[Chronique] L’Assassin Royal, tome 6 : la reine solitaire de Robin Hobb

l-assassin-royal tome-6--la-reine-solitaire cover

Fiche technique du livre
Auteur : Robin Hobb
Genre : Fantaisie
Année d’édition : 2001
Edition : J’ai lu
Langue : Française
Nombre de pages : 381 pages

Synopsis
A la tête d’une déroutante procession – la reine kettrichen, la mystérieuse Caudron, Astérie la ménestrelle et le fou -, Fitz poursuit son chemin sur la voie magique. Une quête toujours plus ardue car incessante est la traque menée par Royal, son ennemi juré, et ses meilleur artiseurs et soldats d’élite, pour les retrouver et les tuer. S’enfonçant avec difficulté dans une contrée peuplée d’étranges présences, leur chemin, jalonné de gigantesques statues, va les mener à une imposante carrière de pierre noire. Mais où se trouve Vérité ? Est-il seulement encore vivant ?

Mon avis
Souhaitant boucler le dernier tome de cette première « trilogie » et étant curieux de connaître le fin mot, je continuais sur ma lancée en démarrant immédiatement ce sixième tome après la fin du précédent.

   Comme indiqué lors la chronique du cinquième tome, ce sixième tome n’est autre que la troisième partie du dernier tome de la trilogie de l’Assassin Royal. Arrivé à l’une des fameuses extrêmités de la route d’Art, on est dès les premières pages plongé dans cette mystérieuse cité passée où les Anciens semblaient exister. Entre Art et réalité, Fitz est rarement lui-même et malgré l’avancée de la troupe vers l’endroit où est censé être Vérité, le moral diminue pour tout le monde, en particulier pour Kettrichen dont le poids du chagrin et de la culpabilité devient insoutenable. Dans un même temps, le Fou ne cesse d’étonner par son étrange comportement et ses prophéties souvent incomplètes mais oh combien troublantes. La vieille Caudron, « délicieux » personnage rencontré dans le quatrième tome prends de l’importance et le mystère l’entourant s’épaissit… Que cache-t-elle vraiment ?

   Que l’on se rassure, malgré un début de tome un peu poussif, l’histoire révèle ses secrets petit à petit… Mais pas tout de suite ! Déroutant, car je m’attendais à ce que tome enchaîne les révélations et ce très tôt. Or Robin Hobb continue d’entretenir le mystère autour des prophéties et personnages avant de nous lâcher tout pour le grand final. C’est un des points qui m’a d’ailleurs le plus gêné. Inconstant comme les précédents, on assiste à une première moitié de livre un peu longuette. J’étais parfois scotché par les révélations faites, notamment celle concernant Vérité et quelques pages plus tard j’avais juste l’impression que les évènements se répétaient à nouveau : la troupe s’installe pour la nuit, monte les tentes, Fitz part chasser, etc… Par conséquent lorsqu’on attaque la dernière ligne droite où les révélations foisonnent, j’ai eu le sentiment que tout allait trop vite, peut-être simplement parce que l’auteur m’a habitué à un rythme plus lent. Toutefois il n’est pas question de gâcher son plaisir. C’est assez rare pour être signalé mais Robin Hobb, en plus d’apporter des réponses à toutes nos questions, d’expliquer chaque mystère et d’offrir ce que j’appelle une fin digne à chaque personnage, nous gratifie d’un dernier chapitre du genre épilogue très réussi. Juste ce qu’il fallait pour vivre cette épopée à fond et suffisamment de rebondissements pour me faire ressentir une large palette d’émotions.

