[Chronique] Le syndrome [E] de Franck Thilliez

le syndrome e

Fiche technique du livre
Auteur : Franck Thilliez
Genre : Thriller
Année d’édition : 2010
Edition : Pocket
Prix : 8,10 euros
Langue : Française
Nombre de pages : 510 pages

Synopsis
Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle… Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille.
Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés… Il n’en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé.
Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko.
Des bidonvilles du Caire aux orphelinants du Canada, les deux nouveau coéquipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d’une réalité effrayante. Ceux qui ne connaissent pas le syndrome [E], ne savent pas de quoi ils sont capables…

Mon avis
Attention, ici on a vraiment à faire à du lourd ! Le Syndrome [E] est un thriller très dark qui m’a clairement foutu les chocottes ! Comme pour Fractures, mon précédent livre du monsieur (dont vous pouvez lire la chronique ici), on est plongé dès le début dans l’action. Ludovic Sénéchal, grand passionné de cinéma et ancien petit ami de Lucie Hennebelle, va commettre involontairement une erreur en achetant un film rare, sans nom, en Belgique. Alors qu’il croyait avoir fait une trouvaille exceptionnelle, la projection du film va ni plus ni moins le rendre aveugle… ! Comment est-ce possible ? Le destin va placer Lucie Hennebelle sur l’affaire qui aura la dure tâche d’en comprendre plus sur ce film, ses « pouvoirs » mais surtout ses origines…
En parallèle, on retrouve le commissaire Franck Sharko qui se voit confier une toute autre enquête : cinq corps sont retrouvés dans l’ouest de la France. Affreusement mutilés, toutes traces d’identifications semblent disparues. Deux mystères totalement opposés qui vont pourtant entraîner nos deux héros de chocs à se rencontrer et à travailler ensemble.

   Pour la petite histoire, les deux héros de ce thriller, Sharko et Hennebelle, ne sont autres que des héros récurrents de précédents livres de Franck Thilliez. Les fans apprécieront donc de les retrouver cette fois-ci ensemble. Toutefois, pour ceux, comme moi, qui ne les connaissaient pas, ce n’est pas nécessaire de lire les précédents livres pour les apprécier. Thilliez dévoile suffisamment d’éléments sur leurs passés, que j’imagine lourd et difficile pour les deux, pour qu’on puisse se faire une idée précise des personnages et ne pas se sentir perdu. J’ai beaucoup apprécié la rencontre des deux personnages, la distance et la précision avec laquelle chacun se juge dans un premier temps, et la découverte de l’un et l’autre tout au long du livre. Le contraste entre Sharko et Hennebelle est saisissant, notamment sur l’expérience professionnelle et les conséquences du métier de policier sur le mental mais aussi la vie courante. Loin des autres policiers habituels, on a là deux fortes têtes psychologiquement meurtries, à qui la vie n’a pas fait de cadeaux. Le réalisme avec lequel l’auteur effectue la description de ses protagonistes ainsi que le fardeau qu’ils portent les crédibilisent énormément et on s’attache tellement à eux que j’ai maintenant très envie de lire tous les thrillers où ils apparaissent !

   Concernant la qualité du scénario, celui-ci est top ! Tout d’abord, il est très dense et comme toujours avec Franck Thilliez, très documenté. C’est un plaisir de lire et d’apprendre un tas de choses en même temps. Le film mystérieux, élément conducteur de ce thriller, nous amène à apprendre de nombreux détails sur le milieu du cinéma, les techniques de production des films des années 50 ou encore les images subliminales. Autre sujet cher à l’auteur, la psychologie et l’utilisation du cerveau sont largement abordées. Et cela fait froid dans le dos ! Car en plus d’être très documenté, le Syndrome [E] mêle habilement fiction et réalité, et tout cela m’a poussé à une grande confusion et à me questionner. N’y aurait-il pas une part de vérité dans ce livre ? Je vous avoue que j’ai à la suite de ma lecture fait énormément de recherches sur beaucoup des éléments présentés, notamment l’hystérie collective…

   Une approche scientifique et technique qui viennent positionner ce thriller à part mais ce n’est pas tout : le récit est soutenu, les rebondissements s’enchaînent et sont franchement bien trouvés. On ne sait jamais quelle direction (qu’il s’agisse d’un point de vue géographique ou de l’enquête en elle-même) va prendre le roman et j’ai été très surpris du dénouement final. La plume de Thilliez est un vrai régal. Les dialogues sont maîtrisés, le rythme réglé au millimètre près. Toujours droit au but, les descriptions sont si réussies que durant le passage au Caire j’ai vraiment eu l’impression d’y être. Alors lorsque l’auteur se met à parler de meurtres ou de cadavres… Oui, j’ai eu la frousse ! S’ajoute à cela des personnages prêts à craquer, une ambiance follement oppressante et la constante envie de connaître le fin mot. Et même quand on croit que tout est fini, l’auteur nous surprend encore avec un épilogue qui ne soulage en aucun cas nos nerfs. La marque des plus grands ?

   En conclusion, le syndrome [E] est un véritable coup de coeur, un thriller sombre à ne pas mettre dans n’importe quelles mains. Servi par un duo de choc, le récit est cruel, sanglant et excellemment décrit, les frissons ne manquent pas durant la lecture et l’ambiance oppressante m’a complétement happé. Se basant sur des faits réels et apportant une bonne dose de fiction bienvenue, le scénario m’a vraiment accroché, voir secoué. En plus d’être très bon, le syndrome [E] possède une autre qualité de taille : il pousse au questionnement. Une lecture dont je ne ressors pas indemne, mais que je recommande chaudement à tout amateur de thriller.

Ma note : 17,5/20

Publicités

3 réflexions au sujet de « [Chronique] Le syndrome [E] de Franck Thilliez »

  1. J’ai aussi aimé énormément ce livre. C’était mon premier Thilliez, je ne m’attendais pas à trouver une intrigue si bien documentée, si technique mais qui fait aussi froid dans le dos. J’adore les thrillers ludiques comme celui-là. Par contre, les personnages profondément mal dans leur peau, c’est juste du revu et la mode actuellement chez les auteurs de thriller et je m’en serais peut être un peu passé même si dans Le Syndrome E ça reste encore minime.
    Le petit reproche c’est la fin cependant, elle est vite balayée.

    • Merci ^^ Heureux de réussir à convaincre un peu avec mes chroniques, ça me fait très plaisir !
      J’espère sincèrement que tu vas apprécier cette lecture et que tu vas le recevoir vite, j’ai hâte de lire ton avis =)

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s