[Chronique] Fractures de Franck Thilliez

fractures franck thilliez

Fiche technique du livre
Auteur : Franck Thilliez
Genre : Thriller
Année d’édition : 2010
Edition : Pocket
Langue : Française
Nombre de pages : 442 pages

Synopsis
Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête et les évènements étranges qui se multiplient autour d’elle ne vont rien arranger : cette photo récente de sa soeur jumelle, pourtant morte dix ans auparavant, qu’elle récupère des mains d’un immigré clandestin ; son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider ; ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche et dont elle n’a pas le moindre souvenir.
Alice vient de prendre un aller simple vers la folie…

Mon avis
Première lecture de Franck Thilliez pour moi, j’avoue que je ne savais pas comment aborder ce « phénomène » français du thriller. Une fois de plus, c’est le site livraddict et les diverses chroniques des blogueurs du net qui ont aiguillé mon achat et c’est ainsi que Fractures a fini dans ma PAL.

   Décrit comme un thriller psychologique, Fractures s’ouvre sur deux courts prologues. Le premier revient sur de tristes évènements vécus par Claude Dehaene en Septembre 1982 au Liban alors journaliste à l’époque. Le second se déroule bien plus tard et nous présente brièvement un père de famille, plutôt heureux dans son quotidien… jusqu’à son enlèvement. Commence les choses sérieuses quelques pages plus tard lorsqu’on nous présente enfin Alice Dehaene, fille de Claude, qui est l’héroïne de ce roman. Alice souffre d’une maladie mentale rare et complexe à déchiffrer et décrire. Régulièrement, elle subit des « trous noirs », de longues périodes durant lesquelles elle agit de son plein gré sans réellement comprendre. A la fin de ces trous noirs, impossible de se souvenir de ce qu’elle a fait. Très proche de la guérison selon son psychiatre Luc Graham, elle va subir l’un de ses plus gros trous noirs, plus de deux jours complets, après un examen qui tourne mal. Entre temps, son père est planté de deux coups de couteau mais affirme avoir voulu se suicider, et un inconnu affirme l’avoir recueilli chez elle… Que s’est-il réellement passé durant ces deux jours ?

   Scénaristiquement, on a affaire à un pitch de départ très efficace. Tout est très vite mis en place et j’ai été accroché dès les premières pages par Fractures. Doté d’une intrigue sombre, ce thriller sait se montrer malsain et certaines de ses révélations m’ont même dérangés. La complexité du cerveau ne semble pas avoir de limite tout comme la noirceur de l’âme de certains des protagonistes. D’ailleurs, l’ensemble des personnages présentés sont intéressants car l’auteur les maîtrise à merveille : il sait comment les rendre attractifs et plaisants tout en distillant volontairement des éléments laissant penser à un passé lourd, si bien qu’on est curieux de tout apprendre à leur sujet. Mais ce ne sont pas uniquement ses personnages que Franck Thilliez maîtrise, j’ai été bluffé par la qualité de la construction du récit. C’est simple, on ne s’ennuie jamais. Conçu comme un gigantesque puzzle, Fractures nous fait suivre une histoire principale pour son héroïne à laquelle se recoupe et évolue en parallèle plusieurs autres histoires, propres aux principaux personnages secondaires. Intelligent, l’auteur joue avec nos nerfs en donnant des éléments de réponse à son intrigue afin de nous laisser croire que l’on sait quelque chose… mais la vérité est toujours autre et au final j’ai souvent été surpris par des rebondissements biens trouvés. De plus, pour ne pas faire les choses à moitié, l’auteur nous offre même un superbe épilogue, qui en marge de son rôle de conclusion, se permet de récapituler l’ensemble de l’intrigue de A à Z afin de dégager toutes les zones d’ombres qui auraient pu subsister jusque là.

   Une histoire très réussie donc, mais ce n’est pas tout. Deux autres particularités présentes dans Fractures m’ont charmées et différencient ce livre des autres du même genre. Le premier point est le fait qu’il s’agisse d’un thriller psychologique, lui permettant ainsi de se différencier (légèrement) de la masse des thrillers. Toutefois, je tiens à rassurer ceux qui adorent les meurtres et autres tortures, tout cela est bien présent. Mais en plus de ça, la maladie d’Alice nous conduit à nous poser un tas de questions. Entre réalité et confusion… et si on devait la considérer comme une suspecte ? De quoi souffre-t-elle vraiment ? Et surtout, que lui arrive-t-il durant ces fameux trous noirs ? D’autres éléments tels que la folie ou la dépression sont abordés, et cela fait mouche car l’auteur traite cela de façon médicale, rendant le tout plus réaliste et convaincant.

Autre élément m’ayant fait apprécier cette lecture : le lieu choisi. Bien sûr cette appréciation est purement personnelle mais en tant que nordiste, j’ai été délicieusement surpris de constater que l’histoire se déroulait dans la région du Nord Pas de Calais. On sent que l’auteur connaît beaucoup cette région car il n’hésite pas à nous emmener dans un tas de villes différentes pas forcément connues mais aussi à jouer avec les particularités géographiques de la région (proximité avec l’Angleterre, les plages de Dunkerque et Bray-Dunes, les nombreux cimetières des anciens combattants des deux guerres mondiales…). Béthune, Lille, Arras, Calais, les autoroutes A26 et A1 sont autant de lieux que j’ai pris plaisir à voir transposer sur le papier. Reconnaître ces lieux tout au long de la lecture m’a procuré un sentiment grisant mais m’a aussi effrayé… ! Tout semble tellement plus réaliste, les lieux apparaissaient dans mon esprit et j’ai imaginé les scènes avec une clarté inhabituelle. Des frissons supplémentaires qui risquent de me traverser à la prochaine visite de certains de ces lieux en somme. Un mal pour un bien puisque cela a grandement renforcé mon immersion dans l’histoire.

   Cependant, tout n’est pas parfait dans Fractures car j’ai quand même un défaut à reprocher à l’auteur : son style d’écriture. Cela m’a frappé dès les premiers chapitres. L’auteur emploie un style très simple, sec, dénué de fioritures et utilise majoritairement le présent simple. Ses phrases sont courtes (pour mieux marquer l’action ?), trop courtes et on ne peut pas dire qu’il existait ici une certaine beauté des mots. Après plusieurs tomes de l’Assassin Royal, ça fait mal de ne pas être enchanté par de magnifiques phrases ! Mais ce n’était pas non plus le but de ce thriller.

   En conclusion, j’ai passé un excellent moment avec Fractures. Ce thriller psychologique « nordique » a su me tenir en haleine et me bluffer, à la fois par son intrigue extrêmement bien ficelée que par sa construction parfaite, offrant un superbe puzzle dont on ne connaît réellement le fin mot que lors du dénouement final. De nombreux rebondissements donc mais rien n’est laissé au hasard. Sombre, parfois dérangeant et malsain, Fractures met en avant la complexité du cerveau humain et les ténèbres pouvant envahir chacun de nous… Ou comment certains évènements peuvent nous influencer toute notre vie… Avec un style d’écriture plus soigné, Fractures aurait été parfait ! Un auteur à suivre, assurément.

Ma note : 17/20

Publicités

Une réflexion au sujet de « [Chronique] Fractures de Franck Thilliez »

  1. Ping : Fractures « La Croisée des Chemins

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s