   Bien sûr, ce tome 6 ne serait pas un bon tome s’il ne s’attardait pas autant sur ses personnages. J’ai évidemment été servi puisque chacun a droit à son quart d’heure de gloire. Une fois de plus, je dois souligner le talent de l’auteur pour la psychologie et l’histoire qu’elle sait insuffler dans chaque personnage, celui ayant le plus retenu mon attention n’étant autre que Caudron. Cette bonne vieille femme continue d’étonner avec ses multiples connaissances sur l’Art, le monde et les légendes à un point où le mystère sur sa personne devient hypnotisant ! Seulement, elle est plus que ça ! J’ai adoré ses répliques pleines de mordant, son attitude revêche et « je révèle ce que j’ai envie de révéler » ainsi que ses multiples coups de canne à l’attention des imprudents. Enfin, les révélations sur son passé et ses origines ont achevé de me surprendre et de l’adorer ! Bref un vrai coup de cœur pour cette dame ! J’insiste beaucoup sur Caudron mais les autres personnages ont su eux aussi attirer mon attention, Kettrichen et Fitz en tête. On a beau suivre notre héros depuis six tomes et plus de 2000 pages, il arrive encore à surprendre totalement par ses actions et l’évolution de sa psychologie. Mention spéciale à l’épilogue totalement inattendu !

   En conclusion, ce sixième tome de l’Assassin Royal et dernier tome de la première trilogie est un vrai régal. De la grande aventure accompagné d’une histoire prenante et d’un dénouement saisissant et surprenant jusqu’au bout, la reine solitaire est un petit coup de cœur pour moi. L’auteur joue une fois de plus avec mes sentiments en faisant l’exact contraire de ce à quoi je m’attendais et en contant la peine des personnages comme personne. Alors oui, le tome est un peu inconstant avec une dernière partie rapide et un début parfois trop long et le tout aurait gagné à être mieux réparti. Pourtant je pardonne volontiers ces défauts si cela me permet de revivre une si belle épopée fantaisiste…

Ma note : 17/20

Publicités

Le plaisir des mots : le secret

Bonjour à tous !

Par ce dimanche très froid, je souhaite vous présenter une nouvelle rubrique : le plaisir des mots. Je viendrais y exposer des citations ou autres phrases cultes de mes lectures du moment qui rendent l’utilisation des mots si attachante et plaisante.

Comme vous avez pu le constater, l’Assassin Royal a une très grande place sur le blog actuellement. Lors de mes chroniques, je parlais souvent du style d’écriture ou de la qualité des mots choisis par l’auteur. A chaque début de chapitre, un petit prologue est écrit dans un ton complètement différent à celui du livre. Je vous présente ici un de mes prologues favoris et que j’ai rebaptisé le secret !

Il se peut très bien que la diplomatie soit l’art de manipuler les secrets. Que sortirait-il d’une négociation s’il n’y avait pas de secrets à garder ou à partager ? Et cela est aussi vrai d’un contrat de mariage que d’un accord commercial entre deux royaumes : chaque partie sait précisément ce qu’elle est prête à donner à l’autre pour obtenir ce qu’elle désire, et c’est dans la manipulation de ce savoir secret que sont menés les plus âpres marchandages. Il ne se passe rien entre les hommes où le secret n’ait sa part, qu’il s’agisse de joueur aux cartes ou de vendre une vache. L’avantage va toujours à celui qui perçoit le mieux quel secret révéler et quand. Le roi Subtil aimait à répéter qu’il n’y a pas de plus grand avantage que de connaître le secret de l’ennemi alors qu’il vous croit ignorant ; c’est peut-être là la le secret le plus efficace qu’on puisse détenir.

   Ce que j’ai adoré ici est la montée en puissance du mot secret. On part d’une simple hypothèse pour être amené petit à petit à une vérité plus générale, plus large, qui s’appliquerait à quasiment toutes les actions de l’Homme. On conclut par  une confirmation de cette hypothèse par le personnage fictif qu’est le roi Subtil, personnage de la plus haute importance dans cette saga fantaisiste, donnant ainsi un poids supplémentaire aux propos démontrés et nous laissant à notre réflexion. Un prologue très… subtile donc !

