[Chronique] One Piece, tome 65 : table rase

one piece tome 65

Fiche technique du livre
Auteur : Eiichiro Oda
Genre : Manga – Shonen
Année d’édition : 2013
Edition : Glénat
Langue : Française
Nombre de pages : 200 pages

Synopsis
Les membres de l’équipage du Chapeau de paille se réunissent de nouveau sur l’archipel des Sabaody, après deux années d’un entraînement intensif. L’équipage au complet reprend la mer, déterminer à triomphé du Nouveau Monde ! Le Sunny atteint tant bien que mal l’île des Hommes-poissons. […]. L’équipage du chapeau de paille tente d’empêcher le pirate Hody Jones, capitaine des New Fishman, de s’emparer de l’île des hommes-poissons ! Durant son combat sous-marin contre Luffy, Hody va commettre un nouveau crime atroce ! C’est maintenant l’existence même de l’île des hommes-poissons qui est menacée par ce nouveau péril !!
Mon avis
One Piece est actuellement un de mes manga fétiches. Tous les ingrédients sont à mon sens réunis pour faire de ce shonen un cocktail éclatant et accrocheur. Ayant rattrapé le rythme de parution français, chaque sortie d’un nouveau tome est pour moi un mini évènement !

   Le tome démarre sur le combat opposant Luffy et Hody, le capitaine des New Fishman, une organisation vouant une haine profonde et sans limites aux hommes. Prônant la supériorité des hommes-poissons sur les « terrestres », Hody entre dans une rage incontrôlable et tente de tuer Luffy… Un combat dont l’issue semble pourtant jouée d’avancer, tant la puissance de Luffy s’est décuplé suite à son entraînement avec Rayleigh. Et pourtant, c’est sans compter sur l’étrange pouvoir de Decken, qui lui aussi, devenu fou de chagrin, fait tomber l‘Arche de Noé en direction de l’île et de ses habitants et modifie l’issue de ce qui semblait se profiler.

   Scénaristiquement un peu « filler », je dois avouer que ce tome m’a peu emballé. La raison principale de ce problème est -je pense- le trop grand nombre de personnages, qui est cette fois-ci mal géré par l’auteur. Oda a ici voulu en un seul tome proposer beaucoup de baston, quelques flashbacks, faire avancer l’histoire et montrer quelques unes des nouvelles capacités de chaque membre de l’équipage. Un programme bien costaud en somme. Seulement à vouloir montrer trop de choses on peut tomber dans la facilité et le bâclage… Ce que je reproche à ce tome. Par conséquent, les personnages autres que Luffy n’ont au final droit qu’à quelques pages sur le tome, l’enchaînement entre les divers lieux d’action est très brouillon, et on passe d’un combat à un autre sans avoir le temps de dire ouf. Évidemment, j’ai apprécié voir notre petite troupe se déchaîner et montrer sa nouvelle puissance, mais après les batailles monumentales de Marine Ford, je m’attends quand même à mieux côté combat. Cette petite présentation de nouvelles compétences aurait pu être mieux amenée, notamment face à des adversaires qui en valent vraiment la peine, et au sein de combats nécessitant vraiment l’utilisation de nouvelles techniques. Évidemment, connaissant l’auteur, il s’agit juste d’un avant goût et de nombreux secrets doivent être gardés sous le coude… Mais cela n’est pas une raison pour nous faire autant patienter 😉 !

   En ce qui concerne l’avancée du scénario en lui-même, l’histoire de cet arc se laisse suivre mais ne m’a pas non plus follement passionnée. Nous sommes loin d’un Water Seven et on sent qu’il s’agit d’un arc existant pour faire la jonction avec le Nouveau Monde. Proposant comme à son habitude beaucoup d’humour et de moments loufoques, cet arc reste relativement « sage » pour du Oda et on sent plus la volonté de faire passer un message un peu plus sérieux sur la haine, le racisme et l’acceptation que les morales courantes trouvables dans des shonen de ce genre. Un bon sentiment mais amené parfois maladroitement et de façon un peu niaise, ce dont les Japonais raffolent et ont le secret. Toujours est-il que certains personnages de l’Île des poissons sont intéressants (Machin-Boshi et Junbei, tout simplement attachant !) et que certains mystères (en particulier celui de l’Arche) m’intriguent et me donne envie d’assister à la fin de cet Arc. Le jeu pourrait en valoir la chandelle, et j’espère que tout cela nous mènera par exemple à des révélations concernant les armes anciennes et / ou la fameuse partie manquante de l’Histoire, supposément supprimée par le Gouvernement.

   En conclusion, ce soixante-cinquième tome de One Piece compte parmi les tomes que j’ai le moins apprécié, la faute tout simplement à un Arc qui convainc difficilement après la folie qu’ont pu être les tomes 55 à 62. Survenu auparavant, cela aurait pu me plaire davantage ; mais la barre a tant placée haute durant l’Arc de Marine Ford qu’il est difficile de se contenter de moins bien, surtout lorsqu’on pense aux mille et un mystères que One Piece nous réserve, tant sur les personnages que l’univers dans sa globalité. Toutefois, cela reste une lecture agréable dont le potentiel n’est plus à démontrer. J’attends à présent de voir si la fin de l’Arc sur les Hommes-poissons offre une conclusion intéressante et remonte le niveau. En attendant le Nouveau Monde

Ma note : 12,5/20

Publicités

3 réflexions au sujet de « [Chronique] One Piece, tome 65 : table rase »

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s