[Chronique] Billy Bat, tome 5 de Naoki Urasawa

billy bat tome 5

Fiche technique du livre
Auteur : Naoki Urasawa
Genre : Manga Seinen Fantastique / Thriller
Année d’édition : 2012
Edition : Pika Editions
Langue : Française
Nombre de pages : 197 pages

Synopsis
De retour aux États-Unis après six mois passés au Japon, Kevin Yamagata a la fâcheuse surprise de découvrir que « Billy Bat », le personnage de BD qu’il a créé, ne lui appartient plus : les droits de la série sont désormais à Chuck Culkin, son ancien assistant ! Mais la chauve-souris continue à lui apparaître pour lui faire le récit des terribles événements à survenir…

Mon avis

   Alors que la couverture de ce cinquième tome annonce directement la couleur en affichant Oswald armé de son fusil, c’est finalement sur le personnage de Kévin Yamagata que s’ouvre ce nouveau Billy Bat.

1950. Quelques années plus tôt que le tome précédent. On retrouve un Kévin perturbé par ce qu’il a appris au Japon et ce n’est pas son retour à son atelier qui va le rassurer… Un flashback de courte durée car à peine quelques pages plus loin, on repart en 1960 mais cette fois-ci avec un couple que je ne pensais pas revoir : Tony et Diane, alias le couple mixte qui s’était marié durant le troisième tome. De passage dans le profond sud des États-Unis, le couple tente de rejoindre le Texas pour y passer leur lune de miel, qui a pris beaucoup de retard.  Le bonheur sera de courte durée pour eux car très vite ils affronteront les mentalités du sud de l’époque, dominées par un profond racisme et une haine pour les noirs…

   J’ai lu ce tome très vite, qui, il faut le dire, sait se montrer très prenant, en plus d’être beau. Je dois avouer que bien que j’étais au départ très étonné de revoir Tony & Diane, et de constater ensuite que la place qu’ils prenaient dans ce tome était importante, j’ai beaucoup apprécié leur partie. Le racisme n’est pas un fait souvent abordé dans un manga, alors « revivre » la ségrégation qu’ont pu subir certains noirs mais aussi certains couples interraciaux durant les années 60 de manière aussi réaliste est un gros plus. Naoki Urasawa en profite pour nous prouver tout son talent avec un superbe dessin sur cette partie, enchaînant les plans magnifiques et retranscrivant les émotions et expressions de ses personnages comme jamais. Vous l’avez compris, cette partie m’a donc marqué.

   Le reste du tome n’est pas en reste. Il développe l’intrigue, la psychologie des personnages, notamment celle d’Oswald pour qui les motifs de ses agissements sont plus précis à présent. Le tome se conclut même sur un très bon cliffhanger, qui vient ajouter au mystère de la série et annoncer de futurs rebondissements que j’imagine excellents. Étrangement, à la lecture de ce tome, j’ai vraiment eu l’impression que l’auteur avait eu le feu vert pour prendre son temps et développer son intrigue comme il l’entendait, y ajoutant davantage de détails s’il le souhaite. On est quand même loin de la folie des premiers tomes où tout s’enchainait sans interruption. Ce qui n’est pas plus mal. Billy Bat a clairement du potentiel et il est plaisant de pouvoir se plonger davantage dans l’univers créé par Urasawa et de découvrir les personnages plus profondément.

   J’ai toutefois relevé deux petits points noirs : globalement, dans ce cinquième tome, j’ai trouvé le rôle de la chauve souris en retrait et j’ai regretté ne pas apprendre plus d’éléments sur elle. Un comble lorsque l’on se remémore le titre du manga : Billy Bat ! Aussi, il reste difficile de suivre à 100% la narration avec autant de changements d’époques, de personnages ainsi que les flashbacks pouvant survenir… Imaginez déjà lorsque l’on change souvent de point de vue dans une histoire, ce n’est pas si simple de suivre. Alors si d’une page à l’autre se mélange un flashback pour terminer deux pages plus tard sur un autre personnage cinq ans plus tard… Cependant, à ce sujet, on reste loin du côté « brouillon » du second tome et sommes en terrain connu grâce à la présence de personnages principaux.

