[Challenge] 30 Days Book Challenge – MAJ 18 à 25

Amis lecteurs, Amis lectrices, bonjour !

Un petit post pour vous rappeler que le 30 Days Book Challenge est toujours d’actualité ! Le challenge est (pour le moment, et à défaut de mieux) régulièrement mis à jour sur sa page d’article et je vous inviter à découvrir les questions et surtout les réponses des journées 18 à 25 à cet endroit : 30 Days Book Challenge – November

Nous entrons à présent dans la dernière ligne droite de ce challenge… Bonne lecture !

[Chronique] Billy Bat, tome 3 de Naoki Urasawa

Fiche technique du livre
Auteur : Naoki Urasawa
Genre : Seinen, Thriller Fantastique
Année d’édition : 2012
Edition : PiKa Edition
Langue : Française
Nombre de pages : 223 pages

Synopsis
Tiré de la quatrième de couverture. Manipulant les hommes et façonnant l’Histoire, l’énigmatique chauve-souris qui bouleverse la province féodale d’Iga, terre secrète des clans ninjas, serait-elle en réalité venue d’Espagne ?

Mon avis
Ayant beaucoup apprécié les deux premiers tomes, j’ai décidé de me lancer immédiatement dans la lecture de la suite de cette série.
Après avoir découvert l’influence de cette mystérieuse chauve-souris durant plusieurs époques dans le second tome, l’action de ce troisième tome se situe principalement au XVIème siècle au Japon, au sein de la province d’Iga. Cette province secrète s’apprête à être conquise par Nobunaga qui désire unifier le Japon. Le seigneur Momochi envoie donc le jeune ninja Kaiban porter un rouleau secret censé sauver le Japon à son fils vivant dans la province de Kii. Cette longue visite du Japon va nous emmener dans une course poursuite à travers la province et Kaiban rencontrera d’étranges personnages ainsi que ses amis d’enfances… Et tous en ont après cet étrange rouleau ! On découvre ainsi l’influence de la chauve-souris au cours de cette période, comment par ses actions elle arrive à influencer le cours de l’Histoire et les évènements passées. Ses connaissances semblent sans limites et les interrogations l’entourant s’accumulent et sont toujours encore plus nombreuses.

Ce troisième tome de Billy Bat m’a déstabilisé à bien des moments. Dans un premier temps, je dois avouer qu’être plongé aussi longtemps durant cette époque m’a semblé un peu inutile. Même si les chapitres s’enchaînaient rapidement et que le tout restait relativement intéressant, je n’ai pas vraiment compris où l’auteur essayait de nous emmener. Comme je l’avais indiqué précédemment, j’aimerais que l’intrigue soit recentré sur un personnage principal. Dans ce tome, à part quelques pages où l’on nous montre Kevin Yamagata (peut-être pour nous rassurer et nous indiquer que l’auteur ne l’a pas oublié ?), on reste en terrain inconnu. Et c’est seulement lorsque l’on commence à s’attacher à Kai que Naoki Urasawa décide de nous emmener dans une autre époque… Déroutant donc. Cela l’est d’autant plus qu’aucune révélation sur l’intrigue n’est apportée. A la fin de ce troisième tome, je n’ai toujours aucune réelle idée de ce qu’est cette chauve-souris, de ses origines ou des intentions de l’auteur.

Concernant le dessin, mon avis reste inchangé par rapport à ma chronique sur les tomes précédents. Les paysages du Japon de cette époque sont à couper le souffle et l’auteur a su apporté un soin particulier aux divers lieux, forêts, villages rencontrés tout au long de ce tome. Un très bon point.

En conclusion, ce tome est pour moi le moins bon des trois et je me pose même quelques questions sur le futur de la série. Trop de mystères tue le mystère ! A trop vouloir jouer la carte du mystère, on se retrouve perdu entre incompréhension et confusion. J’ai l’impression que dans l’ensemble cela est mal entretenu et ce troisième tome de Billy Bat ne fait concrètement pas avancer l’histoire. Cela reste une lecture sympathique mais je souhaite vraiment que les tomes suivants soient davantage portés sur un personnage principal, qu’on ait une idée plus précise du scénario que l’auteur souhaite mettre en place.

Ma note : 12,5/20

[Challenge] Livra’deux pour pal’Addict

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous annonce ma participation au challenge Livra’deux pour pal’Addict, challenge organisée par Galleane de la Livraddict team.

Le principe est simple :
En binôme, chacun choisi dans la PAL de l’autre, trois livres :
* Qu’il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l’avis d’un ami
* Des titres qui vous interpellent pour leur résumé…
Sur ces trois livres, vous en choisissez un et dans un délai imparti, vous devez le lire et en faire un avis.

