibilités et j’ai été épaté par autant de trouvailles. Du point de vue d’une simple marmotte au crash d’un avion avec cette malheureuse Claudette, tout est visité. De plus, les descriptions volontairement tordantes, à la fois satyriques et cruelles, de la population de Chester’s Mill contribuent à s’attacher au récit et à l’apprécier davantage. Je dois reconnaître qu’au départ j’ai eu des difficultés à bien me repérer entre les habitants car le livre compte un grand nombre de personnages différents. Une fois ce cap passé, c’est un vrai bonheur puisqu’au final cela donne l’opportunité d’observer beaucoup de personnalités différentes, chacune avec un background précis. Cela m’amène d’ailleurs à un des grands points forts du livre : la psychologie présente. Les comportements humains sont ici si bien décrits et analysés que c’en est jouissif ! Certains penseront que quelques personnages sont plutôt clichés, et ce n’est pas faux, mais ils semblent tous si réels ! Les actions des uns et des autres entraînent des changements de comportement plutôt crédibles, des plans se mettent en place, l’horreur s’installe… Tout est lié et c’est un véritable écosystème qui s’est développé dans mon cerveau.

   Par ailleurs, et cela va de pair avec la psychologie, les personnages sont clairement un autre point fort du titre. J’ai adoré beaucoup de personnages, notamment Julia Shumway, petit brin de femme bourrée de principes mais si courageuse et déterminée. Joe l’épouvantail et Rusty Everett ne sont pas en reste ! Je me dois d’avoir une petite pensée pour l’adorable Brenda Perkins, personnage qui a su me toucher. Il m’est impossible de ne pas évoquer Big Jim Rennie, véritable pourriture que je ne peux m’empêcher d’aimer. Ce type est juste démoniaque ! Il semble sans limites, et même si ses véritables motivations restent assez sombres, on constate rapidement que le monsieur n’aime pas que quelqu’un se place en travers de son chemin, surtout lorsqu‘il sent le truc. Imprévisible et assez cinglé, ses nombreuses répliques m’ont souvent fait sourire, tant il ne manque pas de culot. Un des méchants les plus charismatiques que j’ai pu voir dans un livre !

    J’ai apprécié la montée en puissance du tome. Au fur et à mesure de l’évolution du récit et du huis clos pour nos chers habitants, le ton s’assombrit, l’espoir s’amenuise. De nouvelles manières de penser s’installent alors. Le parallèle avec certains faits réels me semble juste et il est évident que Stephen King a souhaité effectuer ces comparaisons, à sa manière. A la manière du dôme, j’ai commencé à me sentir étouffer par cette pression et cette ambiance. Bien que l’histoire débute dans un style fantastique, on ressent la forte influence des thrillers et des livres d’horreur s’imposer petit à petit. L’intrigue est bien ficelée et donne vraiment envie de creuser. Je dois souligner le talent de l’auteur : je trouve fort qu’avec une petite commune comme Chester’s Mill, que nous jugerions probablement comme très banale si nous la visitions réellement, il arrive autant à l’exploiter, la détailler, à lui offrir des spécificités géographiques (little bitch road, la pestile). Efficacité de ces descriptions renforcées par la présence d’une carte de la ville en début de tome !

A noter que l’histoire de ce premier tome se conclut de manière très abrupte mais que cela est en soit tout à fait normal : Dôme est à la base un unique roman, découpé en deux tomes pour sa parution française. L’envie de lire la suite a été donc immédiate.

   En conclusion, ce premier tome de Dôme est un véritable coup de cœur, comme je n’en ai eu depuis longtemps. Addictif, merveilleusement décrit et doté d’une histoire sombre et cruelle, Stephen King fait très fort. Doucement, on assiste à l’installation d’un huis clos proche de l’horreur et la mise en lumière de l’adaptation du comportement de l’être humain lors d’une situation de crise est incroyable. Un petit monde s’agite sous nos yeux, bercé par un grand nombre de personnages attachants et intéressants. Comme si cela ne suffisait pas, l’intrigue est très bien ficelée et bénéficie de nombreux rebondissements qui font mouche et m’ont surpris plus d’une fois. La montée en puissance de la vie sous le Dôme est telle que l’on ne sait jamais vers quoi on se dirige et quelle sera la prochaine catastrophe, haletant ! Par bien d’autres de ses aspects, Dôme est définitivement une lecture que je vous recommande chaudement.

Ma note : 18,5/20

In my mailbox (11)

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Pour le recensement des liens, il faut désormais aller chez Lire ou mourir.”

Bonjour à vous !

Pour ce nouveau rendez-vous de in my mailbox, je ne vous présenterai rien (malheureusement ?) de vraiment palpitant ! En effet, peu d’achats, et surtout que des suites de mes grands classiques habituels en manga :

  • Billy Bat, tome 7 de Naoki Urasawa. J’imagine qu’il est inutile de vous rappeler pourquoi je me suis jeté sur ce tome, ma chronique du tome 6 vous l’a bien montré, la qualité de Billy Bat ne cesse de croître à mes yeux et chaque tome est plus prenant que le précédent. J’ai donc énormément d’attente pour ce tome, que j’attends comme un des points culminant de la série, en partie à cause de l’affaire Kennedy !
  • One Piece, tome 67 : Cool Fight de Eiichiro Oda. Pire que Billy Bat, One Piece est chez moi une institution. La sortie d’un nouveau tome entraîne automatiquement un achat le jour J à la librairie ! La couverture montre pas mal de nouveaux personnages, je suis curieux de savoir où vont nous conduire les aventures de notre petite troupe de pirates !

Et vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué récemment ?

[Mes Actua-Littés] Le livre et l’épée, tome 1 : la voie de la colère de Antoine Rouaud

Lecteurs, voici ni plus ni moins le nouveau phénomène de la fantasy selon son éditeur Bragelonne !

livre-et-epee-1-la-voie-de-la-colere-antoine-rouaud

Le synopsis de ce premier tome est le suivant : An 10 de la République, dans la cité portuaire de Masalia. Dun-Cadal n’est plus que l’ombre de lui-même. Trahi par ses amis et accablé par la mort de son apprenti, celui qui fut le plus grand général de l’Empire déchu passe désormais son temps à boire dans une taverne. Il s’est détourné de la politique, des aventures, et même de l’Histoire.

Mais l’Histoire n’en a pas fini avec lui.Viola est une jeune historienne à la recherche de l’épée de l’Empereur, symbole de l’ancien régime. Elle sait que Dun-Cadal est la dernière personne à avoir été en possession de la précieuse relique, qu’il aurait cachée pendant les dernières heures de la révolution.

Curieusement, c’est lorsqu’elle met enfin la main sur l’ancien chevalier que débute une série d’assassinats. L’un après l’autre, tous les anciens alliés de Dun-Cadal sont abattus par un homme qu’il a bien connu : l’assassin personnel de l’Empereur. L’ex-général en est convaincu : aucun de ces événements n’est le fruit du hasard. Dans l’ombre se dessine une conspiration qui va bouleverser le destin de chacun. Des secrets vont être révélés au fur et à mesure que Dun-Cadal va raconter son histoire.

La véritable histoire.

Alors véritable tuerie de la fantasy à venir ou nouveau coup de pub de Bragelonne ? L’avenir nous le dira, mais en attendant je dois avouer que j’apprécie beaucoup le scénario de départ de ce livre. A noter qu’il s’agira d’une trilogie et le premier tome paraîtra en grand format relié au coût de 25 euros TTC (prix habituel pour ce genre de sortie chez Bragelonne) le 31 Octobre prochain. Qu’en pensez-vous ?