[Chronique] L’Assassin Royal, tome 5 : la voie magique de Robin Hobb

assassin royal tome 5 cover

Fiche technique du livre
Auteur : Robin Hobb
Genre : Fantaisie
Année d’édition : 2001
Edition : J’ai Lu
Langue : Française
Nombre de pages : 382 pages

Synopsis
Le roi Vérité est vivant, et il a demandé à Fitz de le rejoindre ! Loin sur les sentiers mystérieux de l’Art, au-delà du royaume des montagnes, le jeune homme se met en quête pour répondre à l’appel de son souverain affaibli. Mais il demeure seul, pourchassé par les forces de Royal, l’usurpateur, et il ne peut compter sur ses propres alliés qui le manipulent comme un pion. Or, d’autres forces sont en marche… Au cours de son périple, Fitz en apprendra plus sur lui-même et le rôle déterminant qu’il doit jouer dans le destin du royaume des Six-Duchés. Une croix bien lourde à porter quand on est traqué par ses ennemis et trahi par les siens…

Mon avis (Attention spoilers !)
Si tôt conclu le tome 4, et malgré mon avis moins enthousiaste que pour les précédents tomes, je décidai d’attaquer directement le cinquième tome, la tentation d’en savoir plus étant trop grande.

   Inutile de vous dire que le tome 5 est la suite, on ne peut plus directe, du tome 4. Comme vous avez pu le lire de part et d’autres sur Internet, l’Assassin Royal (ou la Citadelle des Ombres) est une série qui a vu ses tomes originaux découpés en plusieurs tomes lors de la sortie française. Ainsi, les tomes 4, 5 et 6 ne constituent en réalité que le troisième et dernier tome de cette trilogie. On n’est donc pas dépaysé en commençant la lecture de ce cinquième tome puisqu’il reprend simplement là où l’histoire s’était arrêtée. On démarre donc avec la découverte de Lac Bleu, une ville très intéressante qui m’a beaucoup séduit et rappelé de nombreux environnements médiévaux comme j’ai pu en croiser dans certains jeux-vidéos (Oblivion notamment). Fitz est toujours blessé, en fuite après son coup d’éclat dans le tome précédent et désire plus que tout rejoindre le royaume des montagnes. A nouveau seul, mais pour peu de temps, les évènements vont rapidement s’enchaîner dans la cité et son voyage reprendra aussitôt. Une fois n’est pas coutume, je n’en dirais pas plus en ce qui concerne l’évolution du scénario.

   Moins palpitant que les trois premiers tomes, mais tout de même un cran au dessus du Poison de la vengeance, l’histoire souffre surtout d’un manque d’évènements réellement majeurs, du genre à bouleverser totalement notre lecture. Un tas d’évènements surviennent pourtant et l’auteur sait créer la surprise ; cependant l’issue semble trop souvent courue d’avance et certains rebondissements retombent comme un soufflet. Dommage, car malgré tout, l’histoire continue de me plaire énormément et je reste suffisamment curieux et intéressé pour dévorer les pages à toute vitesse. La beauté des phrases et du style d’écriture continuent aussi de contribuer à cette addiction.

   En ce qui concerne la structure même de ce tome, à la différence du précédent roman, on ne retrouve plus de nombreux évènements de courte durée (tels de petits arcs scénaristiques), mais un retour à de longues séquences. La voie magique est constituée grosso modo de quatre parties. La diversité des situations n’est donc pas de mise et on est moins dépaysé que dans Le poison de la vengeance. Toutefois, cela ne m’a pas gêné car on gagne en détails et en intérêts. Là où certains passages précédents pouvaient sembler superflus ou apporter peu à l’histoire, ici tout est prétexte à poser les bases vers le grand final.

   De la même manière, l’auteure en profite pour recadrer son récit autour d’un petit groupe de personnages clés, tout en développant quelques rencontres effectuées dans le quatrième tome. Les retrouvailles sont donc nombreuses et riches en émotions. C’est d’ailleurs l’un des éléments que j’ai le plus apprécié dans ce tome. On y découvre de profonds changements pour chaque protagoniste et Robin Hobb a cette fois le bon goût de ne pas trop utiliser la carte du suspense en nous apprenant entièrement ce qu’ont vécu ces / ses personnages pendant plus d’un an. La psychologie évolue encore pour atteindre, à mon sens, son meilleur niveau depuis le début de la saga. Alors qu’auparavant, j’étais surtout attaché au personnage de Fitz, je peux maintenant affirmer que je suis « fan » de plusieurs autres protagonistes et que je les suis avec autant d’intérêt que notre héros, si ce n’est plus, tant certains intriguent !