Un bon tueur de PAL qui permet donc de s’atteler à la lecture d’un livre qui y est peut-être resté trop longtemps ^^

Pour ce premier Livra’deux, je participe avec Panthère, nouvelle dans la blogosphère et qui a commencé quasiment en même temps que moi !

J’ai choisi dans sa PAL les trois livres suivants :

 
  • Les menteuses, tome 1 : Confidences de Sara Shepard. Choix le plus facile dans son immense PAL car je suis un fan de la série TV !
  • Marina de Carlos Ruiz Zafón. Ce roman dispose d’un synopsis vraiment intéressant, j’apprécie lorsque l’on est emmené dans une époque, un lieu particulier, surtout au passé. On y apprends toujours un tas de choses sur l’Histoire !
  • Sous le signe du scorpion de Maggie Stiefvater. Je voulais apporter quelque chose de différent à cette sélection et là aussi le synopsis m’a beaucoup plu. C’est apparemment très bien écrit et le côté fantaisiste est un gros plus.

Elle a choisi de lire Marina.

Quant à Panthère, elle a sélectionné les livres suivants :

  • Les chevaliers d’émeraude, tome 1 : le feu dans le ciel de Anne Robillard.
  • Quatre garçons dans la nuit de Val McDermid
  • Le silence des agneaux de Thomas Harris

Après réflexion, j’ai décidé de choisir Quatre garçons dans la nuit. Il a l’air d’être un bon thriller et l’action se situe en Écosse, j’espère y découvrir des paysages aussi somptueux que ceux découverts dans Skyfall ! De plus, il est le seul à ne pas être saga, cela va donc m’éviter de craquer fortement pour plusieurs autres tomes 🙂

[Chronique] Billy Bat, tomes 1 et 2 de Naoki Urasawa

 

 

 

 

 

 

Fiche technique des livres
Auteur : Naoki Urasawa
Genre : Seinen, Thriller Fantastique
Année d’édition : 2012
Edition : PiKa Edition
Langue : Française
Nombre de pages : 198 pages (tome 1), 214 pages (tome 2)

Synopsis (légers spoils !)
Premier tome : en 1949, Kevin Yamagata, dessinateur américain né de parents japonais immigrés aux États-Unis, connaît un succès formidable avec sa bande dessinée « Billy Bat » mettant en scène une chauve-souris dans diverses aventures. Lorsqu’il apprend de façon fortuite qu’un personnage identique au sien existe aussi au Japon, il décide de se rendre à Tokyo pour rencontrer le dessinateur à qui il a peut-être inconsciemment volé l’idée. Une fois sur place, il est rapidement happé par une spirale d’événements curieux qui ont pour dénominateur commun le motif de la chauve-souris…

Second tome : Lors d’une hallucination, Billy Bat, le personnage créé par Kevin, lui annonce que son rôle est de dessiner la suite des aventures. En effet, lui seul peut enrayer le cours des événements. Mais quelle est la nature de cette inquiétante chauve-souris dont l’on entrevoit l’ombre planer sur toute l’histoire de l’humanité, de la trahison de Judas jusqu’à l’Amérique de la fin des années 60, en passant par le Japon du XVIe siècle et ses ninjas ?

Mon avis
Pour cette première chronique de manga, je me permets de chroniquer deux tomes à la fois. Un tome de manga étant relativement court, il est difficile de juger une série et de produire un avis intéressant sur 200 petites pages dessinées. Par conséquent, ce choix de chronique me paraît plus approprié pour l’instant.

   Nouvelle œuvre principale de Naoki Urasawa et co-produit avec Takashi Nagasaki, Billy Bat est publié dans le Weekly Morning de Kodansha et 10 tomes déjà sont parus au Japon. En France, le cinquième tome arrivera début Décembre et le rythme de parution adopté pour le moment semble être d’un nouveau tome tous les deux mois.

   Ici l’auteur retourne à ses précédents « amours », le thriller, en y ajoutant une particularité importante : le tout est teinté de fantastique, de surnaturel. Se situant dans un premier temps en 1949, période d’après guerre pour le Japon, Urasawa multiplie l’usage de faits et évènements passés pour crédibiliser son récit et lui apporter une touche très réelle. On assiste par exemple au meurtre de Shimoyama, directeur des chemins de fer nationaux du Japon en 1949 ou au déraillement du train de Matsukawa, de graves affaires ayant violemment secoué le pays à l’époque. Pourtant, il n’hésite pas non plus à distiller des éléments fictifs, invraisemblables même autour de Billy Bat, cette fameuse chauve-souris. Ainsi, on est rapidement perdu entre réalité et imagination. Et c’est bien là le but recherché par l’auteur : proposer une ré-écriture de l’histoire telle que nous la connaissons en plaçant cette étrange chauve-souris comme un être, une chose, qui en réalité manipule et tire les ficelles du temps. Évidemment, on se pose les questions de ses origines, son existence mais aussi ses buts et motivations. Bien entendu, à la fin du second tome, nous ne sommes pas plus avancés, si ce n’est que le récit et le mystère a pris de l’ampleur.