   En conclusion, Billy Bat continue sur sa bonne lancée avec ce cinquième très bon tome. Plus calme que les précédents, il permet de mettre en avant certains sujets de société de l’époque tel que le racisme ou les étrangers vu des États-Unis de manière générale (Cuba, la guerre froide…). Peaufinant son intrigue et ses personnages, Naoki Urasawa m’a une fois de plus bluffé par sa capacité à créer des chapitres marquants, que ce soit par les rebondissements et l’intrigue que par son trait qui ne cessera jamais de m’étonner. Et cerise sur le gâteau, le dernier chapitre, excellent, conclut sur un cliffhanger assez inattendu et très bien trouvé. Autant dire que c’est avec une impatience non feinte que j’attends le prochain de cette saga.

Ma note : 16 / 20

Mes Actua-littés : sorties à venir

Voici une nouvelle rubrique pour le blog, simplement baptisée « Mes Actua-littés ».

J’aborderais ici principalement les sorties à venir qui ont toutes leurs chances de finir dans ma Pile A Lire mais pas seulement ! De temps à autres, j’en profiterais pour partager divers articles intéressants d’autres blogs ou aborder le marché du livre dans son ensemble.

Autre-Monde, tome 2 : Malronce de Maxime Chattam

malronce, autre monde tome 2

L’histoire : « Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et le enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde. »

A noter que le livre, comme pour le premier tome, sera éditée chez Le Livre de poche, contiendra 460 pages et sera vendu 7,60€ TTC. Sortie prévue le 2 Avril 2013 !

Dôme, tome 1 et 2 de Stephen King

dome tome 1 coverdome tome 2 cover

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’histoire : « Le Dôme, personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce Dôme transparent, d’où il vient et quand -ou si- il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de cette situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville… »

Voici une sortie qui était très attendue en format de poche ! Là aussi, cela sera édité chez Le Livre de Poche au tarif TTC de 8,90€. Point intéressant, les deux tomes sortiront à la même date : le 6 Mars 2013 !

In my mailbox (5)

Bonjour à tous !

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Liliebook qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français.”

Bonjour à tous ! Revenons aux bonnes habitudes avec un nouveau In my mailbox, le cinquième déjà ! Un IMM que je place comme un retour aux sources. Actuellement en train de lire Une place à prendre, j’avoue avoir beaucoup de mal à m’immerger dans cette lecture et cela m’a juste poussé à revenir aux manga… Par chance (?), le libraire avait bien peu de titres, donc je ne reviens qu’avec les deux livres suivants :

  • Billy Bat, tome 5 de Naoki Urasawa. Dernier tome paru en France de ce thriller fantastique, j’ai hâte d’assister à l’implication de la mystérieuse chauve-souris dans l’un des drames les plus importants de XXème siècle. Une issue connue d’avance et pourtant, cette réécriture fantastique de l’Histoire me passionne totalement.
  • Ubel Blatt, tome 8 de Etorouji Shiono. Cela fait un moment que j’ai mis cette série en pause, sans réelle raison puisque je l’apprécie beaucoup. Pour ceux qui ne connaîtrait pas, il s’agit d’un seinen fantaisiste contant la sombre vengeance de Koinzell. Plus précisément voici le synopsis du premier tome :  « La légende raconte que pour lutter contre une terrifiante armée des ténèbres, l’empereur missionna 14 vaillants guerriers à qui il confia 14 lances sacrées. 3 d’entre eux, les glorieux guerriers sans retour, périrent au combat. 4 autres, surnommés les lances de la trahison, furent exécutés par leurs compagnons pour félonie. Les 7 derniers accomplirent leur mission et furent accueillis en héros à leur retour. Mais 20 ans plus tard, des rebelles baptisés eux aussi les lances de la trahison défient de nouveau l’autorité de l’Empire. Et si la réalité était tout autre ? »

Et vous, pour quel(s) livre(s) avez-vous craqué récemment ?

PS : La PAL et la wishlist ont été mises à jour !

[Chronique] One Piece, tome 65 : table rase

one piece tome 65

Fiche technique du livre
Auteur : Eiichiro Oda
Genre : Manga – Shonen
Année d’édition : 2013
Edition : Glénat
Langue : Française
Nombre de pages : 200 pages

Synopsis
Les membres de l’équipage du Chapeau de paille se réunissent de nouveau sur l’archipel des Sabaody, après deux années d’un entraînement intensif. L’équipage au complet reprend la mer, déterminer à triomphé du Nouveau Monde ! Le Sunny atteint tant bien que mal l’île des Hommes-poissons. […]. L’équipage du chapeau de paille tente d’empêcher le pirate Hody Jones, capitaine des New Fishman, de s’emparer de l’île des hommes-poissons ! Durant son combat sous-marin contre Luffy, Hody va commettre un nouveau crime atroce ! C’est maintenant l’existence même de l’île des hommes-poissons qui est menacée par ce nouveau péril !!
Mon avis
One Piece est actuellement un de mes manga fétiches. Tous les ingrédients sont à mon sens réunis pour faire de ce shonen un cocktail éclatant et accrocheur. Ayant rattrapé le rythme de parution français, chaque sortie d’un nouveau tome est pour moi un mini évènement !