   En conclusion, L’Assassin Royal est une lecture qui continue de beaucoup me séduire. Moins palpitant et d’un niveau global légèrement inférieur aux trois premiers tomes, La voie magique possède tout de même son lot d’évènements saisissants, même si ce cinquième tome existe clairement pour poser les bases d’un final qui s’annonce riche en couleur. Une transition donc, mais qui a su m’accrocher principalement grâce aux retours de plusieurs personnages clés et un Fitz plus humain et attachant que jamais. Une seule envie à la fin de ce tome : dévorer le suivant !

Ma note : 16/20

[Challenge] « NEW PAL » 2013

Bonjour à toutes et à tous et bonne année !

Quoi de mieux pour commencer l’année qu’un nouveau challenge ? Surtout quand celui-ci nous permet d’aller de l’avant ? Je vous présente le challenge NEW PAL 2013 !

New Pal 2013

   Mise en place par Yukarie sur le forum livraddict, le but de ce challenge est très simple : il suffit de lire, sur l’ensemble de l’année 2013, le plus de livres possibles se trouvant dans la Pile A Lire avant le 1er Janvier 2013. Le but étant de se motiver à réduire au maxime sa PAL afin d’en avoir une toute nouvelle en 2013, d’où le nom du challenge. j’ai décidé de participer car je trouve que j’ai déjà trop de livres qui traînent et que ce challenge peut donc être un excellent moyen de repartir sur de nouvelles bases. Cet article sera mis à jour en fonction de mon avancement et contiendra les liens pour les chroniques des livres concernés.

   A noter qu’en fonction du nombre de livres lu, une médaille est « décernée » au blog et à l’auteur pour son avancement. J’espère avoir la médaille d’or en lisant environ 80% de ma PAL.

   Voici à présent la liste des livres que je dois lire :

Brown, Dan : Da Vinci Code
Clamp, : RG Veda, tome 01
Clamp, : RG Veda, tome 02
Clamp, : RG Veda, tome 03
Clamp, : RG Veda, tome 04
Clark, Mary Higgins : Douce nuit
Clark, Mary Higgins : Quand reviendras-tu ?
Coben, Harlan : Promets-moi
Dicker, Joël : La vérité sur l’Affaire Harry Québert
Fielding, Joy : Si tu reviens
Follett, Ken : Le Siècle, tome 1 : La Chute des géants
Grangé, Jean-Christophe : Les Rivières Pourpres
Harris, Thomas : Le silence des Agneaux
Hobb, Robin : L’Assassin Royal, tome 05 : La Voie magique
Hobb, Robin : L’Assassin Royal, tome 08 : La Secte maudite
Hobb, Robin : Retour au Pays : Prélude à L’assassin royal et aux Aventuriers de la mer
Inoue, Takehiko : Vagabond, tome 08
Inoue, Takehiko : Vagabond, tome 10
Karpyshyn , Drew : Mass Effect, tome 2 : Ascension
Martin, George R.R. : Le Trône de Fer, intégrale, tome 4
McFadyen, Cody : La mort en face
McFadyen, Cody : Shadowman
Murakami, Haruki : La Ballade de l’impossible
Peru, Olivier : Druide
Robillard, Anne : Les Chevaliers d’Émeraude, tome 01 : Le Feu dans le ciel
Robotham, Michael : Traquées
Rowling, J.K. : Une place à prendre
Salvatore, R.A. : Les Royaumes Oubliés : La Légende de Drizzt, tome 01 : Terre Natale
Stoker, Bram : Dracula
Thilliez, Franck : Fractures
Tonogai, Yoshiki : Doubt, tome 1
Tonogai, Yoshiki : Doubt, tome 2
Tonogai, Yoshiki : Doubt, tome 3

Soit un total de 33 livres à lire.

   Ce challenge est donc déjà commencé et le premier livre à sortir de la PAL cette année n’est autre que le cinquième tome de l’Assassin Royal ! Bonne lecture à tous.