   A propos du scénario de chaque tome en particulier, le premier sert d’introduction au mystère et personnage fictif Billy Bat. Son créateur, Kevin Yamagata, immigré américain d’origine japonaise, va rapidement se rendre compte qu’il n’est pas le réel créateur de son héros de bande dessinée, qu’un personnage similaire existe au Japon. Dès lors il part à la recherche du créateur original, afin de lui demander la permission d’utiliser son dessin. Un acte noble. Très vite, les évènements vont s’enchaîner et cette recherche sombre au désastre, révélant d’étranges mystères autour de Billy Bat et un intérêt démesuré pour la chauve-souris et la BD par de drôles de protagonistes. Kevin se retrouve dans un complot international qui le dépasse largement. Ce tome met en avant un nombre important de personnages plus excentriques les uns que les autres et certains m’ont même « filé les jetons » (Capitaine Finnley…!). Mention spéciale à Zofu Karama, artiste complètement barré dont les expressions et le comportement loufoque m’ont beaucoup amusé.

   Concernant le second tome, j’avoue qu’il m’a encore plus perdu que le premier. Là où l’intrigue principale semblait être déjà bien développée et me passionnait, l’auteur modifie complètement sa narration. Je sais que Naoki Urasawa adore épaissir le mystère en ne dévoilant qu’une ou deux informations capitales rarement mais quand même ! Ce fut difficile de passer du héros potentiel à autant d’autres personnages et d’époques, surtout parce que je pensais qu’on allait suivre l’histoire uniquement du point de vue Kevin Yamagata. En fait, j’ai davantage eu l’impression avec ce deuxième tome, que le personnage principal n’était autre que Billy Bat et non un humain, puisque tout est centré d’autour de cette chauve-souris. Bon, cela m’a permis d’apercevoir Judas dans un manga… A voir durant les tomes suivants quel était le but de ces multiples voyages dans le temps et ré-écriture de l’histoire, et si l’intrigue va se fixer davantage à une époque particulière. Je pense que oui vu tout ce qui a été développé autour de Kévin Yamagata, mais la certitude n’est pas permise avec ce mangaka !

   Puisque nous sommes en présence d’un manga, je vais parler longuement du dessin. J’ai beaucoup apprécié les deux chapitres d’introduction qui sont en réalité la bande dessinée Billy Bat telle qu’elle est écrite par le héros (?) Kevin Yamagata. Pour le coup, les éditions PiKa proposent une petite trentaine de pages couleurs, le tout imprimé dans un style rappelant fortement les bandes dessinées des années 50 (ressortez vos vieux Mickey, vous verrez ^^ !). S’en suit un retour au style habituel d’Urasawa, dans une version plus moderne, plus affinée. Son dessin a encore gagné en précision et les dessins de lieux et de paysages sont à tomber. Par ailleurs, j’ai aimé m’attarder sur les différentes expressions et visages que Billy Bat propose et c’est honnêtement très bon. Il s’agit pour moi d’un des mangaka réussissant le mieux à faire passer des émotions avec seulement l’utilisation du visage. Son trait est si précis qu’il est très facile d’interpréter d’une case à l’autre ce que ressent le personnage dessiné. Un régal.
Un petit reproche tout de même : comme beaucoup de mangaka qui ont un trait de dessin particulier, on a parfois l’impression de se retrouver devant des personnages de ses précédents manga. C’est particulièrement vrai par exemple pour Ai non Stop, Love Hina et Negima! de Ken Akamatsu. Je n’étais donc pas étonné d’observer des similitudes avec des personnages qu’on pourrait penser sortir tout droit de Monster.

Autre petit reproche à propos de l’édition en elle-même : au vu du nombre d’informations et de personnages croisés dans un tome, un petit récapitulatif et un résumé en début de tome seraient appréciables.

   En conclusion, Billy Bat pourrait bien être un nouveau coup de cœur. Naoki Urasawa sait proposer un thriller efficace tout en se renouvelant et je suis très curieux de voir où va nous mener cette fameuse touche surnaturelle, ce Billy Bat. Aurons-nous une explication réaliste ou non ? Bien que jugé de la qualité d’une série, qui sera apparemment longue, sur deux tomes peut être source de déception ensuite, je fais confiance à l’auteur pour proposer une histoire haletante, pleine de rebondissements et de mystères. En espérant vite se recentrer autour d’un unique personnage principal !