   Le tome démarre sur le combat opposant Luffy et Hody, le capitaine des New Fishman, une organisation vouant une haine profonde et sans limites aux hommes. Prônant la supériorité des hommes-poissons sur les « terrestres », Hody entre dans une rage incontrôlable et tente de tuer Luffy… Un combat dont l’issue semble pourtant jouée d’avancer, tant la puissance de Luffy s’est décuplé suite à son entraînement avec Rayleigh. Et pourtant, c’est sans compter sur l’étrange pouvoir de Decken, qui lui aussi, devenu fou de chagrin, fait tomber l‘Arche de Noé en direction de l’île et de ses habitants et modifie l’issue de ce qui semblait se profiler.

   Scénaristiquement un peu « filler », je dois avouer que ce tome m’a peu emballé. La raison principale de ce problème est -je pense- le trop grand nombre de personnages, qui est cette fois-ci mal géré par l’auteur. Oda a ici voulu en un seul tome proposer beaucoup de baston, quelques flashbacks, faire avancer l’histoire et montrer quelques unes des nouvelles capacités de chaque membre de l’équipage. Un programme bien costaud en somme. Seulement à vouloir montrer trop de choses on peut tomber dans la facilité et le bâclage… Ce que je reproche à ce tome. Par conséquent, les personnages autres que Luffy n’ont au final droit qu’à quelques pages sur le tome, l’enchaînement entre les divers lieux d’action est très brouillon, et on passe d’un combat à un autre sans avoir le temps de dire ouf. Évidemment, j’ai apprécié voir notre petite troupe se déchaîner et montrer sa nouvelle puissance, mais après les batailles monumentales de Marine Ford, je m’attends quand même à mieux côté combat. Cette petite présentation de nouvelles compétences aurait pu être mieux amenée, notamment face à des adversaires qui en valent vraiment la peine, et au sein de combats nécessitant vraiment l’utilisation de nouvelles techniques. Évidemment, connaissant l’auteur, il s’agit juste d’un avant goût et de nombreux secrets doivent être gardés sous le coude… Mais cela n’est pas une raison pour nous faire autant patienter 😉 !

   En ce qui concerne l’avancée du scénario en lui-même, l’histoire de cet arc se laisse suivre mais ne m’a pas non plus follement passionnée. Nous sommes loin d’un Water Seven et on sent qu’il s’agit d’un arc existant pour faire la jonction avec le Nouveau Monde. Proposant comme à son habitude beaucoup d’humour et de moments loufoques, cet arc reste relativement « sage » pour du Oda et on sent plus la volonté de faire passer un message un peu plus sérieux sur la haine, le racisme et l’acceptation que les morales courantes trouvables dans des shonen de ce genre. Un bon sentiment mais amené parfois maladroitement et de façon un peu niaise, ce dont les Japonais raffolent et ont le secret. Toujours est-il que certains personnages de l’Île des poissons sont intéressants (Machin-Boshi et Junbei, tout simplement attachant !) et que certains mystères (en particulier celui de l’Arche) m’intriguent et me donne envie d’assister à la fin de cet Arc. Le jeu pourrait en valoir la chandelle, et j’espère que tout cela nous mènera par exemple à des révélations concernant les armes anciennes et / ou la fameuse partie manquante de l’Histoire, supposément supprimée par le Gouvernement.

   En conclusion, ce soixante-cinquième tome de One Piece compte parmi les tomes que j’ai le moins apprécié, la faute tout simplement à un Arc qui convainc difficilement après la folie qu’ont pu être les tomes 55 à 62. Survenu auparavant, cela aurait pu me plaire davantage ; mais la barre a tant placée haute durant l’Arc de Marine Ford qu’il est difficile de se contenter de moins bien, surtout lorsqu’on pense aux mille et un mystères que One Piece nous réserve, tant sur les personnages que l’univers dans sa globalité. Toutefois, cela reste une lecture agréable dont le potentiel n’est plus à démontrer. J’attends à présent de voir si la fin de l’Arc sur les Hommes-poissons offre une conclusion intéressante et remonte le niveau. En attendant le Nouveau Monde

Ma note : 12,5/20