Ma note : 17/20 pour Billy Bat tome 1 ; 15/20 pour le tome 2

[Chronique] Autre-Monde : l’Alliance des Trois de Maxime Chattam

Fiche technique du livre
Auteur : Maxime Chattam
Genre : Fantastique, Jeunesse
Année d’édition : 2008 / 2012
Edition : Le Livre de Poche
Langue : Française
Nombre de pages : 456 pages

Synopsis
Personne de l’a vue venir.
La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment. Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre…
…à cet Autre-Monde.

Mon avis
Curieux, je me demandais depuis un moment ce que valait Maxime Chattam comme auteur. Reconnu pour ses thrillers très dark, j’ai pourtant choisi de lui donner sa chance en commençant par le premier tome de saga fantastique / jeunesse « Autre-Monde ». Volontairement, et afin que vous puissiez garder la surprise intacte lors de la lecture, je ne révélerai que quelques éléments scénaristiques de la première partie.

   Dès les premières pages, on est plongé dans la réalité : New-York, un groupe de trois jeunes ados de 14 ans qui attendent impatiemment Noël en parlant Seigneurs des Anneaux et en communiquant sur MSN… En se remémorant la sortie du livre (2008), cela fait forcément sourire car nous sommes (un peu) tous passés par là. Pourtant, rapidement, Matt, le héros principal de ce premier tome, va réaliser que des évènements étranges se trament. Corps qui semble s’être volatilisé, humain étrange… Et surtout cette météo ! Très vite, une tempête d’une puissance rare s’abat sur Boston, puis New-York. S’en suit un blizzard accompagné d’une armée de mystérieux éclairs… et plus rien ne sera pareil. A son réveil, Matt va découvrir sa ville comme jamais il ne l’avait vu auparavant. Et je n’en dirais pas plus !

En effet, le but de ce premier tome de cette saga est vraiment de poser les bases d’un nouveau monde. Ainsi durant l’intégralité de ce tome, et en particulier pendant les 200 premières pages, on prends plaisir à avancer et évoluer avec nos petits héros, imaginant à travers leurs yeux les changements profonds qu’a causé cette mystérieuse et puissante Tempête. Que s’est-il réellement passé ? Que reste-t-il du monde que ces enfants connaissaient ? Qui a survécu ? sont autant de questions que l’on va se poser lors de la lecture de la première partie du tome. Le fait de situer l’histoire en territoire connu mais finalement totalement inconnu est vraiment intéressant car tout est à découvrir. Je suis donc allé de surprises en surprises au fur et à mesure que les péripéties survenaient.

   La seconde est, quant à elle, davantage basée sur la compréhension et l’adaptation à la survie dans cet Autre-Monde. Aussi prenante que la première partie, je dois toutefois avouer que j’ai ressenti très fortement l’influence de Harry Potter dans la manière de présenter le scénario et les personnages (la fameuse Alliance des Trois qui n’est pas sans rappeler Harry, Ron et Hermione)… L’auteur distille des éléments laissant place à la construction d’une intrigue courte mais qui, comme dans toutes les sagas de ce genre, cache quelque chose de bien plus important qui sera à découvrir dans les tomes suivants. Il n’hésite pas à nous mener sur de fausses pistes et on se laisse agréablement surprendre par le dénouement. En soit, cette construction de l’intrigue et cette influence Potteresque ne m’ont nullement gêné. J’étais au contraire ravi de retrouver ces sensations. Aussi, bien que présentes, il s’agit seulement d’influences. L’univers crée par Chattam est assez complet, original et différent pour ne pas sombrer dans la vulgaire copie. On reste dans un registre différent et l’auteur mêle habilement fantastique, jeunesse et des pointes de fantaisie.

   D’ailleurs, concernant les genres de cette saga, je craignais au départ que l’aspect jeunesse m’ennuie au plus haut point, que suivre ces adolescents serait une corvée… Fort heureusement j’avais tort. Même si l’aventure est vécue par des ados, l’auteur a su adopter un style d’écriture suffisamment « adulte / jeune adulte » pour accrocher le lecteur que je suis. Fluide, sans fioriture, les descriptions sont brèves et vont à l’essentiel. Le récit dispose d’un bon rythme et je ne me suis pas lassé de la découverte de cet Autre-Monde. Le message que tente de transmettre Chattam est intelligent et j’ai apprécié la tournure des évènements.

   En conclusion, cette excursion dans cet Autre-Monde m’a réellement charmé. J’ai vraiment été plongé dans le récit et la découverte de cet univers est vraiment le point fort du livre. On va de surprise en surprise, on ne sait jamais à quoi s’attendre et nos repères habituels sont bouleversés. De plus, cette sensation Potteresque, suivre une aventure du point de vue de ces jeunes ados aussi perdus que nous mais dont les clés de l’avenir sont entre leurs mains était très plaisant. Un excellent début de saga, en espérant que la suite confirme le gros potentiel présent dans ce premier tome. On n’est pas loin du coup de cœur !

Ma note : 16/20